Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à l’extension du dispositif de formation au primo-accueil des victimes.

Déliberation/ Conseil municipal/ Avril 2006 [2006 V. 126]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 7 avril 2006.
Reçue par le représentant de l?Etat le 7 avril 2006.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Sur proposition du groupe socialiste et radical de gauche, des formations au primo-accueil des victimes ont été mises en place pour les personnels volontaires des mairies des mairies de 4 arrondissements pilotes : les 10e, 14e, 15e et 20e arrondissements. Ces formations, organisées en partenariat avec l?association Paris Aide aux Victimes, s?inscrivent dans le cadre de l?avenant au Contrat parisien de sécurité signé en février 2002 par le Maire de Paris, le Préfet de police, le Procureur de la République et le Recteur d?Académie.

Cette expérience s?avérant très positive, le groupe socialiste et radical de gauche souhaiterait étendre le volet formation de cette opération aux élus et à leurs collaborateurs. En effet, les personnes formées au primo-accueil des victimes sont assez peu nombreuses et seulement présentes dans 4 des 20 arrondissements parisiens. Dans les 4 arrondissements pilotes, il arrive également que les permanences se tiennent à des moments où les personnels des mairies ne sont plus présents. Si les élus et leurs collaborateurs pouvaient bénéficier d?une formation au primo-accueil des victimes, ils seraient à même d?orienter correctement ces victimes vers les services concernés.

La qualité du primo-accueil est souvent déterminante pour les victimes : une mauvaise orientation peut ainsi avoir des conséquences dramatiques, que la personne renonce à porter plainte ou même à être vue par un médecin. Or, de nombreuses victimes, en particulier les victimes de violences conjugales, n?ont pas forcément pour premier réflexe de se rendre au commissariat : leur assurer un primo-accueil efficace dans les permanences faciliterait leur prise en charge par les services compétents et permettrait d?accélérer des démarches qui s?avèrent toujours difficiles et douloureuses pour les personnes concernées.

Aussi sur proposition de M. Gilles ALAYRAC et des élus du groupe socialiste et radical de gauche,

Emet le voeu :

Que le dispositif de formation au primo-accueil des victimes soit ainsi étendu aux élus et à leurs collaborateurs.