Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - 2001, DPA 145 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire 2 avenants à des marchés à bons de commande pour substitution de titulaires des marchés et augmentation des montants des commandes pour la fourniture de lampes, sources lumineuses, accessoires et appareils d'éclairage, matériels électriques, blocs autonomes des bâtiments municipaux en régie

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2001


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DPA 145 relatif à la souscription de 2 avenants à des marchés à bons de commande pour substitution de titulaires des marchés et augmentation des montants des commandes pour la fourniture de lampes, sources lumineuses, accessoires et appareils d'éclairage, matériels électriques, blocs autonomes des bâtiments municipaux en régie.
Madame AZZARO, vous avez la parole.
Mme Nicole AZZARO. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs, mon intervention porte sur deux délibérations qui ont comme point commun la livraison d'appareils consommateur d'énergie. Cette délibération, pour laquelle vous me donnez la parole, et une seconde qui sera soumise au vote plus tard au nom de la 4e Commission : la DASCO 110.
Monsieur le Maire, ces deux délibérations me donnent l'occasion d'aborder le sujet des économies d'énergie.
En juin dernier, l'ADEME a lancé une campagne intitulée "préservez votre argent, préservez votre planète".
L'ADEME et le Ministère de l'environnement cherchent à sensibiliser le grand public. La raison de cette mobilisation : en France 50 % des consommations d'énergies et des émissions de CO2 sont dues aux particuliers.
La campagne médiatique, interprétée à la télévision par Fabrice LUCHINI, donne des solutions simples : éteindre vraiment les appareils plutôt que de les laisser en veille, utiliser les ampoules basse consommation, etc.
Cette nécessité d'économie s'inscrit dans le respect du Protocole de Kyoto, signé le 11 décembre 1997.
Si la campagne de l'ADEME vise les particuliers, les collectivités doivent également participer à l'effort.
La mise en place d'une véritable politique d'économie d'énergie doit être décidée. Elle doit s'articuler sur plusieurs axes qui me permettent de rebondir sur les deux appels d'offres proposés aujourd'hui à notre Assemblée.
Concernant la fourniture de lampes et de sources lumineuses, la priorité doit être donnée à la fourniture d'ampoules basse consommation.
Il est vrai que, pour l'instant, ces ampoules base consommation restent plus chères à l'achat, de 4 à 9 fois plus qu'une ampoule à incandescence classique. Mais elles durent de 5 à 10 fois plus longtemps. Dès la première année le surcoût peut être équilibré. A partir de la seconde année, les économies commencent !
En optant pour les ampoules basse consommation, la Ville de Paris s'engagerait dans une véritable démarche de protection de l'environnement tout en faisant des économies !
Concernant la livraison d'appareils électroménagers nécessaires aux 700 établissements scolaires municipaux, la réflexion doit être la même. Priorité doit être donnée aux appareils peu consommateurs. Il existe depuis plusieurs années un système d'étiquetage mettant en évidence les caractéristiques techniques, et surtout de consommation. La Ville de Paris doit s'engager, là aussi, à donner priorité aux appareils peu consommateurs.
Je demande donc, au nom du groupe "Les Verts", que les marchés passés par la Ville de Paris comportent systématiquement une clause obligeant à proposer les appareils les moins consommateurs d'énergie.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 145.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DPA 145).