Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

43 - 1996, D. 859- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l'association "Ad'Hoc Rage" (16e) une convention pour l'organisation du Raid africain des grandes écoles.- Subvention à ladite association.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 1996




M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Nous passons à l'examen du projet de délibération D. 859 autorisant M. le Maire de Paris à signer avec l'association "Ad'Hoc Rage" une convention pour l'organisation du Raid africain des grandes écoles.
Madame SCHNEITER, vous avez la parole.

Mme Laure SCHNEITER.- La misère qui sévit en Afrique mérite notre attention et notre aide.
Nous devrions nous réjouir que des étudiants des grandes écoles se mobilisent pour des actions humanitaires, qu'il s'agisse de l'aide à la formation ou à la santé.
Je pense particulièrement à l'épidémie de S.I.D.A. qui frappe de manière épouvantable l'Afrique du Sud Saharienne.
Néanmoins, ce projet de raid que vous nous demandez de subventionner, sous couverture d'humanitaire, ressemble plus à une expérimentation du style de l'affligeant Paris-Dakar. Ainsi des véhicules rutilants vont traverser à toute allure des régions pauvres, exposant aux populations un gaspillage indécent.
Une quantité impressionnante de carburant sera brûlé ; ce sont des véhicules essoufflés qui seront abandonnés aux O.N.G. et la nature sera une fois encore saccagée.
Ces étudiants et la Ville de Paris rendraient un bien meilleur service à l'aide humanitaire et au devoir de solidarité planétaire, en abandonnant ce loisir de luxe arrogant du raid africain, en participant seulement à la lutte contre la désespérante misère qui ronge cette région du monde.
Il y a des circonstances où l'on ne peut décemment joindre l'agréable à l'utile.
Enfin, je suis surprise encore une fois que l'on nous demande de voter une subvention sans avoir ni le budget de l'association, ni celui de l'opération.

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- M. BURRIEZ a la parole.

M. Jean-Pierre BURRIEZ, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Monsieur le Maire, je suis un petit peu surpris de la réaction de notre collègue Laure SCHNEITER qui, soit a mal vu le dossier, soit a eu de mauvais échos.
C'est une opération que nous aidons depuis de très nombreuses années puisque c'est la 10e édition.
"Ad'Hoc Rage" repose sur un concept d'aventure utile. Il consiste en la réalisation par de jeunes étudiants d'un raid dans l'Afrique de l'Ouest, suivi de diverses missions humanitaires effectuées avec les O.N.G. locales.
Je suis un petit peu surpris du ton employé par Mme SCHNEITER. Ce n'est pas du tout le Paris-Dakar bis, Madame SCHNEITER, vous êtes vraiment très mal renseignée ! Les missions humanitaires (je peux vous les donner, puisque c'est justement le but de cette opération) sont des missions de pré-rentrée scolaire, des missions d'aide à la jeunesse, des missions d'animation pour jeunes handicapés, des missions d'animation d'un centre pour enfants, des missions de collaboration avec l'U.N.I.C.E.F... est-ce que vous croyez, Madame SCHNEITER, que c'est vraiment de la balade touristique ?
Quand vous employez les termes de "véhicules rutilants", je vous invite l'année prochaine à assister au départ, vous verrez que les véhicules rutilants sont des pick-up gris sombre, qu'ils arrivent en bon état parce que les étudiants mettent un point d'honneur à arriver (mais ce n'est pas du tout le rallye Paris-Dakar), au bout d'un mois, et à donner les dix véhicules offerts par une marque que je ne citerai pas, mais une marque française. Et ce sont des pick-up, ce ne sont pas des véhicules rutilants, Madame SCHNEITER !

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Paris-Libertés" et "Rassemblement pour Paris").

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Merci, Monsieur BURRIEZ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 859.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste, Mme BILLARD et M. BLET s'étant abstenus et Mme SCHNEITER ayant voté contre. (1996, D. 859).