Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au service public de la propreté de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au v?u no 30 relatif au service public de la propreté de Paris, déposé par le groupe U.M.P.P.A.

C'est Mme DOUVIN qui va le présenter et M. DAGNAUD qui va répondre.

Mme Laurence DOUVIN. - La propreté de la voie publique est bien sûr une préoccupation constante et incontournable des Parisiens. Rappelons-nous qu'en juillet 2008, quand nous avons eu ici un débat en Conseil municipal sur le choix de mode de gestion de la collecte des déchets, la Municipalité s'était engagée à affecter des agents supplémentaires aux missions d'entretien de l'espace public.

Lors du v?u de l?Exécutif adopté lors de ce même débat, selon lequel les renforcements d?effectifs doivent être affectés en fonction des besoins de traitement et en complément des actions de mobilisation des usagers pour la prévention des souillures, il y a eu une nouvelle organisation de la collecte des déchets ménagers dans les 3e et 19e arrondissements. Cette nouvelle organisation a libéré des personnels.

Nous demandons donc au Maire de Paris de réaffecter ces personnels dans les arrondissements parisiens, y compris à l'Ouest, afin de renforcer les effectifs dévolus au nettoiement des rues.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Bravo, Madame DOUVIN : 58 secondes !

Monsieur DAGNAUD ?

M. François DAGNAUD, adjoint. - Votre v?u, chère collègue, fait référence à celui effectivement voté par notre Assemblée en juillet 2008, évoquant l?adaptation des effectifs au besoin de traitement et le redéploiement des personnels affectés avant juin 2009 à la collecte dans le 3e et le 19e arrondissement.

Je vous confirme que les 3e et 19e arrondissements ont d'ores et déjà restitué les 58 emplois supprimés au budget 2010 en contrepartie des nouveaux marchés de collecte, alors même que le Conseil de Paris de juillet 2008 avait retenu le principe d?une stabilisation des effectifs du 19e arrondissement, longtemps sinistré, afin de rattraper les retards accumulés.

Nous apprécions à sa juste valeur la demande des élus U.M.P.P.A. qui réclament à Paris ce qu'ils condamnent partout ailleurs, à l'image du Président de la République et du Premier Ministre, à savoir des emplois publics supplémentaires, mais nous entendons bien rester, nous, dans une totale cohérence et une grande honnêteté vis-à-vis des Parisiens et des élus qui, sur le terrain et dans les 20 arrondissements, partagent désormais avec nous le copilotage de la propreté et nous entendons donc bien respecter quelques principes.

D'abord, premier principe, le Maire de Paris, vous le savez, a souhaité engager un copilotage de la propreté qui associe les mairies d'arrondissement à la définition des objectifs et à l'affectation des moyens. Les maires qui verraient évoluer les moyens affectés à leur arrondissement seraient donc naturellement associés à ces évolutions, ainsi d'ailleurs que les partenaires sociaux.

Second principe, ces éventuelles évolutions ne pourraient que contribuer à corriger les éventuelles disparités entre arrondissements telles que léguées par l'histoire de cette Ville et certainement pas à les accentuer.

En tout état de cause, vous connaissez ma conviction que je crois d?ailleurs de plus en plus largement partagée sur les bancs de notre Assemblée, l'amélioration durable de la propreté ne se réduit pas à la seule question du toujours plus d'effectifs, elle passe aussi et peut-être surtout par une plus grande efficacité du service public, par des politiques locales de prévention des souillures, c'est-à-dire par le traitement localisé des points noirs, et la sensibilisation et la verbalisation des pollueurs désormais effectuées en lien étroit avec les mairies d'arrondissement.

Je suis donc amené à ne pas proposer à l'Assemblée d'adopter le v?u tel que rédigé.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u assorti d'un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.