Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la sauvegarde et à la rénovation de l'église Saint-Germain-de-Charonne située 4, place Saint-Blaise (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Nous allons maintenant passer à l'examen de v?ux qui ne se rapportent à aucun projet de délibération. Nous commençons par le v?u n° 73 du groupe U.M.P.P.A., relatif à la rénovation de l'église Saint-Germain-de-Charonne dans le 20e.

La parole est à Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Madame la Maire.

Je vais encore être un peu excessive, Monsieur GIRARD, mais vos réponses ne sont pas très satisfaisantes, à mon avis.

L'état du patrimoine religieux appartenant à la Ville est, mes chers collègues, dans un état particulièrement préoccupant et ce ne sont pas les communiqués concernant une restauration tout à fait partielle de l'église Saint-Sulpice qui sont de nature à nous rassurer.

Saint-Germain-de-Charonne est une petite église de village, construite à flanc de coteau et entourée de son cimetière. Cela en fait un édifice unique à Paris. L'église a été construite sur un terrain qui manque de stabilité et qui a toujours bougé. Cependant, des désordres importants, dont les causes n'ont pas été recherchées, se sont produits qui ont entraîné, fait exceptionnel, la fermeture de l'église au public.

Depuis, des confortations d'urgence ont été faites dans l?attente des travaux.

Or, mes chers collègues, une étude préalable de l'architecte en chef territorialement compétent est prête depuis deux ans. Elle préconise une reprise en sous-?uvre de l'édifice. Il faut maintenant que la Ville, très rapidement, confie à un architecte la mission de maîtrise d'?uvre des travaux.

C'est le sens de notre v?u qui vise à rendre l'église aux habitants et au clergé de cette paroisse, ainsi qu'à tous les visiteurs et à sauvegarder un monument historique. Il serait symbolique que l?église du village de Charonne, 150 ans après le rattachement de celui-ci à Paris, fasse l'objet par notre Ville de l'attention qui lui est nécessaire.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Pour vous répondre, la parole est à Danièle POURTAUD.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Oui. Merci, Madame la Maire.

Je voudrais remercier Mme MACÉ de LÉPINAY, élue du 15e, de prêter autant d'attention à l'église Saint-Germain-de-Charonne qui se situe dans le 20e arrondissement !

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je suis parisienne.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Mais je me demande si finalement cette sollicitude n'est pas plutôt liée aux remords que pourrait avoir l'ancienne adjointe au Maire de Paris qui a laissé cette église, comme beaucoup d'autres, se dégrader faute d'investissements avant 2001.

(Mouvements de protestation sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

Ecoutez, Madame MACÉ de LÉPINAY...

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Cela fait 10 ans.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Cela fait 10 ans que vous êtes là !

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - ? je crois que le patrimoine...

(Mouvements de protestation sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Un peu de silence, s'il vous plaît.

La parole est à Danièle POURTAUD pour la réponse.

Je vous remercie.

(Mouvements de protestation sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Lorsque vous disiez, au début de votre intervention, que l'état de beaucoup de nos églises était fort dégradé, je ne vous ferai pas l'injure d'imaginer que vous pensez que ces églises se sont dégradées en quelques années. Elles ont carrément manqué d'entretien depuis de fort nombreuses années !

Je vous rappelle également...

M. Alain DESTREM. - 2001.

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Je vous rappelle également que les crédits consacrés à l?entretien?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Comparez ! Répondez sérieusement !

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Je suis absolument certaine que vous prendrez la parole après, Monsieur LEGARET, mais pas en même temps !

Les crédits consacrés à l'entretien du patrimoine de 2001 à 2008 ont représenté quatre fois ceux qui avaient été consacrés à l'entretien du patrimoine dans la mandature précédente.

Maintenant, revenons à Saint-Germain-de-Charonne parce que ce sujet est sérieux et qu'il mérite nettement mieux qu'une polémique.

Mme Géraldine POIRAULT-GAUVIN . - Que vous avez provoquée !

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Donc, vous avez raison, Madame MACÉ de LÉPINAY, l'état de cette église, qui est extrêmement surveillée par les services de la Ville, s'est dégradé assez rapidement. Nous avons été alertés fin novembre.

Nous avons réagi avec la rapidité et la détermination qui s'imposaient.

Je vous signale que je me suis rendue sur place le 26 novembre, avec tous les services de la Ville et ceux de l'Etat, en présence du curé de la paroisse, de l'Association diocésaine de Paris et des élus du 20e. Nous avons aussitôt demandé à la commission de sécurité de la Préfecture de se rendre sur place. Comme vous le savez, cela a abouti à fermer l'église dès le 3 décembre, décision, comme vous le savez, extrêmement difficile à prendre, car lourde de conséquences pour la paroisse, qui plus est, à quelques jours de Noël.

Je ne peux donc évidemment pas vous laisser dire, comme vous le dites dans les considérants de votre v?u, qu'il y a un quelconque danger puisque vous écrivez cela aujourd'hui, le 9 février. Il n'y a aucun danger ni pour les paroissiens ni pour les visiteurs puisque l'église est fermée, je le répète, depuis le 3 décembre.

Vous avez des informations incomplètes.

Nous avons mobilisé tous les services de la Ville concernés, sous la conduite du Secrétariat général, avec l'aide et l'appui de l'architecte en chef des Monuments historiques, pour lancer les mesures de consolidation quelques jours avant Noël. Nous avons réussi à mobiliser les quelque 500.000 euros nécessaires pour cette première phase et je peux vous assurer que ce n'était pas absolument évident ni facile à une semaine de la clôture budgétaire.

Je voudrais également profiter de cette séance pour rendre publiquement hommage à tous les services de la Ville et notamment à ceux de la Direction des Affaires culturelles et ceux de la Direction des Finances, qui ont su se rendre disponibles et ont compris l'urgence.

Nous sommes maintenant en train de finaliser les études de reprise des fondations de l'église, afin de réaliser le plus rapidement possible les travaux qui s'imposent. Nous sommes en contact régulier avec l'Association diocésaine de Paris et le curé de la paroisse. Je me suis engagée à leur donner très vite un calendrier des travaux, puisque, comme vous l'avez observé, effectivement, il est extrêmement difficile pour la communauté d'une paroisse de fonctionner avec une église fermée.

Après cette phase de consolidation, nous lancerons, bien entendu, la restauration de Saint-Germain-de-Charonne qui est non seulement une des plus vieilles mais également une des plus pittoresques églises de Paris.

Je ne peux donc pas accepter les considérants de votre v?u. Je vous ferai remarquer également que je pense vraiment qu'il n'y avait pas lieu à polémiquer sur ce sujet.

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - C'est bien vrai !

Mme Danièle POURTAUD, adjointe. - Je vous rappellerai juste, pour en finir, après les chiffres généraux que je donnais tout à l'heure sur l'entretien du patrimoine, quelques chiffres très significatifs, me semble-t-il, sur les dépenses engagées pour Saint-Germain-de-Charonne : de 1995 à 2001, 300.000 euros consacrés à Saint-Germain-de-Charonne, depuis 2001, 900.000 euros ont été dépensés pour consolider et faire les études nécessaires : assainissements, sondages géotechniques, consolidation générale des structures.

J'espère qu'après toutes ces explications, toutes ces indications, tous ces chiffres, Madame MACÉ de LÉPINAY, vous pourrez retirer votre v?u.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Après cette réponse fort détaillée sur ce v?u, j'ai cru comprendre qu'il y avait un avis défavorable de l?Exécutif, nous allons donc passer au vote.

Retirez-vous votre v?u, Madame MACÉ de LÉPINAY ? Avez-vous été convaincue ?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je vais dire à Mme POURTAUD que j'admets qu'il y a des considérants qui n'étaient pas très habiles dans mon v?u, mais le but de mon v?u est quand même, et je pense que tout le monde peut être unanime sur ce sujet, de dire qu'il faut faire les travaux le plus vite possible ; c?est tout.

Je vous remercie pour la réponse que vous me donnez, en m'assurant qu?ils vont se faire rapidement.

Maintenant, les études étant faites, je pense qu'il faut choisir un architecte.

Merci.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Merci de cette belle unanimité.

Si j?ai bien compris, le v?u est retiré et nous ferons des travaux sur cette église.