Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

73 - QOC 2000-274 Question de M. Pierre CASTAGNOU et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris concernant la réouverture d'un centre social dans le quartier "Plaisance" (14e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


Libellé de la question :
"Lors de la séance du Conseil de Paris du 27 mars 2000, la réponse de M. le Maire de Paris à la question concernant la réouverture d'un centre social dans le quartier "Plaisance" (14e) indiquait que, suite à un audit, l'association "Carrefour 14", créée à cet effet en septembre 1999, avait été choisie pour assurer la gestion d'un nouveau centre social.
M. Pierre CASTAGNOU et les membres du groupe socialiste et apparentés sont particulièrement étonnés de ce choix, effectué dans le plus grand secret, à l'insu des associations de l'arrondissement, telle notamment "Florimont", impliquées dans la création d'un nouveau centre social.
En outre, il est à noter que l'un des principaux responsables de "Carrefour 14" n'est autre que le suppléant de la Députée de la circonscription.
Là où la transparence, le partenariat, l'indépendance, seraient nécessaires, règnent l'opacité, l'absence de concertation, l'exclusion des associations concernées et enfin, la mainmise de la Municipalité, voire le service d'intérêts partisans, témoignant plus d'une volonté de contrôle politique que du souci du bien public.
Aussi, M. Pierre CASTAGNOU et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent-ils à M. le Maire de Paris :
1°) de rendre publiques les conclusions de l'audit diligenté par la Ville de Paris pour réévaluer les besoins du quartier et surtout les forces potentielles susceptibles d'assurer la gestion d'un centre social ;
2°) de surseoir à toute décision concernant "Carrefour 14" ;
3°) de mettre en place, dans les plus brefs délais, un Comité de pilotage représentatif notamment des élus de l'arrondissement et des associations concernées, pour que l'ensemble des partenaires soient enfin partie prenante à la mise en oeuvre de la réouverture d'un centre social indépendant."
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"Suite à la cessation des activités du centre social "Notre Maison" dans le 14e arrondissement, un comité de pilotage regroupant l'ensemble des partenaires concernés a été mis en place afin de favoriser la création d'un nouveau centre social.
Dans le cadre de ce comité de pilotage, le Département de Paris a diligenté un audit afin de réévaluer les besoins et les forces potentielles susceptibles d'assurer la gestion d'un centre social. Cet audit n'avait en aucun cas pour objectif de "choisir" une association gestionnaire. Selon le cahier des charges, il s'agissait avant tout de réaliser une étude de faisabilité relative à l'implantation d'un centre social sur ce quartier, compte tenu des forces vives existantes et des besoins de la population. Le rapport de synthèse qui a été rendu, après une phase de consultation de l'ensemble des acteurs locaux et des associations existantes, et notamment l'association "Florimont", a dressé un panorama de l'existant, un état des besoins et a émis des propositions quant au contenu du projet de centre social, à la localisation et aux moyens de l'équipement, au portage du projet et à sa mise en ?uvre.
L'association "Carrefour 14" s'est créée en septembre 1999 et a sollicité le soutien financier de la collectivité parisienne afin de créer un centre social dans le 14e arrondissement et d'assurer sa gestion. Le Département de Paris instruit actuellement cette demande de subvention. Aucune autre association n'a effectué cette démarche. L'association "Carrefour 14" est donc, semble-t-il, à l'heure actuelle, la seule structure porteuse d'un projet de centre social.
Il convient également de rappeler que toute structure associative, pour devenir centre social, doit obtenir un agrément de la Caisse d'Allocations Familiales. L'obtention de cet agrément conditionne l'attribution des diverses aides financières de la C.A.F., mais aussi des aides financières de la collectivité parisienne aux centres sociaux.
Pour obtenir l'agrément de la C.A.F., un certain nombre de critères doivent être respectés, et notamment le développement de partenariats avec l'ensemble des acteurs locaux. En effet, un centre social a vocation à être un lieu d'animation de la vie locale et de soutien aux associations de quartier.
De plus, des actions proposées par des associations distinctes de l'association gestionnaire pourront être organisées au sein du futur centre social, dès lors qu'elles s'intègreront au projet global de la structure. Il appartient donc aux associations concernées de se concerter avec l'association "Carrefour 14" pour l'élaboration de ce projet et pour sa mise en oeuvre, après obtention de l'agrément.
Une charte départementale des centres sociaux parisiens a récemment été adoptée par le Conseil de Paris. Cette charte, qui sera signée par la Fédération des Centres sociaux et socioculturels de Paris et à laquelle l'ensemble des centres sociaux ont vocation à adhérer, a également rappelé l'importance des partenariats à développer par ce type d'équipement, les actions étant menées par et pour les habitants.
En ce qui concerne les comités de pilotage, ils sont parfois nécessaires pour faire émerger une structure porteuse d'un projet. Ils s'articulent essentiellement autour de la C.A.F., de la Fédération des centres sociaux et socioculturels de Paris et des services concernés de la collectivité parisienne (DASES et DVLR). Dans la mesure où une structure promotrice existe déjà, il appartiendra aux organismes financeurs (C.A.F., Département) de mettre en place les mesures susceptibles d'assurer la bonne gestion de ce centre, dans le respect des règlements. La mise en place d'un comité de pilotage supplémentaire ne semble donc pas nécessaire."