Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DFPE 20 G - Signature d'une convention passée avec l'association "Horizons" pour l'attribution d'une subvention relative à l'hôpital Mère enfant de l'Est Parisien (11e). - Montant : 450.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2009


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DFPE 20 G relatif à la signature d'une convention passée avec l'association "Horizons" pour l'attribution d'une subvention relative à l'hôpital Mère enfant de l'Est Parisien (11e).

La parole est à M. Daniel ASSOULINE.

M. Daniel ASSOULINE. - Madame la Présidente, mes cher(e)s collègues.

Le projet qui nous est soumis à travers cette délibération est un projet généreux, innovant, puisqu?il s?agit d?accueillir dans une structure hospitalière des jeunes mères toxicomanes, particulièrement fragiles, tant sur le plan physique que psychologique et social. Il est en particulier essentiel de faire en sorte que leurs bébés puissent être accueillis dans les meilleures conditions, avec la garantie d?un suivi attentif et professionnel.

Il s?agit donc d?ouvrir dès janvier 2010 une structure hospitalière de 40 lits pour ces jeunes mères et leur bébé dans l?ancienne Maternité des Bluets - Pierre Rouquès, en leur offrant un suivi pluridisciplinaire durant leur dernier trimestre de grossesse et la première année de l?enfant. Elles seront ainsi accompagnées, non seulement sur un plan somatique par l?équipe hospitalière, mais aussi par des spécialistes de la petite enfance : psychologues, éducatrices de jeune enfant, auxiliaires de puériculture, assistantes de service social... L?objet de ce suivi sera ainsi centré sur la relation mère - enfant. Ce suivi psychologique, social, éducatif, remplit également une véritable mission de prévention, de la maltraitance notamment. L?accompagnement de la mère dans les premiers mois de la vie de l?enfant renforce la force et la qualité du lien mère - enfant. Il aide les mères et les pères dans l?apprentissage de leur fonction parentale, qui n?est malheureusement pas innée, surtout dans les situations d?urgence sociale. Le séjour hospitalier a aussi pour vocation de préparer la sortie et l?intégration de la famille et notamment de l?enfant dans les structures éducatives et soignantes appropriées : P.M.I., services de la protection de l?enfance, modes de garde. Dans les cas très lourds où la séparation est inévitable, un travail sera mené avec la famille pour la rendre le moins traumatique possible, en préservant les liens dans le contexte douloureux du placement.

Inutile de souligner davantage à quel point ce projet répond à une forte demande et à de vrais besoins, pour lesquels il n?existe qu?une seule autre structure en région parisienne l?hôpital du Vésinet (dans le 78) -, qui est elle-même saturée.

C?est l?association "Horizons", dont la compétence en matière de soutien aux familles affectées par la toxicomanie n?est plus à prouver, qui assurera la gestion de cet hôpital. Depuis une vingtaine d?années, l?association assure sa mission de soins, de prévention et d?aide à la réinsertion dans le cadre d?un Centre de soins spécialisés aux toxicomanies et d?un lieu d?accueil parents - enfants, ouvert depuis 2006. Il faut également noter que l?association a accepté de maintenir une activité de planification familiale dans le cadre de cette ancienne Maternité des Bluets, qui, comme vous le savez, a déménagé sur le site de l?hôpital Trousseau en février 2007. Ce n?est pas d?un intérêt secondaire dans ce projet, car nous savons à quel point ces activités sont menacées par le faible soutien que leur apporte le Gouvernement.

Le soutien à la parentalité a déjà fait la preuve de son utilité pour les familles fragilisées. Le projet qui nous concerne s?adresse à des personnes dans une grande détresse psychologique et sociale. C?est pourquoi, mes cher(e)s collègues, le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés apporte son soutien sans réserve à ce projet de délibération.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à

M. LE GUEN.

M. Jean-Marie LE GUEN, au nom de la 6e Commission. Merci, Madame la Présidente.

Quelques mots, d'abord pour remercier notre collègue Daniel ASSOULINE de son exposé qui a été, je crois, très clair, pour rappeler l'importance très forte de cette réalisation, de sa complexité et, encore une fois, de l?engagement de notre collectivité dans des domaines qui sont au-delà de sa responsabilité, mais qui correspondent à un besoin très fort de notre population.

Comme il a pu le résumer, il s'agit à la fois d'une première à Paris, en ce sens d'une structure qui comportera des lits prépartum et post-partum pour l'accueil de femmes enceintes d'une part, et de mères ensuite, et des enfants qui ont été mis au monde de femmes toxicomanes et qui demandent donc des soins très intenses à ce moment extraordinaire qu'elles connaissent. Si vous connaissez un peu les problèmes, ce sont très souvent des femmes dont la grossesse a été très longtemps niée, je veux dire par elles-mêmes. Souvent, on se retrouve avec un accouchement qui est quasiment le moment où se révèle la grossesse. On imagine à partir de là, à la fois la situation sanitaire de l'enfant, la détresse psychologique et sociale de la mère.

Donc, ce genre de structures est évidemment très importante à mettre en ?uvre. Elle est faite avec l'Etat et la sécurité sociale, qui prennent en charge les dimensions médicales, et le Département qui agit à la fois au plan social et préventif dans le cadre de la P.M.I.

Cette structure en plus, deuxième point très important, se trouvera dans l'ancienne clinique des Bluets, qui a été un lieu dont on rappelait récemment d?ailleurs dans la presse le rôle exemplaire en matière d'histoire de la maternité, notamment à Paris. C'est aussi un lieu symbolique très fort, et je pense que notre collectivité locale peut s'honorer de réalisations de ce type.

C'est pourquoi j'imagine que cette délibération sera votée très largement sur tous les bancs.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFPE 20 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DFPE 20 G).

Je vous en remercie.