Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

111 - QOC 2000-247 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Maire de Paris sur le bilan 1999 de l'hospitalisation à domicile réalisée par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Maire de Paris de bien vouloir lui faire connaître le bilan 1999 de l'Hospitalisation à domicile (H.A.D.) réalisée par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris."
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"Il convient de rappeler tout d'abord que l'A.P.-H.P. a été pionnière en ce domaine puisque l'hospitalisation à domicile a été créée dès 1957 à l'initiative du Professeur SIGUIER de l'hôpital Tenon. Elle représente de nos jours un établissement hospitalier à part entière.
En 1999, son activité s'est déclinée autour des deux thèmes suivants :
- le secteur : l'HAD dessert Paris et les départements de la petite couronne.
Elle est présente dans tous les hôpitaux de l'A.P.-H.P. et dans les établissements avec lesquels elle a passé une convention : l'hôpital de Montreuil, l'hôpital Valère-Lefebvre au Raincy, l'hôpital de Neuilly-sur-Seine, l'hôpital Sainte-Anne (neurologie ), l'hôpital Stell à Reuil-Malmaison, l'hôpital de Saint-Cloud, les hôpitaux militaires de Paris.
- l'évolution de l'activité.
En 1999, chaque jour, en moyenne, 1145 patients ont été suivis par l'HAD, y compris pour l'activité de nutrition parentérale à domicile (NPAD) et celle de nutrition entérale à domicile (NED).
Entre 1995 et 1999, le nombre annuel d'admissions en HAD a progressé de 22 %, progression compensée par la réduction de la durée moyenne de prise en charge qui est passée de 23,6 jours en 1995 à 17,7 jours en 1999 (- 25 %).
S'agissant des pathologies suivies, les prises en charges qui émergent des activités de l'HAD, portent sur :
- la cancérologie : 22 % ;
- la chimiothérapie : 22 % ;
- l'obstétrique, ante-partum : 11 % ;
- la pédiatrie : 9 %.
Les soins palliatifs concernant plusieurs disciplines : cancérologie, hématologie, neurologie et traitement du S.I.D.A., représentent environ 30 % de l'activité.
Entre 1998 et 1999, on peut souligner une progression de l'activité en neurologie de 33,33 % et en cardio-vasculaire de 6,6 %. La prise en charge du sida continue de diminuer : 23,72 %. A cet égard, on peut souligner que l'HAD suivait chaque jour, en 1995, 200 malades du S.I.D.A., et en 1999, 45 malades."