Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par M. Patrick BLOCHE et Mme Liliane CAPELLE relatif à la participation financière du Gouvernement français à la restauration du site d'Auschwitz.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Nous passons donc au v?u n° 78, qui est présenté par Patrick BLOCHE et Liliane CAPELLE.

Je donne la parole à Liliane CAPELLE.

Mme Liliane CAPELLE, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Je ne veux absolument pas polémiquer sur un sujet qui devrait être vraiment tout à fait consensuel. Beaucoup de choses ont été dites. Effectivement, nous sommes maintenant dans le 65e anniversaire de la libération des camps.

Auschwitz Birkenau, c'est un cimetière sans sépulture. Il ne reste plus que quelques centaines de survivants. L?important, par rapport à Auschwitz Birkenau, c?est effectivement ce qui va se passer dans 10, 20, 50 ou 100 ans. Si nous ne faisons rien, effectivement, tous ces morts sans sépulture seront définitivement engloutis dans la nuit et le brouillard. Cela, je ne peux pas m?y résoudre et je ne suis évidemment pas la seule dans ce cas.

Effectivement, le Maire de Paris a décidé et nous a fait voter cette somme de 310.000 euros, qui correspond à la restructuration et la consolidation d'un bâtiment. C'est vrai que j'ai entendu, comme vous, le Premier ministre, mais je l'ai surtout entendu demander à Mme VEIL qu'elle lui donne des conseils sur ce qu?il fallait faire. C?était très bien.

Moi, je demande surtout - effectivement il manque 60 millions en fait, puisque 60 millions sont déjà apportés par l'Allemagne - car il manque 60 millions et qu'au-delà de ces 60 millions, que la France ou d'autres pourraient mettre, d'abord je voudrais savoir combien la France va mettre, mais je voudrais surtout que la France soit porteuse sur le plan international d'une demande pour que ce site soit vraiment protégé.

A l'heure actuelle, il est dans une fondation, mais une fondation dont on n'est pas sûr que les moyens seront pérennes. Au-delà de l'argent, que je suppose l'Etat va mettre et qui sera certainement de manière tout à fait substantielle, mais au-delà de tout cela, il faut que ce site soit réellement protégé, qu'il devienne? je ne sais pas? qu'il soit protégé par l'O.N.U., par l'U.N.E.S.C.O., je ne sais pas, je ne suis pas une grande spécialiste de ces demandes, mais je demande, en dehors de l'argent que l'Etat peut mettre, qu?une conscience forte se mette en place pour sauver vraiment la mémoire de ces morts sans sépulture.

Je le répète, excusez-moi pour mon émotion !

Je vous remercie.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Bien.

La parole, pour vous répondre, est à Catherine VIEU-CHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Chère Liliane, vraiment, je sens ton émotion à travers ce v?u. Je la comprends tout à fait.

Je voudrais apporter quelques éléments. C'est pour cela que l'on émet le v?u que la France contribue au financement de la restauration du site d?Auschwitz parce que nous n'avons pas réellement d'indication. Ce n?est pas polémique, mais à ce jour, selon les dernières informations parues dans la presse, quatre pays ont versé une contribution : la République Tchèque, à hauteur de 77.000 euros, la Suède, à hauteur de 95.000 euros, la Norvège, à hauteur de 239.000 euros et l'Allemagne, 60 millions d'euros.

Donc, je pense que la France s'honorera - je dis "s'honorera" parce que je ne doute pas qu'elle le fera - de contribuer au financement de la restauration du site d?Auschwitz-Birkenau.

Bien évidemment, je suis tout à fait le v?u présenté par Liliane et c'est un avis évidemment favorable.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Bien.

Je crois que si?

Vous reprenez la parole, Monsieur DUBUS ? Très rapidement, pour une explication de vote. Vous nous avez déjà donné les éléments.

M. Jérôme DUBUS. - Je comprends l'émotion et je la partage puisqu?il y a un an, nous avions proposé ce v?u.

Madame CAPELLE, d'abord, le site est déjà classé au patrimoine de l'U.N.E.S.C.O.

Mme Liliane CAPELLE, adjointe. - Oui, mais il n'est pas protégé.

M. Jérôme DUBUS. - Il est classé, c'est déjà un premier point.

Je le répète, mercredi dernier, au dîner du C.R.I.F., pour ceux qui y étaient, je crois que le Premier Ministre a été extrêmement clair : il a engagé la France. On ne sait pas à hauteur de combien, mais il a engagé solennellement la France à une participation pour la rénovation de ce camp et il en a informé l'ambassadeur de Pologne en France très officiellement.

Nous allons voter ce v?u mais, pour nous, c'est bien évidemment déjà fait.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Bien.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l?unanimité. (2010, V. 37).