Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DU 16 - GPRU "Saint-Blaise" (20e) : Désignation du concessionnaire. Approbation du traité de concession. Signature du traité de concession. Signature d'un avenant au marché de maîtrise d'oeuvre urbaine. Autorisation donnée à la SEMAEST de déposer des demandes d'autorisations d'urbanisme.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 16. Il s?agit du G.P.R.U. "Saint-Blaise".

La parole est à M. Julien BARGETON, pour cinq minutes.

M. Julien BARGETON. - Merci, Monsieur le Maire.

C'est un projet de délibération très important, puisqu'on désigne l?aménageur pour ce G.P.R.U. à Saint-Blaise. C?est exemplaire. Ce quartier, vous le savez, est un quartier enclavé, qui souffre d'une faible desserte, qui comprend de nombreuses difficultés sociales et des populations en précarité.

En même temps, c'est un quartier qui bouge, qui a un fort dynamisme culturel avec la présence de théâtres, comme le Théâtre aux mains nues, le Théâtre de l?Echo, et également des compagnies, comme la Compagnie du Pausilippe et d?autres.

C?est un quartier qui bouge, qui a un fort tissu social et associatif, mais en même temps qui est un des quartiers G.P.R.U. - parfois on dit que c?est le plus dense d?Europe - et donc qui nécessite cette opération d'urbanisme.

Elle est également exemplaire dans sa composition, puisque c'est une opération où l'on recrée de l'espace public. Il y a le percement et le prolongement de deux nouvelles rues, la restructuration complète du square des Cardeurs et d'une galerie commerciale qui est en difficulté également. C?est l'idée de recréer du développement économique, avec le comblement de porche, pour rajouter des commerces et créer des plots dédiés au développement économique, l?amélioration de l'habitat avec la destruction d?une barre et la réhabilitation complète d'une autre.

Bref, on voit bien qu?il y a à la fois de l'espace public nouveau, du développement économique et territorial, des équipements avec une nouvelle crèche, de la restructuration de l'habitat. Je crois qu?il faut le souligner.

Exemplaire pour une troisième raison, c'est que la promenade virtuelle, qui était la démarche de concertation pour Saint Blaise, a obtenu le prix "Territoire d?or", remis au Sénat. Et ce beau logiciel qui permettait aux habitants de découvrir ce que serait le quartier, a été un vrai succès. Il faut le souligner, car c'est une démarche de concertation qui a fonctionné.

Malheureusement, c'est peut-être aussi exemplaire d?une attitude, d?une attitude de l'Etat. Il y avait 9 millions attendus de l'A.N.R.U. L'Etat doit les payer, verser ce qu'il doit. Nous nous battrons et n?accepterons pas qu'il y ait une quelconque menace sur les financements de l'Etat en matière de rénovation urbaine pour Saint-Blaise.

L?autre question que je voudrais aussi aborder est un sujet important : la restructuration de l'école du Clos. Vous savez qu?il tient à c?ur à la mairie du 20e arrondissement de traiter aussi cette école, qui est dans une situation urbaine compliquée et difficile, toujours en attente d'une solution ; nous espérons pouvoir avancer sur le sujet.

Je ne doute pas de la détermination du président de la S.E.M.A.-EST, M. DUCLOUX, de son directeur général, M. ALBERTINI, et de l'ensemble des équipes pour veiller au bon déroulement du chantier, à la bonne communication, et également au respect des calendriers parce que ces opérations sont attendues par les habitants et enfin, également, à la bonne trouvaille de solution en matière notamment de parkings.

C'est pourquoi je vous appelle à voter avec enthousiasme et conviction ce projet de délibération.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole à M. DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, ce quartier Saint-Blaise, c?est une nouvelle étape administrative dans le cadre de sa requalification, et plus particulièrement de la requalification du secteur "Cardeurs-Vitruve". C'est l'une des 11 opérations inscrites en 2002 dans le cadre du G.P.R.U. parisien qui vise à réaménager certains secteurs de la couronne parisienne.

Ce quartier est l'un des quartiers parisiens les plus abîmés par l'urbanisme des années 1960-1970, avec la réalisation de tours sur dalle et de grands immeubles à l'architecture particulièrement pauvre. Il connaît de nombreuses difficultés économiques et sociales et demeure très enclavé. Il a d'ailleurs fait l'objet de nombreux projets d'aménagement depuis une vingtaine d'années.

Les projets d?Antoine GRUMBACH qui ont été soumis à la concertation des habitants et des riverains ont permis d'aboutir à un programme de requalification très ambitieux.

D'abord, une forte action sur le bâti : démolition d'une barre et réhabilitation d'une autre, un réaménagement des circulations pour préparer l'arrivée du tramway, le réaménagement du square des Cardeurs et l'ouverture sur l'extérieur du centre commercial conçu à l?ancienne. Enfin, un volet social très important portant notamment sur l'amélioration de la propreté, de la sécurité et de la vitalité commerciale.

La concertation l?a très bien démontré : ce quartier Saint-Blaise a été en quelque sorte parachuté dans le secteur sans liaison possible avec l'existant. Le traitement qui est envisagé devrait donc permettre de retisser des relations plus continues avec la Ville.

Sur le choix de l'aménageur, la S.E.M.A.-EST, il y eut appel d'offres et mise en concurrence.

Cela appelle deux questions de notre part.

Tout d?abord, sur le plan financier, la participation de la Ville a été établie à 24,7 millions d'euros, 13,7 millions d'euros en subvention d'équilibre et 11 millions d'euros pour la participation aux équipements publics. C'est donc environ 7 millions de plus que la participation prévue initialement, soit 30 %, ce qui est beaucoup.

Ce dépassement s'explique de manière parfaitement objective mais il me semble que les charges avaient été largement sous-estimées à l'origine. Est-ce que c'est la dernière évaluation financière ? On sait qu'un projet d'aménagement évolue quasi quotidiennement, mais c'est la première question que nous posons : y aura-t-il encore des dépenses supplémentaires ou tout a-t-il été bien chiffré ?

La deuxième question que nous pouvons vous poser concerne le calendrier. En 2005, la première phase d'études prévoyait un début de réalisation en 2006 et un achèvement de l'opération "Saint-Blaise" en 2012.

Ce calendrier, qui était très vraisemblablement trop optimisme, n'a pas été tenu. Il me semble que là aussi, il a manqué de réalisme.

Quant à l'A.N.R.U., vous savez maintenant que tous ses financements sont garantis par le 1 % logement, et cela devrait très largement rassurer mon collègue sur le versement des 9 millions.

En dehors de ces deux remarques, sur lesquelles Mme HIDALGO pourrait peut-être nous apporter quelques précisions, nous voterons favorablement ce choix de l?aménageur.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Je donne la parole à Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 8e Commission. - Merci à mes deux collègues et merci à M. DUBUS de soutenir aussi ce projet. Comme l?a fait Julien BARGETON, je voudrais moi-même dire quel est mon enthousiasme sur cette rénovation du quartier Saint-Blaise. C'est un des premiers quartiers que j'ai visités lors de cette mandature dans mes fonctions chargée de l'urbanisme et de l'architecture, et il est clair qu'il y a dans ce quartier, quartier qui bouge, qui est chaleureux, qui est populaire et qui a été malheureusement longtemps délaissé, c'est un quartier vraiment qui mérite toutes les attentions de la Ville et qui, en plus, va profiter, comme cela a été dit, de l'arrivée du tramway. Donc, le choix d'aménagement qui a été fait à partir de la proposition d?Antoine GRUMBACH est particulièrement pertinent parce qu'il va permettre effectivement le désenclavement des liens, des traversées du quartier permettant de mieux accéder au prochain équipement du tramway sur les Maréchaux mais aussi de redonner à l'habitat dans ce quartier sa dignité. Les barres, notamment celle qui va être détruite est quand même un immeuble pour lequel le mot "dignité" ne convient pas comme qualificatif.

Je suis particulièrement heureuse que ce dossier arrive aujourd'hui à ce stade, que la S.E.M.A.-EST puisse conduire les destinées de ce quartier.

Je voudrais aussi, comme l'a fait tout à l'heure Julien BARGETON, me réjouir d'une concertation absolument exemplaire. Peut-être pour revenir sur une discussion que l'on a eue ce matin sur le 14e arrondissement et montrer à quel point la question de la concertation avec la population nous est chère, ce qui a été mis en place avec notamment les équipes de politique de la ville de la Ville de Paris et avec la mairie du 20e est tout à fait exemplaire.

J'ai vraiment assisté à des réunions, des réunions publiques dans ce quartier qui souffre, dans ce quartier dans lequel il n'y avait pas eu beaucoup d'investissements publics depuis longtemps et je peux vous dire que je n'ai jamais trouvé, en tout cas je n'ai pas trouvé dans d'autres quartiers moins en souffrance, le même niveau d?écoute, de respect, d'accueil de la parole publique, pourtant vis-à-vis d'une population qui aurait pu être un peu plus, je dirais, en colère par rapport à l'état dans lequel ce quartier se trouve encore aujourd'hui.

Donc, vraiment, je voudrais remercier celles et ceux qui ont fait aussi de ce projet d'aménagement un véritable projet porté par les habitants et en lien avec les équipes chargées de l'urbanisme.

Je rejoins tout à fait Julien BARGETON lorsqu'il parle de la restructuration de l'école du Clos. Cela reste effectivement un sujet lourd, pour ceux qui connaissent cette école, un sujet très lourd sur lequel, malheureusement, sous la mandature précédente, une opportunité pour la réinstallation de cette école finalement n'a pas été mise à profit. Dont acte !

Aujourd'hui, je crois que nous devons vraiment travailler d'arrache-pied pour que les conditions faites aux enseignants et aux élèves dans cette école? mais je sais que Colombe BROSSEL en est parfaitement consciente aussi et partage ce point de vue, nous devons vraiment trouver des solutions pour cette école du Clos.

En ce qui concerne le respect des calendriers, comptez sur moi pour qu'il n'y ait pas de dérapage. Je trouve là aussi que les choses, comme souvent en matière d'aménagement et d'urbanisme, ont eu leur temps, leur temps de gestation. En tous les cas, c'est l'état d'esprit dans lequel je suis et je serai aux côtés de la maire du 20e, de son équipe et des habitants pour qu'il n'y ait pas de dérapage dans ce projet d'aménagement.

En ce qui concerne les dépenses complémentaires, d'abord, je crois que Julien BARGETON a bien fait de rappeler que les 9 millions d'euros de l?A.N.R.U. sont attendus. Même si vous nous rassurez en nous disant, Monsieur DUBUS, que c'est le 1 % qui va venir au secours, quand on verra l'argent, nous serons un peu plus rassurés et ce sera aussi pour nous une façon de répondre, quelque part, à votre question sur les dépenses complémentaires.

Mais bien sûr qu'il y a eu une réévaluation - vous l'avez dit, et ces chiffres-là, nous les assumons - des subventions d'équilibre en équipement pour une raison simple, vous le savez bien. C'est une opération de G.P.R.U., c'est de la réparation urbaine, donc les marges de recettes sont faibles. Ce n'est pas sur une opération comme celle-là que l'on va vendre des charges foncières qui vont équilibrer l'opération d'aménagement. Donc, la réévaluation des travaux, notamment due à la révision des estimations de chantier complexe dans un milieu très dense, a effectivement élevé le coût ; c'est plus de 3,4 millions d'euros. La prise en compte d'une reconversion d'une partie des parkings et des travaux de mise aux normes, pour 2,6 millions d'euros, a aussi été un sujet important.

Je rappelle également que, comme j'ai parlé de l?A.N.R.U., la Région apportera également 1,160 million d'euros dans cette opération concernant le quartier Saint-Blaise et nous veillerons, puisque c'est, je crois, ainsi que nous considérons notre responsabilité, nous veillerons évidemment à ce qu'il n'y ait pas de dépenses inutiles ou de dérapage des dépenses. Maintenant, je ne peux pas m'engager devant vous à ce que, comme dans beaucoup d'opérations d'aménagement, nous ne découvrions pas une opération qui nous amène à faire des dépenses complémentaires. Mais bien sûr que nous avons le souci d'une bonne gestion des budgets consacrés à toutes les opérations qui ont lieu à Paris et notamment à cette opération.

Mais, comme Julien BARGETON et comme je vous ai entendu aussi, Monsieur DUBUS, c'est avec enthousiasme que je voterai ce projet de délibération.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Maintenant, je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 16.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DU 16).

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je profite de ce moment pour, après avoir souhaité un très bon anniversaire à Bruno JULLIARD, souhaiter un très bon anniversaire à Christophe GIRARD !

(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).