Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

35 - 1995, D. 1125 - Subventions à diverses oeuvres d'enseignement.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération D. 1125 relatif à des subventions à diverses oeuvres d'enseignement.
Madame LE MOEL, vous avez la parole.

Mme Maryse LE MOEL.- Merci, Monsieur le Maire.
Mes chers collègues, nous avons eu à examiner en conseil d'arrondissements l'attribution de subventions à deux coopératives scolaires d'école maternelle qui organisent des classes de nature.
La demande de la coopérative de l'école maternelle de la rue de la Goutte-d'Or est acceptée, et le conseil du 18e arrondissement a émis un avis favorable à l'unanimité.
Par contre aucune explication ne permet de comprendre pourquoi la Ville refuse de satisfaire à la demande de la coopérative de l'école maternelle de la rue des Cloÿs en ce qui concerne deux courts séjours en classe de poney pour 75 enfants.
En l'absence de toute information, le conseil d'arrondissement a voté la reconduction de la subvention à hauteur de 3.000 F, égale à celle accordée en 1992 et 1993.
Cette subvention ne représenterait que 4,6 % du budget, taux très faible au regard de l'intérêt social et éducatif que représentent ces classes de nature.
Nous demandons au Conseil de Paris d'adopter la proposition faite par le conseil du 18e, c'est-à-dire la reconduction d'une subvention de 3.000 F identique à celle des deux années précédentes.
Je vous remercie.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Madame.
Monsieur GOASGUEN, vous avez la parole.

M. Claude GOASGUEN, adjoint, au nom de la 4e Commission.- La différence qui est faite entre les deux coopératives scolaires, portant par ailleurs sur des sommes qui sont tout à fait mineures puisqu'il s'agit d'une différence de 500 F, ce qui peut paraître dérisoire, tient au fait que l'une est située en Z.E.P. et l'autre ne l'est pas, ce qui fait que nous avons établi cette différence après discussion avec les autorités académiques.
Pour la première, nous avons donc attribué 2.500 F, et pour la deuxième qui correspond à une école maternelle située dans une Zone d'éducation prioritaire, nous avons attribué la somme de 3.000 F.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur GOASGUEN.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 1125.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1995, D. 1125).