Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe M.R.C. relatif à la cohésion sociale à Paris.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2006


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen de la proposition de v?u référencée n° 7 G dans le fascicule, déposée par le groupe du Mouvement républicain et citoyen, relative à la cohésion sociale à Paris.

La parole est à Mme CAPELLE.

Mme Liliane CAPELLE. - Dans la droite ligne de ce que je viens de dire, ce voeu sert simplement à trouver des solutions.

Mme VAUTRIN a bien annoncé un renforcement Ile-de-France. 1.100 places d?hébergement et de stabilisation seront proposées au public en grande exclusion. Ce qui pour Paris est notoirement insuffisant et reste particulièrement vague.

C?est pourquoi nous demandons que le Maire de Paris obtienne de la Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la parité un état détaillé des mesures qui, dans le cadre de ce plan, s?appliqueront à la Capitale ainsi qu?un renforcement substantiel des objectifs annoncés.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame CAPELLE.

Emettez-vous un avis favorable ou défavorable, Madame STIEVENARD ?

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente. - L?an dernier, le Maire de Paris avait demandé que l?Etat reconsidère complètement le fonctionnement de l?urgence pour évoluer vers un fonctionnement des centres 24 heures sur 24 ou à tout le moins en horaires élargis et sur l?ensemble de l?année. Il y a eu quelques avancées récentes qui demeurent cependant insuffisantes, comme cela a été observé tout à l?heure.

Si Mme CAPELLE me le permet, comme les indications chiffrées ont été fournies en réponse à une question précédente, je propose de vous les transmettre par écrit.

Grosso modo, on peut dire que 230 places de stabilisation sont créées désormais ou sont en voie de l?être. La Préfecture nous a annoncé l?application du...

M. Christian SAUTTER, président. - Madame STIEVENARD, dites-nous ce que vous pensez du v?u.

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente. - Oui, excusez-moi.

M. Christian SAUTTER, président. - Terminez.

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente. L?application du plan Vautrin à Paris, vous aurez les chiffres. Cela s?avère notoirement insuffisant. Plus encore en Ile-de-France puisqu?il y a un rééquilibrage à opérer. Or, le Gouvernement fait l?impasse totalement sur cet aspect des choses.

Pour le reste, vous connaissez l?état de la précarité dans le pays dont nous ressentons les effets à Paris. Vous connaissez les dettes de l?Etat envers les collectivités locales, notamment les départements. Je dirai aussi à l?égard du C.A.S.-V.P., puisque nous gérons un certain nombre de centres d?hébergement d?urgence et de réinsertion sociale ; et à ce titre, l?Etat nous doit plus d?un million d?euros.

Bref, il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine. Donc Paris est en proposition permanente à l?égard de l?Etat tant en termes de lieux d?accueil que d?accompagnement financier pour accélérer les réalisations. Mais pour l?instant, nous n?avons pas de réponse positive de ce côté-là de la part de l?Etat.

Nous sommes donc très favorables au v?u que vous avez déposé.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup, Madame STIEVENARD.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe du Mouvement républicain et citoyen, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 26 G).