Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DAC 127 - Subvention à l'association Atelier Project (3e). - Montant : 6.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Nous passons à l'examen du dernier projet de délibération DAC 127, qui est une subvention à l?association "Atelier Project" pour un montant de 6.000 euros.

La parole est à M. Gauthier CARON-THIBAULT.

M. Gauthier CARON-THIBAULT. - Merci, Madame la Maire.

Excusez-moi, chers collègues, de vous retenir encore quelques instants, mais je voudrais vous entretenir d'une exposition qui a fait l?écho dans "Libération", puisqu?une double page lui était consacrée dans "Libération" hier.

Comme vous le savez, depuis le 28 janvier, la mairie du 3e arrondissement accueille une exposition de 50 photos dans son péristyle, une exposition de 50 autoportraits d?hommes homosexuels se cachant le visage.

Philippe CASTETBON a réuni ces photos à travers le net en provenance de 50 pays condamnant l'homosexualité.

Quand on s'approche de ces photos, on est frappé par quelques phrases accolées par CASTETBON aux clichés : une phrase écrite par le sujet de l'autoportrait qui décrit sa vie ou plutôt sa peur d'être gay dans son pays, une dernière phrase, plus froide, issue des textes de loi en vigueur dans ces pays, mentionnant les peines allant pour certains jusqu'à la peine de mort.

Quand l?humanité d?un sentiment précède l'archaïsme et l?intolérance de certains gouvernants, on peut être heureux que la Ville de Paris ait soutenu la réalisation de cette exposition, car elle va permettre, dans une mairie, d'attirer l'attention de nos concitoyens sur la situation de ces hommes dans des pays souvent amis, malheureusement considérés comme sûrs par les institutions internationales et peut-être de faire changer les mentalités ou au moins les perceptions.

Cela aurait pu également être l'objectif qu?aurait poursuivi le court-métrage "Le baiser de la lune", réalisé par des acteurs reconnus de la lutte contre l?homophobie à destination des jeunes de CM1-CM2.

Si seulement? Si seulement le Gouvernement n'avait pas décidé unilatéralement d?en interdire la diffusion au motif que oui dans les collèges, oui dans les lycées, mais non dans les primaires. Pourquoi ? Personne ne sait, encore moins les professionnels de l'éducation et de la prévention. Peut-être faudrait-il interroger les signataires de la pétition relayée par certains qui ne méritent pas de qualificatif et qui dénoncent "la prise en otage de nos enfants par le lobby homosexuel". Eux doivent avoir, à défaut de réponse construite et argumentée, l'oreille du Ministre de l'Education nationale Luc CHATEL.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, quand les agressions homophobes augmentent, et encore, il y en a eu une il y a peu de temps dans le Marais, et quand l?âge de leurs auteurs diminue, puisque cette agression a été faite par des jeunes enfants, il est bon que la Mairie de Paris s'engage dans des actions autant concrètes que symboliques pour sensibiliser à ce que peut amener l?homophobie dans nos rues pour nos concitoyens.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Pour vous répondre, la parole est à Catherine VIEUCHARIER.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe, au lieu et place de M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je remercie Gauthier CARON-THIBAULT pour son intervention et en l'absence de Christophe GIRARD, je vous réponds au nom de l?Exécutif et j'en suis extrêmement honorée.

Cette exposition qui est montée par le journaliste et photographe Philippe CASTETBON et présentée à la mairie du 3e du 28 janvier au 27 février est soutenue par la Région Ile-de-France et la Ville de Paris, à la fois au titre de la culture, des relations internationales, de la lutte contre les discriminations, et les délégations de Christophe GIRARD, Pierre SCHAPIRA et Yamina BENGUIGUI ont été associées pour permettre la réalisation de cette exposition.

Elle rassemble portraits et témoignages d'hommes homosexuels vivants dans des pays où l?homosexualité est condamnée, condamnée à l?exclusion, aux violences, à la fuite, quand ce n'est pas à la mort. Ils racontent la peur, le mensonge et l?humiliation.

Dans ces pays où leur sexualité est un crime, chacun a réalisé un autoportrait original en se mettant en scène le visage caché pour ne pas être reconnu ni puni.

Cette exposition nous rappelle que plus de 88 pays condamnent encore l?homosexualité de peines pénales allant jusqu'à la mort.

Avant de conclure, je suis tout à fait d'accord avec ce qu?a dit dans son intervention Gauthier CARON-THIBAULT sur l'hypocrisie du Ministre de l'Education nationale et du Gouvernement en général quant à l'interdiction du film "Le baiser de la lune" qui, je trouve - je suis enseignante, donc je m'exprime en tant que professionnelle aussi -, a tout à fait sa place dans le premier degré.

J'émets évidemment un avis favorable à cette subvention qui est tout à fait opportune.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Bien.

Merci.

Nous passons aux voix sur ce projet de délibération?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Attendez, j'ai une explication de vote.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Une explication de vote rapidement, Monsieur MENGUY.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - On a écouté avec beaucoup d'attention ce qui a été dit par nos collègues, autant on est pour, évidemment, le principe de ce projet de délibération et évidemment nous sommes tout à fait mobilisés sur les dérives, les excès et évidemment la grande détresse que cela peut causer et toutes ces discriminations sont parfaitement inacceptables, autant on ne peut pas souscrire à ce qui vient d'être dit sur l'attitude du Gouvernement et, en tout état de cause, sur les positions qui ont été prises par le Ministre de l'Education nationale Luc CHATEL.

On regrette beaucoup que ces propos aient été tenus dans cette enceinte et en considération de ce qui vient d'être déclaré, nous ne prendrons pas part au vote.

Merci.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Donc vous ne prenez pas part au vote.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 127.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DAC 127).