Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

147 - QOC 2001-253 Question de M. Laurent DOMINATI, élu indépendant non inscrit, à M. le Maire de Paris relative à la pollution engendrée par les locomotives diesel à la gare de l'Est

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2001


Libellé de la question :
"Alors qu'une enquête d'"AIRPARIF" a démontré un taux de pollution de 20 % supérieur à la moyenne du quartier au sein même de la gare de l'Est et que sa proposition de création, à l'Assemblée nationale, d'une Commission d'enquête sur les nuisances provoquées par les locomotives Diesel a été rejetée, M. Laurent DOMINATI souhaiterait connaître la position de M. le Maire de Paris face à la pollution engendrée par ces locomotives et les dispositions qu'il envisage de prendre pour y remédier."
Réponse (M. Yves CONTASSOT, adjoint) :
"Les conclusions d'une étude d'AIRPARIF relative à la qualité de l'air aux abords de la gare de l'Est ont récemment été rendues publiques. Elles seront complétées, avant la fin de l'année, par une autre analyse, qui devra déterminer précisément quelle part de la pollution est directement liée aux locomotives diesel.
D'ores et déjà, on peut tirer une première conclusion de cette enquête : s'il est vrai qu'une part de la pollution dans la gare de l'Est est imputable au trafic des locomotives diesel, il ne faudrait pas que l'arbre ferroviaire cache la forêt du trafic routier, responsable quant à lui de l'écrasante majorité des émissions polluants dans toute l'Ile-de-France, y compris dans le quartier de la gare de l'Est.
Par ailleurs, la S.N.C.F. a engagé, en partenariat avec le Conseil Régional d'Ile-de-France, la remotorisation d'une partie du parc des locomotives diesel desservant la gare de l'Est. Ce programme qui concerne 30 locomotives devrait être achevé fin décembre 2002 ou au début de l'année 2003.
Le fonctionnement de ces locomotives risque toutefois d'occasionner encore une certaine pollution, notamment au démarrage, et ce, malgré l'avancée technologique que constituent leurs moteurs.
C'est pourquoi la Municipalité, en relation avec les collectivités locales concernées, a pour objectif d'accélérer encore ce calendrier afin d'obtenir rapidement l'électrification de la ligne Paris-Troye. Une première phase des travaux consistant à électrifier la partie de la ligne sur le territoire de l'Ile-de-France se terminera en 2007 permettant de gagner 18 mois sur l'échéancier initial prévu, d'après les informations fournies par Réseau ferré de France.
Dans cette attente, la Ville de Paris a demandé à la S.N.C.F. de poursuivre et d'amplifier ses actions déjà engagées, et qui visent à réduire au minimum les mouvements de locomotives diesel dans Paris intra muros."