Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - 2004, ASES 173 G - Subvention de fonctionnement pour l'exercice 2004 à l'association "Aux captifs la libération" (11e) pour son action sanitaire. - Montant : 50.000 euros

Débat/ Conseil général/ Juillet 2004


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération ASES 173 G relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Aux captifs, la libération" pour son action sanitaire.
Vous avez la parole, Monsieur PAGÈS.
M. Olivier PAGÈS. - Merci, Madame la Présidente.
L'association "Aux captifs, la libération", vous le savez, s'est donnée pour mission d'aller à la rencontre des gens qui vivent dans la rue ou de la rue par le biais de tournées, de permanences d'accueil où s'effectue un travail d'écoute et de suivi social, et des programmes de dynamisation.
Elle contribue grandement à la lutte contre la précarité et l'exclusion à Paris. Elle est d'ailleurs subventionnée par la Ville de Paris pour un grand nombre de ses actions.
L'action sanitaire de rue, qui fait l'objet du présent projet de délibération, est menée par l'association depuis fin 1998, essentiellement dans le centre de Paris et le 10e arrondissement, où elle joue un rôle important. Elle favorise en effet l'accès à la prévention et aux soins des personnes à la rue, qui y vivent, et dont on sait qu'elles ont en général de gros problèmes de santé.
Outre l'information et l'orientation dispensées au cours des tournées-rues, l'association a ouvert un centre en début d'année dans le 10e où se tient deux matinées par semaine une permanence de santé sous la responsabilité d'une infirmière.
Devant l'augmentation de son activité et la mise en évidence de besoins nouveaux, l'association avait sollicité une subvention de 73.998 euros pour l'année 2004 afin de développer son action, notamment sur d'autres secteurs. Elle envisageait ainsi le recrutement de 2 agents de médiation et la mise en place d'une vacation de médecin.
Il nous est proposé aujourd'hui de reconduire à l'identique, pour 2004, la subvention de fonctionnement attribuée en 2002 et 2003 à l'association pour son action sanitaire, soit 50.000 euros. Cette proposition étant motivée entre autres par la nécessité d'apprécier la montée en charge de la permanence santé avant d'augmenter le soutien du Département.
"Les Verts" peuvent comprendre cet argument, la permanence santé est relativement jeune.
La convention qui lie l'association et le Département de Paris aujourd'hui autour de son action sanitaire doit prendre fin le 31 décembre 2005. Nous sommes naturellement pour son renouvellement. Je pense que, d'ici là, le Département aura eu le temps d'apprécier la montée en charge de la permanence santé dont je suis convaincu et proposera une augmentation de la subvention en rapport avec les projets de développement de l'association. Nous y veillerons.
Je vous remercie.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Pour vous répondre, la parole est à M. Alain LHOSTIS.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - M. PAGÈS a dit l'essentiel, à savoir qu'il s'agit d'une association qui fait un travail de très grande qualité et je le sais d'autant plus qu'une grande partie de son activité se situe dans les gares de l'Est et du Nord dans l'arrondissement dont je suis l'élu. Il est évident que plusieurs adjoints sont très attentifs à son action. Vous avez souligné l'aide forte de la Municipalité parisienne ; en effet, ce n'est pas la seule subvention que nous accordons à l'association, dont 44 % du budget provient de financements Département-Ville de Paris. Nous sommes le principal financeur avec la D.D.A.S.S., et la Ville de Paris donne plus que celle-ci. Vous avez également soulevé la demande nouvelle. Il est évident que nous la regardons avec la plus grande attention et qu'au moment du renouvellement de la convention, nous serons tout aussi attentifs que vous à regarder les efforts supplémentaires que nous pourrions faire. Le travail des professionnels des tournées de rues est absolument nécessaire devant l'extension de l'extrême pauvreté et des difficultés sanitaires qui s'y rattachent. Et avec vous, nous examinerons dans le courant 2005 comment il est possible de renforcer encore notre aide à cette association "Aux captifs, la libération".
Merci de votre attention.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 173 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, ASES 173 G).