Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

29 - 1996, D. 985- Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer des permis de démolir visant des bâtiments situés 8, rue Villiers-de-l'Isle-Adam (20e). 1996, D. 986- Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer 4 permis de démolir visant des bâtiments situés 10, rue Villiers-de-l'Isle-Adam, 4, rue de la Voulzie et 2, rue Westermann (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 1996




M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Nous passons maintenant aux projets de délibération D. 985 et D. 986 autorisant M. le Maire de Paris à déposer des permis de démolir dans le 20e arrondissement.
Monsieur LE GUEN, vous n'avez pas la parole.
M. BLET a la parole et lui seul.

M. Jean-François BLET.- Monsieur le Maire, Monsieur le Questeur, je voudrais vous dire tout d'abord combien je suis sensible à l'honneur que vous nous faites en nous décernant une médaille d'or ! Combien je suis sensible au fait que vous reconnaissiez à un élu le droit de pouvoir prendre la parole ! Et Monsieur le Questeur puisque....

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- C'est plus qu'une reconnaissance, c'est une licence !

Mme Martine BILLARD.- Non, c'est un droit !

M. Jean-François BLET.- Puisque vous êtes un fin parlementaire, je voudrais vous rassurer. J'ai d'éminents collègues politologues qui ont fait de savantes études au Parlement et qui ont constaté que ceux qui étaient les plus assidus et qui prennent le plus la parole n'étaient pas ceux qui laissaient une trace dans l'histoire de notre pays !
Je traiterai des délibérations CL. 166 et 167 conjointement, ce qui nous permettra de gagner un peu de temps à cette heure tardive de la nuit.
A proximité de la place Nadaud, les rues Villiers-de-l'Isle-Adam, de la Voulzie, Westermann et de la Cloche délimitent un îlot singulier sur une petite butte.
Cet îlot comporte des maisons et bâtiments de faibles hauteurs typiques d'un tissu du faubourg.
Progressivement déstructuré par les préemptions de la Ville, cet ensemble offre aujourd'hui un spectacle de désolation. Mais certes, nous direz-vous, ce fut pour la bonne cause.
Certains bâtiments ont déjà été démolis, d'autres sont murés, certains toutefois sont encore occupés.
L'origine de ce pourrissement est en fait la décision de la Ville d'en faire une réserve pour espace vert de 1.963 mètres carrés, agrandissant ainsi le square limitrophe du Docteur-Grancher.
Créer un jardin dans ce secteur assez dense est tout à fait louable.
Chers collègues un peu d'attention, je vous prie.

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Ecoutez le détenteur de la médaille d'or enfin !

Mme Martine BILLARD.- C'est scandaleux, Monsieur !

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Ne vous laissez pas désarçonner, Monsieur BLET !

Mme Martine BILLARD.- Nous, nous sommes en séance, ce n'est pas le cas de tout le monde !

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Madame, à cette heure, soyez un peu tolérante !
Monsieur BLET, vous avez la parole.

M. Jean-François BLET.- L'information ne circule pas, et les riverains demeurent inquiets. La Ville ne semble pas aimer communiquer sur les préemptions qu'elle réalise progressivement dans un quartier.
Malgré la fragilité du sous-sol, nous aimerions attirer votre attention sur la nécessité de conserver la topographie singulière des lieux qui pourra s'avérer un élément intéressant de composition pour ce futur jardin.
Par ailleurs, certains bâtiments sont malgré tout relativement en bon état, telle la maison d'un étage au n° 8 de la rue de Villiers-de-l'Isle-Adam que vous nous proposez de démolir.
Ne serait-il pas intéressant d'intégrer ce petit bâtiment au futur square en y installant un petit équipement de proximité, ces fameux L.A.S.C.A.R.T. qui nous sont chers...
Enfin, notre inquiétude demeure grande sur l'objectif réel de ces préemptions.
Des événements récents ont eu en effet de quoi nous interpeller sur le devenir de ces soit-disant réserves pour espace vert, dont le but initial, louable, permet de calmer les esprits pendant les préemptions.
Ainsi, sur le secteur "Bauer-Thermophyles" dans le 14e arrondissement, les préemptions justifiées par Déclaration d'utilité publique pour une réserve pour espace vert ont, elles aussi, progressivement pourri le quartier.
Pendant ce temps, les riverains de l'opération attendaient avec impatience l'aménagement de leur futur jardin...
Mais discrètement, au fil des ans, la superficie de cette réserve a été progressivement réduite, passant de 6.300 mètres carrés en 1977 à 1.350 mètres carrés en 1989.
Il y a quelques semaines à peine, la Ville vient de soumettre la suppression pure et simple de cette réserve afin d'autoriser un programme de constructions sur cette parcelle !
Sans l'intervention de l'association "Urbanisme et Démocratie", cette enquête serait passée totalement inaperçue.
Tous les habitants de ce quartier ont donc été leurrés pendant des années par les prétendues bonnes intentions de la Ville.
Les mêmes dérives pourraient tout à fait se produire dans notre cas.
Monsieur le Maire, quelles garanties apportez-vous aux habitants du 20e pour la création de ce jardin ? Quels sont les projets précis et à quelle échéance ?
Monsieur le Maire, enfin, vous engagez-vous à maintenir aussi la réserve pour espace vert du secteur "Bauer-Thermophyles" ? Alors que le commissaire-enquêteur vient de rendre, fait plus que mémorable et de peu de précédent, un avis totalement défavorable à cette opération.

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Merci, Monsieur BLET.
Monsieur BULTÉ, vous avez la parole.

M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Dans cette opération, je tiens à rassurer tout de suite M. BLET.
La réserve pour espaces verts dans laquelle sont situées ces constructions figure bien entendu au P.O.S. pour une superficie de 1.963 mètres carrés. Or, je tiens à le rassurer, dans le cadre de la D.U.P., ces terrains ont été acquis et ont pour objet unique la réalisation d'espaces verts. Ces terrains ne pourront donc avoir, en aucun cas, un autre usage.
Alors je m'y engage, Monsieur BLET, les habitants de cet arrondissement verront fleurir prochainement un espace vert sur l'ensemble de la surface.

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 985 concernant les bâtiments situés 8, rue Villiers-de-l'Isle-Adam (20e).
Que ceux qui sont d'avis de l'adopter veuillent bien lever la main.
Avis contraires ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1996, D. 985).

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 986 concernant les bâtiments situés 10, rue Villiers-de-l'Isle-Adam, 4, rue de la Voulzie et 2, rue Westermann (20e).
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1996, D. 986).