Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

149 - QOC 2001-255 Question de M. Laurent DOMINATI, élu indépendant non inscrit, à M. le Maire de Paris sur le phénomène des "raves parties" et des "free parties"

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2001


Libellé de la question :
"Le phénomène des "raves" et "free" parties (manifestations autour de la musique électronique) est au c?ur de l'actualité, même à Paris. Si les "free" parties sont organisées de façon sauvage, les "raves", quant à elles, le sont en respectant les normes de sécurité.
C'est la raison pour laquelle M. Jean-Baptiste LEMOYNE, élu du 4e arrondissement, a émis 3 propositions pour que la Ville de Paris mette en place des expériences pilotes, pour faire une vraie place aux musiques électroniques.
M. Laurent DOMINATI demande donc à M. le Maire de Paris quelle réponse il compte apporter aux 3 propositions de M. LEMOYNE : l'organisation, une fois par mois, en collaboration avec la R.A.T.P., d'une "rave" partie dans la station de métro "Bibliothèque François Mitterand", sur la ligne 14 du métro parisien ; la nomination d'un médiateur chargé des nouvelles musiques et la création d'une mission pour étudier les politiques mises en ?uvre dans des villes à l'étranger."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"L'organisation, une fois par mois, en collaboration avec la R.A.T.P., d'une "rave" partie dans la station du métro "Bibliothèque François Mitterrand", sur la ligne 14 du métro parisien poserait des difficultés d'organisation et n'a pas été suggéré par la R.A.T.P., là comme ailleurs.
Il serait préférable de choisir des lieux qui ne soient pas tributaires des déplacements. Une station de métro pose en plus des problèmes de sécurité, voire d'hygiène pour les participants. Ces aspects essentiels pour la tenue de telles manifestations ne plaident pas en faveur d'une réponse favorable de la Municipalité.
Les nouvelles musiques sont déjà prises en compte puisqu'à la Direction des Affaires culturelles, il existe un Bureau de la musique et de l'art lyrique chargé du secteur des musiques classiques et des musiques actuelles.
Il est inscrit au budget municipal une ligne budgétaire intitulée jazz/musiques actuelles/chanson qui permet de subventionner un certain nombre de manifestations (pour exemple : celles organisées par le Batofar et la Guinguette Pirate). C'est ainsi que pour l'année 2001 ont été votés 500.000 F au budget primitif et 500.000 F au budget modificatif pour soutenir ce secteur.
D'autre part, un projet de réhabilitation du théâtre de la Gaîté lyrique en centre des musiques actuelles est à l'étude et un CICA à ce sujet se tiendra en octobre à la mairie du 3e arrondissement.
Enfin, la Direction des Affaires culturelles serait à même, si les élus le souhaitaient, d'assurer le lien entre les organisateurs de manifestations et ma délégation, elle-même responsable de la coordination avec la Préfecture de police en étroite collaboration avec le Secrétariat général. Elle pourrait également assurer une mission d'étude sur les autres villes françaises et étrangères.
En conclusion, sachez que l'ironie de la question ne m'a pas échappé."