Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif à la protection du site du Champ de Mars.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de v?ux qui ne se rapportent à aucun projet de délibération.

J'en profite pour vous dire que nous allons, si vous le voulez bien, finir la 4e Commission et nous suspendrons ensuite.

Nous sommes maintenant au v?u n° 32 relatif à la protection du site du Champ de Mars qui a été déposé par le groupe Centre et Indépendants.

La parole est à M. POZZO di BORGO.

Vous n?avez qu?une minute, Monsieur POZZO di BORGO.

M. Yves POZZO di BORGO. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, entre le 24 janvier et le 2 février 2010, 150 arbres du Champ de Mars ont été vandalisés. Ces incidents posent une nouvelle fois la question de la sécurité aux alentours du Champ de Mars et de la protection du site.

Un v?u de l?Exécutif adopté par le Conseil de Paris sur proposition du groupe Centre et Indépendants en juillet 2008 prévoyait d'étudier les aménagements possibles des lieux en vue de renforcer la sécurité en concertation avec M. Georges SARRE qui avait ultérieurement organisé une réunion de travail sur la question.

Je me souviens très bien qu?oralement, j'avais demandé qu?on étudie la possibilité de fermeture du Champ de Mars.

Je regrette que cette réflexion sur la fermeture possible du Champ de Mars n?ait pas été menée. L?idée était non pas de le fermer, mais d?étudier cette hypothèse, notamment à partir de 1 heure du matin jusqu?à 5 heures du matin.

Je regrette, Madame GIBOUDEAUX, que, publiquement, vous ayez dit que cette étude était inimaginable.

Par ailleurs, je voudrais ajouter que l?éclatement des services de protection de la Ville entre DPP et DEVE ne facilite rien.

J?ose espérer que dans votre groupe de travail, nous puissions aborder ce problème. Même si ce groupe de travail arrive en disant qu?il n'est pas possible de fermer le Champ de Mars, qu?on l?étudie ! C?est tout ce qu?on demande. C?est ce que M. SARRE m'avait promis oralement de faire et là, le groupe de travail ne le fait pas.

C'est le sens de mon v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Vous êtes dans les temps.

Madame GIBOUDEAUX ?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Monsieur POZZO di BORGO, nous avons fait d'abord deux réunions importantes, dont un diagnostic en marchant sur le site qui a pris deux heures avec tous les services de la Ville et il n'a pas été proposée lors de ces deux réunions, dans les groupes de travail et dans ce diagnostic en marchant, de mettre des grilles autour des pelouses du Champ de Mars.

M. Yves POZZO di BORGO. - Je n'ai pas dit cela !

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Non, mais la fermeture du Champ de Mars, c?est mettre des grilles autour des pelouses du Champ de Mars.

Cela n?a pas été proposé, donc je ne peux pas étudier quelque chose qui n?a pas été proposé.

Je vous rappelle que dans ces groupes de travail, les associations sont présentes, des associations très actives, et elles n'ont pas non plus fait cette proposition. Elles en ont fait d'autres qui n'ont pas été retenues mais pas cette proposition.

Monsieur POZZO di BORGO, je le dis, c'est inimaginable d?imaginer proposer à l'Architecte des Bâtiments de France, sur un site classé - parce qu?il s?agit bien d?un site classé -, de mettre des kilomètres de grilles?

M. Yves POZZO di BORGO. - Je n'ai pas dit cela !

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Si, il s?agit de cela ! Fermer les pelouses du Champ de Mars, c?est bien mettre des kilomètres de grilles autour des pelouses, qui viendraient rompre la belle perspective que l'on a de l'Ecole militaire jusqu'à la Tour Eiffel. L?aspect paysage a été évoqué. Je m'étonne d'ailleurs que vous puissiez imaginer que les architectes des bâtiments de France puissent accepter ce genre de proposition sur un site classé.

D?une part, je pense qu?on a mis beaucoup de grilles et on met encore beaucoup de grilles dans la ville, avec les résidentialisations, avec l'installation des codes. Rajouter de nouvelles grilles dans l'espace public, en tout cas, personnellement, j'y suis totalement défavorable.

D'autre part, vous avez fait référence à des actes de vandalisme sur les arbres du site. En effet, d'autres dégradations du même type ont été signalées sur des arbres situés à l'intérieur de jardins. Cela n'a pas été seulement sur le Champ de Mars, c'est aussi sur des plantations d'alignement. Une enquête est en cours et je pense que l'on ne va pas mettre des grilles autour de chaque arbre vandalisé et encore doubler les grilles autour des arbres qui sont dans des jardins.

On est face à un acte de vandalisme, que je regrette beaucoup, qui nous pose beaucoup de problèmes, mais je pense que la police doit jouer son rôle et faire une enquête pour arrêter les personnes qui font ces actes de vandalisme tout à fait gratuits et très préjudiciables pour l'état des arbres.

Nous continuons à travailler. D'ailleurs, ce groupe de travail continue à travailler. Une prochaine réunion sera programmée.

On avance, et on avance avec des propositions qui peuvent être autres que mettre des grilles. Il y a des propositions tout à fait intéressantes du cabinet de M. Georges SARRE qui ne vont pas du tout dans ce sens.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur POZZO di BORGO ?

M. Yves POZZO di BORGO. - Madame, vous avez un problème.

C?est le même problème entre les?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Rapidement. Vous avez mis une minute tout à l'heure?

M. Yves POZZO di BORGO. - Attendez, Monsieur le Maire ! Attendez, c?est une affaire importante, j?en ai assez !

M. SARRE, publiquement - vous n?étiez peut-être pas là mais enfin, il y a des services qui peuvent noter -, m'a dit que l'on allait étudier l'aménagement et éventuellement la possibilité de fermeture. On n'est pas obligé de fermer avec des grilles, Monsieur SARRE.

Ne dites pas que personne ne l?a demandé ! M. SARRE a ajouté aussi que, dans ce groupe de travail, les présidents de groupe seraient présents, ce qui n'est pas le cas.

Vous faites cela avec vos services, Madame GIBOUDEAUX ! Alors, excusez-moi, sortez un peu de votre pesanteur intellectuelle ! Je ne demande pas que l?on ferme par des grilles, je demande simplement que l'on étudie cette possibilité. Vous ne voulez pas le faire !

Cela s'est fait aux Tuileries, cela s?est fait partout ! Excusez-moi, cela s?est fait dans beaucoup de villes du monde !

Étudiez, sortez de votre pesanteur intellectuelle, sortez de vos schémas classiques et étudions ! Peut-être que l?on arrivera au même résultat.

Voilà le problème !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Monsieur POZZO di BORGO, peut-être faut-il arrêter maintenant.

Merci.

Madame GIBOUDEAUX ? Non, c?est bon ?

Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis négatif de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.