Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DJS 210 - Lancement d'un marché de prestations de service article 30 relatif à la gestion des Antennes Jeunes parisiennes. Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DJS 210, sur lequel les v?ux n° 45 et n° 45 bis ont été déposés.

Léa FILOCHE, en premier lieu ?

Mme Léa FILOCHE. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, de nouveau pour aujourd'hui, je suis, ce matin, amenée à intervenir sur le lancement du nouveau marché de prestations de services relatif à la gestion des Antennes Jeunes parisiennes.

Ces Antennes Jeunes ont une vocation, je le rappelle, d'être des lieux d'accueil, d'information généraliste et d'orientation, mais aussi d'accompagnement des jeunes dans leurs démarches, dans leurs parcours d'insertion professionnelle, dans leurs projets et dans l'objectif de faciliter leur accès à l'autonomie.

De plus, elles doivent être la porte d'entrée locale d?un réseau jeunesse impliquant l'ensemble des acteurs locaux : les mairies d'arrondissement, les conseils de la jeunesse, les missions locales, les centres d'animation, les associations de prévention spécialisée, le monde associatif ou encore les équipes de développement local de la politique de la ville dont je parlais tout à l?heure.

Le bilan de la vingtaine d?Antennes Jeunes parisiennes que nous avons en 2008 a permis de recenser 83.500 visites, soit une augmentation de 7 % par rapport à 2007. Ce sont donc environ 4.400 jeunes, dont 1.700 pendant l'été 2008, qui ont participé aux activités proposées par les Antennes Jeunes durant l'ensemble des vacances scolaires : ateliers éducatifs, découverte de la ville et du patrimoine, activités culturelles et sportives, mini-séjours et j?en passe.

Dans la perspective du renouvellement du marché de gestion de ces Antennes Jeunes et dans l?objectif d?apporter un meilleur service à l'attention des jeunes, un travail de réflexion a été mené, tant sur l'évolution de leurs missions que sur le maillage territorial de ces structures.

Les conclusions diverses d'une étude interne réalisée par l'Inspection générale de la Ville de Paris ont non seulement rappelé le caractère stratégique des Antennes Jeunes en tant que lieu ressource, mais a permis aussi de mettre en exergue un certain nombre de besoins de recentrage des missions autour de l'accueil, de l'information, de l'orientation et de l'accompagnement des jeunes.

Les Antennes Jeunes s'inscrivent aujourd'hui comme une porte d'entrée généraliste au sein d'un réseau parisien de structures spécialisées dans le domaine de la formation professionnelle, de l?emploi, du logement, de la santé, etc., mais en complément de ces missions, dans le nouveau marché, un volet "développement de projets collectifs" permettra d'adapter les actions de chaque Antenne au contexte local et aux besoins des jeunes et de favoriser leur participation à la mise en ?uvre de ces projets.

En particulier, cela passe par un resserrement de la tranche d'âge visée. Les Antennes Jeunes devront désormais s'adresser en priorité aux jeunes de 15 à 25 ans.

Dans cet esprit, il est donc essentiel de s'interroger sur la pertinence de la localisation et du maintien, voire de la transformation de certaines structures qui ne touchent plus un public suffisamment large.

Ainsi, au 1er septembre 2008, il est proposé de fermer trois Antennes Jeunes : Campo Formio dans le 13e, Bouchor dans le 14e et Brisson dans le 18e qui ne correspondent plus aux implantations pertinentes et de redéployer les personnels dans d'autres Antennes Jeunes, permettant ainsi de garantir une qualité accrue du service rendu et de la sécurité des équipements et des personnes.

Concernant les moyens redéployés, grâce à la fermeture de trois Antennes Jeunes, deux permettront de renforcer certaines équipes et de répondre plus efficacement aux besoins des jeunes.

J?accélère, car je ne sais pas quel temps m?est alloué.

Dans un objectif de prévention, les Antennes Jeunes se concentreront donc sur l?information, l?orientation, l'accompagnement des jeunes, afin de faciliter leur accès à l'autonomie qui, je le rappelle, est un objectif prioritaire pour la Ville.

Le montant annuel du marché est estimé à 3.039.000 euros pour un coût global d'une opération sur quatre ans estimé à peu près, si mes informations sont exactes, à 10.541.000 euros.

Ce projet de délibération est donc une étape importante dans l'investissement de la Ville dans la jeunesse parisienne.

La visibilité donnée à la politique de la jeunesse à Paris passe aussi par des réajustements en fonction des besoins, des remarques, des objectifs et des valeurs que nous portons.

L?accès à l?autonomie, le suivi des projets individuels et collectifs, le soutien aux démarches à l'insertion sont des objectifs que la Ville défend depuis 2001 et continuera à valoriser.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs de la majorité municipale).

(Mme Liliane CAPELLE, adjointe, remplace M. François DAGNAUD au fauteuil de la présidence).

Mme Liliane CAPELLE, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

La parole est maintenant à Mme Danielle FOURNIER, pour cinq minutes.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci.

Les Antennes Jeunes, comme on vient de le rappeler, sont des équipements de proximité à vocation générale qui accompagnent les jeunes et, le cas échéant, les orientent vers des structures spécialisées.

Elles sont donc très appréciées du public qui les fréquente, même si elles sont diverses en capacités d'accueil et en types de locaux.

La lecture de ce projet de délibération, pour notre part, nous a beaucoup surpris.

En effet, sur les 20 Antennes Jeunes, il est prévu la fermeture de trois d?entre elles : Campo Formio dans le 13e, Bouchor dans le 14e et Brisson dans le 18e, et la possible transformation de quatre autres Antennes d?ici deux ans en espace jeunes ou lieu d'accueil innovant.

Certes, les fermetures s'accompagnent du redéploiement du personnel sur d'autres antennes, mais la vocation de ces structures n'est-elle pas d'être de taille modeste et de pouvoir répondre souplement, au plus près des besoins des jeunes, notamment dans les quartiers qui sont touchés par ces suppressions : 18e, 13e et 14e arrondissements.

D'autre part, il est prévu d'en transformer quatre autres en lieux d'accueil innovants. Ces lieux pourront proposer un accueil ouvert, plus informel aux jeunes, ainsi que la mise en place d'activités de loisirs : loisirs éducatifs, sportifs et culturels, dans un objectif de prévention. Dès lors, l'objet des antennes jeunes se modifie, pour se concentrer sur l'information, l?orientation, l'accompagnement des jeunes, afin de faciliter leur accès à l'autonomie.

Ne peut-on pas craindre de voir se mettre en place une myriade de structures différentes, qui traitent apparemment de la même chose, et dont les objectifs sont, de fait, différents ? Nous pensons que des évolutions, bien sûr, sont toujours possibles, voire dans certains cas souhaitables, mais la multiplication des dénominations risque de semer la confusion dans un domaine où il est justement difficile déjà de se repérer.

Je vous remercie.

Mme Liliane CAPELLE, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Madame Claudine BOUYGUES, s?il vous plaît.

Mme Claudine BOUYGUES. - Merci, Madame la Maire.

Notre collègue Léa FILOCHE est intervenue précédemment sur le même projet de délibération et je n?y reviendrai pas, car elle l?a fait de façon excellente sur le formidable travail qui est réalisé par les antennes. Je concentrerai mon propos sur la fermeture prévue de l'Antenne jeune Brisson dans le 18e arrondissement, qui est donc prévue au 1er septembre 2010.

Le futur centre d'animation Binet, qui est à proximité, en fait doit ouvrir ses portes en septembre 2013. D'ici là, il est essentiel que les jeunes de ce quartier aient accès à une structure de proximité, pour remplacer le travail effectué actuellement dans l'antenne Brisson, autour de l'accueil, l'information, l'orientation et l'accompagnement des questions liées à l'emploi.

Donc, la majorité du conseil d'arrondissement du 18e souhaite que, d'ici là, le personnel de l'Antenne jeunes Brisson puisse être redéployé, à partir de sa fermeture en septembre 2010 jusqu'à l'ouverture du futur centre d'animation Binet, afin que les permanences, actuellement assurées dans l'actuel centre Brisson, puissent l'être dans le centre d'animation Binet, afin que les jeunes puissent obtenir, comme c'est le cas aujourd?hui, l?accompagnement et l?orientation dont ils ont besoin.

Merci beaucoup.

Mme Liliane CAPELLE, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Je donne, pour répondre, la parole à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Le renouvellement du marché des antennes jeunes est effectivement l'occasion de modifier parfois assez sensiblement l?organisation et la structure même du marché de gestion des vingt Antennes jeunes parisiennes.

C'est un sujet assez complexe, avec beaucoup de dénominations, avec un calendrier qui ne sera pas forcément évident, en tout cas qui n?est pas uniforme dans les transformations. Je vais donc essayer d'être clair et surtout bref.

Nous avons aujourd?hui vingt Antennes jeunes, qui fonctionnent mieux qu?auparavant. J'en félicite à la fois le gestionnaire, la Ligue de l?enseignement, et puis l?administration, la Direction de la Jeunesse et des Sports, qui a permis une amélioration sensible des activités et de l'ensemble des prestations réalisées dans les Antennes jeunes.

Cela dit, on est confronté à plusieurs problèmes. Le premier est que nous avons un projet uniforme pour l'ensemble des vingt Antennes jeunes parisiennes, alors même que les publics, les tranches d'âge et les catégories sociales des jeunes qui viennent dans ces antennes, sont radicalement différents d'une antenne jeune à l?autre. L?Antenne jeunes Malesherbes est un public très jeune dans le 17e arrondissement, tandis que l'Antenne jeunes Olympiades a un public plus âgé et les catégories sociales sont radicalement différentes dans les deux Antennes jeunes.

Un projet uniforme pour les vingt Antennes jeunes ne correspond pas. En même temps, nous ne souhaitons pas complètement faire éclater ce marché pour avoir autant de structures et de projets que d?Antennes jeunes, ce qui en plus serait d'un coût trop conséquent, car il y a tout de même besoin d'avoir des marges de mutualisation.

Ce que nous avons proposé, c'est effectivement de resserrer les objectifs des Antennes jeunes, notamment sur l'information, l'accompagnement à l?emploi l'insertion sociale, notamment en améliorant les liens avec des structures à vocation sociale et d?insertion professionnelle dans les arrondissements. Sauf que pour certaines Antennes jeunes, le public ne correspond pas du tout à cela.

Donc, sur ces Antennes jeunes concernées, notamment le haut de Malesherbes, nous souhaitons apporter un autre projet, un espace jeunes avec un cahier des charges et donc un marché ad hoc qui sera développé a priori d'ici deux ans, le temps de rédiger, avec les mairies d'arrondissement concernées, un nouveau cahier des charges qui correspondra mieux aux publics ciblés dans les arrondissements.

Il y aura donc effectivement, d?ici deux ans, quatre structures : trois espaces jeunes et une structure innovante. Ce sont des termes assez techniques et, en réalité, il faut comprendre que l?on va rédiger pour chacune de ces structures un cahier des charges ad hoc. Le fait que cela ne s'appelle plus Antenne jeunes n'est pas tellement un problème. Ce qui compte, ce sont les services qui seront offerts aux jeunes Parisiens dans les structures. Il y aura donc là une amélioration très sensible, même si cela coûtera un peu plus cher, du service rendu aux jeunes Parisiens.

Ensuite, sur les fermetures, il n'y a pas trois fermetures sèches : il y a deux changements de lieu. Il y a effectivement trois fermetures dès septembre et, pour deux d'entre elles, nous souhaitons modifier le lieu, puisqu'on se rend compte que peu de jeunes y vont et on peut mieux les implanter dans le 14e et dans le 18e arrondissements, où nous allons regarder le plus vite possible de nouveaux lieux d?implantation.

Il y a effectivement une fermeture sèche, dans le 13e arrondissement, à Campo-Formio, mais après en avoir discuté avec le Maire d?arrondissement, on s?est rendu compte qu?en réalité, dans ce quartier, il n?y avait pas besoin d'une structure de ce type.

Les moyens ainsi déployés pourront être redéployés dans des structures, à la fois pour avoir un accompagnement plus important et en même temps une augmentation des salaires, car on se rend compte que nos meilleurs animateurs ne sont pas suffisamment bien payés et au bout de quelques mois vont en général passer le périphérique, parce qu?ils sont mieux payés dans des communes aux alentours de Paris. Il faut qu'on fasse un effort sur les salaires pour garder les meilleurs animateurs.

Enfin, pour terminer sur la question du v?u du 18e arrondissement, je suis très favorable - c'est dans cet esprit d?ailleurs - à ce que la fermeture immédiate en septembre de l?Antenne jeunes Brisson se traduise par un maintien des offres de service public aux jeunes.

Je proposerais un amendement et donc un v?u de l'Exécutif pour élargir, car je ne suis pas sûr que l'ensemble de cette offre de service public, qu?on puisse le faire uniquement dans le centre d'animation Binet, qui en plus a vocation a être déplacé, mais peut-être que des activités hors les murs en complément seraient une bonne chose pour garantir l'ensemble de l'offre de services publics offerts aux jeunes dans ce quartier.

Si Mme BOUYGUES accepte le v?u de l?Exécutif et de retirer le sien, j?appellerai à voter pour le v?u de l?Exécutif et évidemment pour le projet de délibération.

(Applaudissements sur les bancs de la majorité municipale).

Mme Liliane CAPELLE, adjointe, présidente. - Merci.

Madame BOUYGUES, vous avez la parole.

Mme Claudine BOUYGUES. - Monsieur le Maire, j'ai bien entendu votre réponse, donc je retire le v?u.

Mme Liliane CAPELLE, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l'unanimité. (2010, V. 20).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 210.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité également. (2010, DJS 210).

Je vous remercie.