Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

28 - 1999, DAC 337 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer des marchés de définition pour la conception d'une oeuvre d'art, de son environnement végétal et de la mise en lumière du jardin au centre de la place de la Porte-Maillot (16e et 17e)

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 337 : autorisation à M. le Maire de Paris de signer des marchés de définition pour la conception d'une oeuvre d'art, de son environnement végétal et de la mise en lumière du jardin au centre de la place de la Porte-Maillot.
Je donne la parole à M. POZZO DI BORGO.
M. Yves POZZO DI BORGO. - Monsieur le Maire, dans un courrier en date du 30 avril 1999, le Président du groupe "U.D.F." a attiré votre attention sur la nécessité de laisser une trace durable à l'occasion du bimillénaire. Il vous proposait de procéder à un aménagement qualitatif du périphérique sur la base de projets déjà connus des services de la Ville, l'idée force étant le réaménagement urbain des portes de Paris à partir de structures créatives choisies après appel d'offres autour de thèmes définis à l'avance.
Il vous proposait de réaliser dans un premier temps la Porte-de-la-Chapelle, la Porte-de-Vincennes, la Porte-d'Orléans et la Porte-Maillot.
Ce ne fut pas fait, mais vous nous avez quand même "petitement écoutés" en lançant l'aménagement de la Porte-Maillot pour lui donner le lustre qu'elle mérite. Nous ne pouvons qu'approuver l'importance relative des 7 millions de francs investis pour cet acte de beauté qui devrait marquer Paris. Pour cela, cette somme n'est pas excessive. Bien sûr, nous souhaitons que les riverains, les Conseils d'arrondissement et les Maires des 16e et 17e arrondissements soient consultés sur le projet futur et que la perspective Concorde, Arc-de-Triomphe, Défense soit respectée.
Par contre, nous regrettons que lorsque le Palais des congrès a engagé sa rénovation, la Ville de Paris n'en ait pas profité pour engager une réflexion avec l'architecte Christian de PORTZAMPARC sur l'image générale que devait offrir la Porte-Maillot.
Nous aurions aimé qu'à ce moment-là l'architecte travaille avec l'artiste mandataire que nous aurions choisi, avec le paysagiste et avec le concepteur lumière.
Si nous voulons faire habiller Paris par nos artistes, il est nécessaire qu'il y ait en amont un travail en commun entre eux et les architectes.
Nous souhaitons donc que pour l'avenir, puisque ce choix n'a pas été fait, nous changions nos habitudes et que nous engagions une réflexion sur l'ensemble des portes de Paris afin que cette rénovation s'inscrive dans une conception générale de Paris, ville de beauté.
(Applaudissements sur les bancs des groupes "U.D.F. et Modérés", "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Merci, Monsieur le Maire.
Vous nous proposez de lancer un appel d'offres pour "la conception d'une oeuvre d'art, de son environnement végétal et de la mise en lumière du jardin au centre de la place Maillot".
En fait, il s'agit, là encore, de tenter de réparer les erreurs du passé.
Le rond-point actuel (1,6 hectare) a été aménagé comme un jardin à la française. Aujourd'hui, il est très dégradé et difficilement accessible. Après avoir agrandi le Palais des congrès, vous voulez donc transformer cette place en un "écrin" mettant en valeur "le joyau" architectural que "serait" le Palais des congrès ! Ces aménagements répondent aux exigences de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, qui ne se soucie pas de l'intégration du Palais des congrès dans un quartier traditionnellement résidentiel de longue date, mais au contraire, lui impose sa loi, son rythme, ses excès.
Tout est fait pour mettre en valeur le Palais des congrès, mais rien n'est fait pour améliorer la vie quotidienne des habitants du quartier. Avant d'installer une oeuvre d'art au centre de la place, mieux vaudrait repenser l'ensemble du jardin et les déplacements piétonniers de cette place.
Vous avez retiré la Croix de Lorraine qui était dressée au milieu de ce jardin et qui, apparemment, était un rappel publicitaire pour le dernier spectacle de Robert HOSSEIN. Je m'insurge contre ce procédé de publicité déguisée, qui occupe l'espace public, alors que la loi l'interdit ! Hier c'était la Croix de Lorraine ; aujourd'hui, c'est le grand panneau publicitaire pour le nouveau spectacle de Robert HOSSEIN, qui cache la façade de l'église de la Madeleine.
Je ne comprends pas pourquoi M. Robert HOSSEIN bénéficie de telles protections en la matière !
Le jardin actuel, bien qu'entouré par de monstrueux flots de voitures, est en cuvette, ce qui permet aux promeneurs d'être protégés des bruits d'une circulation permanente. Il est très "dégradé", dites-vous, et mérite donc plus que des "retouches".
Voilà pourquoi la priorité financière doit être donnée au jardin et non à une hypothétique oeuvre d'art, dont les riverains se moquent éperdument.
Ce jardin est également difficile d'accès, puisqu'on ne peut y accéder en traversant la place, toujours à cause des dangers que représente la circulation.
Il faut donc sérieusement améliorer l'état des couloirs souterrains pour permettre aux promeneurs et aux personnes handicapées d'y circuler confortablement et en sécurité.
Pourquoi ne pas fermer les accès des souterrains le soir par des grilles, comme celles qui existent pour certaines entrées de métro ?
Je vous rappelle également la proposition de l'Association de sauvegarde de l'environnement Maillot-Champerret : créer un passage piéton sous la chaussée, facilement réalisable techniquement et au nord de la place, en symétrie avec celui reliant le Palais des congrès au métro et au R.E.R.
Si vous voulez améliorer la qualité visuelle du site, Monsieur le Maire, commencez par supprimer tous ces panneaux publicitaires qui prolifèrent dans le quartier. Plus de 50 panneaux enlaidissent cette partie du 17e arrondissement à proximité du Palais des congrès. Quoi que vous fassiez, une évidence saute aux yeux : aucune mise en valeur de la Porte-Maillot n'est possible, tant que vous ne trouverez pas les moyens de réduire la circulation des voitures, des poids lourds, de surveiller le stationnement des autocars, de dévier une partie du flot automobile et de supprimer les coupures entre ce quartier et le bois de Boulogne.
Je regrette, encore une fois, qu'aucun document graphique n'ait été joint à ce projet de délibération. J'insiste sur la nécessité pour la Ville de Paris d'être à l'écoute semble-t-il des élus du 17e arrondissement, des Parisiens, des associations plutôt que des techniciens.
Je voterai contre ce projet en l'état actuel du dossier.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, pour répondre aux deux intervenants.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je ne reprendrai pas tout ce qu'a dit Mme SCHNEITER, et je lui laisse la faculté de voter contre. En fait nous n'avons pas de projet définitif puisqu'il s'agit de lancer un appel d'offres pour la conception d'une oeuvre d'art et l'aménagement du jardin. Donc l'état actuel du projet est effectivement assez succinct.
En revanche, je tiens à remercier M. POZZO DI BORGO de ce qu'il a dit concernant ces projets de délibération. C'est le début des aménagements des portes de la Ville. Je tiens à le rassurer sur le fait que bien sûr les élus du 16e et du 17e arrondissement seront tenus au courant de l'évolution des projets.
Il est vrai que l'on peut regretter que l'architecte PORTZAMPARC qui a modifié considérablement l'allure du Palais des Congrès n'ait pas été associé à la réflexion. Enfin, je pense qu'en tout état de cause, le projet ancien qui consiste à mettre une oeuvre d'art à cet endroit va aboutir et que ce sera un beau signe dans cette perspective.
Je vous remercie de l'approuver, mes chers collègues.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie Mme Hélène MACÉ DE LÉPINAY.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 337.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DAC 337).