Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la gestion du stationnement sur voirie.

Déliberation/ Conseil municipal/ Mars 2002 [2002 V. 38]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 4 avril 2002.
Reçue par le représentant de l'Etat le 4 avril 2002.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Alors que la majorité municipale a opéré récemment des choix forts dans le domaine de la gestion du stationnement sur voirie, en abaissant le tarif résidentiel à 1/2 euro par jour, il s'agit aussi de faire, dès maintenant, des choix novateurs dans le domaine du stationnement souterrain, en particulier en ce qui concerne les parcs des bailleurs sociaux.
Cet effort est d'autant plus indispensable qu'il faut dégager plus d'espaces de la voirie parisienne pour les circulations douces et les transports en commun, ce qui va réduire le volume de stationnement automobile sur voirie. De plus, la mise aux normes de sécurité incendie implique, à moyen terme, la suppression de nombreuses places de stationnement sur voirie.
Il est donc impératif et urgent de mieux utiliser les parcs des bailleurs sociaux en améliorant leur sécurité, en les aménageant, en réduisant leur coût d'utilisation parfois trop élevé. Une ressource importante en matière de stationnement peut être ainsi dégagée dans ces parcs : on évoque le chiffre de 100.000 places à l'échelle de Paris, dont environ 30 % ne seraient pas aujourd'hui louées. L'O.P.A.C., il faut le souligner, dispose du parc le plus important.
Sur la proposition de Mme Sophie MEYNAUD et des élus du groupe communiste,

Emet le v?u :

Que pour ces raisons, la Ville de Paris s'engage sans attendre, en lien avec les bailleurs sociaux, dans une politique de gestion globale des parcs de bailleurs sociaux, avec :
- une politique systématique de sécurisation et d'aménagement des parcs rencontrant des problèmes ;
- une mise à l'étude, dans le cadre du P.D.P. d'un système de location centralisé, une meilleure information aux usagers ;
- un prix de location incitatif du stationnement résidentiel qui ne soit pas un facteur d'exclusion vis à vis des familles modestes des quartiers concernés.