Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

87 - QOC 2001-234 Question de Mme Claude-Annick TISSOT et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés " à M. le Maire de Paris relative à la fermeture de l'école primaire, rue Titon (11e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2001


Libellé de la question :
"Mme Claude-Annick TISSOT et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" demandent à M. le Maire de Paris les raisons qui ont poussé le Rectorat à maintenir la fermeture de l'école primaire, rue Titon (11e) compte tenu du fait que c'est la troisième fermeture consécutive qui remet en cause le travail collectif des enseignants ainsi que celui de la rue Pihet malgré le fait que cette dernière voie soit dans une zone Z.E.P.
C'est pourquoi Mme Claude-Annick TISSOT et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" souhaitent connaître les raisons pour lesquelles ces deux fermetures ont été maintenues compte tenu de ces contraintes."
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"Lors des discussions avec l'Académie de Paris portant sur les mesures de carte scolaire qui relèvent de sa compétence, l'attention a plusieurs fois été attirée par l'adjoint au Maire de Paris chargé de la vie scolaire et de l'ARS sur la situation des écoles Titon et Pihet et sur les risques que représentent des décisions de fermetures de classes successives pour leur évolution.
Ainsi, il a été obtenu la révision de la situation de ces établissements au jour de la rentrée par l'examen des effectifs constatés. Or, ceux-ci n'ont malheureusement pas pu justifier, au regard des critères de l'Académie, le maintien du nombre de classes et la fermeture d'une classe à l'école Titon et d'une classe à l'école Pihet a été décidée.
L'Académie fait valoir que ces écoles dont l'une, l'école Pihet est classée en Z.E.P., restent dans les normes d'encadrement définies malgré ces fermetures.
La chute des effectifs des écoles en question est sensible depuis plusieurs années ce qui a déjà conduit des fermetures de classes en 1999 et 2000."