Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe U.M.P.PA. relatif au choix d'attribuer le nom de Claude Lévi-Strauss à une bibliothèque municipale afin de lui rendre hommage.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2010


 

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le v?u n° 72 du groupe U.M.P.P.A., relatif à l'attribution du nom de Claude Lévi-Strauss à une bibliothèque municipale. Il ne se rapporte à aucun projet de délibération.

La parole est à Jérôme DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Nous avons déposé ce v?u avec Jean-François LEGARET pour avoir un certain nombre de précisions. Christophe GIRARD nous avait proposé, et nous avions retiré un v?u concernant Claude LÉVI-STRAUSS, que le nom d'une grande bibliothèque municipale dans Paris lui soit attribué. Et puis, nous ne voyons rien venir.

Peut-être que nous allons avoir, en ce jour anniversaire, la réponse ?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Oui.

M. Jérôme DUBUS. - Depuis, un certain nombre de Parisiens se sont prononcés lors d?un sondage dans un grand journal du matin, et à 30 %, donc une large majorité, puisqu?il y avait après d'autre noms, ont souhaité qu'une rue, une place, ou en tout cas quelque chose de très significatif dans Paris, se voit attribuer le nom de "Claude Lévi-Strauss".

De deux choses l?une, ou bien il y a une bonne annonce aujourd?hui et nous retirons notre v?u, puisque nous aurons eu l?information, ou bien nous redéposerons notre v?u pour qu?il y ait une place ou une rue portant ce nom de "Claude Lévi-Strauss" mais rapidement.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Vous allez sûrement avoir la réponse de Christophe GIRARD et vous pourrez peut-être retirer votre v?u.

Monsieur le Maire ?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Rapidement, je voudrais juste nous rappeler, et j'écoute vraiment ce que dit la commission d'attribution, c'est qu?il est de plus en plus difficile de dénommer, parce que les Parisiens se plaignent de voir les noms de rue ou de place ou d'impasse éventuellement changer. C'est un vrai préjudice, en effet, quand vous avez vos papiers à changer, vos chéquiers, votre banque et vos impôts à informer, mais là n?est pas la sujet.

La difficulté, c'est que dans cette société qui est devenue une société de l'émotion et de la réactivité à l'émotion immédiate, je crois qu'il faut que l'on se garde de pouvoir aussi réfléchir. Certes, un sondage a indiqué Claude Lévi-Strauss et d?autres personnalités, et sans doute que demain d?autres personnalités qui disparaîtraient seraient dans le hit parade des personnalités souhaitées dans les dénominations.

Après un échange avec les fils de Claude Lévi-Strauss et un échange épistolaire avec sa dernière femme, sa veuve, et un certain nombre de ses collègues, ils ont apprécié l'idée qu'une grande bibliothèque portât son nom.

Le Maire m'a néanmoins indiqué - il avait été sensible à votre v?u et à votre souhait - que l'on puisse réfléchir, dans les années qui restent de notre mandature, à la possibilité - vous savez, il ne reste que quatre ans - à la possibilité qu'au-delà d'une grande bibliothèque, il y ait peut-être en effet un lieu, mais pour cela il faut que nous réfléchissions, que nous prenions le temps.

N?ayons pas peur du temps qui fuit. Le jour de son anniversaire, on s'inquiète de la durée mais je crois qu?il faut prendre le temps de réfléchir, le temps de semer des graines et de les laisser pousser. Nous allons avoir une grande bibliothèque que nous souhaitons tous voir porter le nom...

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Quelle métaphore !

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Eh oui ! Je sais que les fruits ne portent parfois pas la promesse des fleurs.

Néanmoins, je crois que sur Claude Lévi-Strauss, nous sommes convenus qu'une grande bibliothèque, et en particulier dans un quartier de Paris qui fait sens pour lui et ses études, porterait son nom. Étant donné la diversité de la population et des origines, je crois qu'il y aura un intérêt accrû pour les jeunes visiteurs et utilisateurs de cette bibliothèque, de mieux connaître l'?uvre de Claude Lévi-Strauss.

Mais je crois qu?il ne faut pas s'interdire ce que le maire de Paris a souhaité en tenant compte de votre souhait, c'est que nous envisagions, dans les quatre ans qui viennent, d?étudier, si nous trouvions une solution, une possibilité, une place, une voie, une rue, un lieu qui puisse porter le nom de Claude Lévi-Strauss.

Mais aujourd'hui, réjouissons-nous que cette décision que Flandre, la bibliothèque Flandre, qui est une grande bibliothèque qui a été rénovée, restaurée, qui est de surcroît dirigée par un directeur assez remarquable, Alain MAËNEM, si ma mémoire est bonne, et qui a 30.000 volumes?

M. Alain DESTREM. - Sur Lévi-Strauss?

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Non, pas sur Lévi-Strauss, ni sur la Chine, Monsieur DESTREM.

Mais qui a 30.000 volumes et un fonds de 3.000 DVD, je pense correspond bien à l'ambition que nous portons tout en étant raisonnables dans nos décisions.

Je vous rappelle également qu?en étroite liaison avec Catherine VIEU-CHARIER, adjointe au maire pour la mémoire, le nom de Germaine TILLION, illustre résistante, chef du réseau du Musée de l'homme - j?avais eu un bon échange avec ma collègue Hélène Macé de LÉPINAY et Claude GOASGUEN, maire du 16e, à ce sujet - sera donné à la bibliothèque Trocadéro dans le 16e arrondissement, qui a fait l'objet de travaux et qui a rouvert.

Là aussi, il y a adéquation entre la personne que nous souhaitons honorer et le lieu restauré. Nous ne pouvons qu'être unis pour une telle décision.

Mais, Monsieur DUBUS, sachez que nous pourrons en effet rediscuter d'un autre lieu, et nous avons tout le temps pour cela car nous sommes, les uns et les autres, en responsabilité jusqu'à mi-mars 2014.

Je vous remercie.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Je vous remercie.

Est-ce que cette réponse assez fleurie de Christophe GIRARD vous satisfait suffisamment pour un retrait de votre v?u, Monsieur DUBUS ?

M. Jérôme DUBUS. - Flandre, et avant quatre ans ?

Faites attention ! En 2014, c'est nous qui le ferons.

M. Christophe GIRARD, adjoint. - Les Parisiens décideront, et pas les groupes politiques.

Mme Anne LE STRAT, adjointe, présidente. - Le v?u est retiré.