Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu relatif à la sauvegarde des collections d'André Breton.

Déliberation/ Conseil municipal/ Février 2003 [2003 V. 21]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 27 mars 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 27 mars 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Les collections de l'atelier de la rue Fontaine, dans lequel André Breton a vécu jusqu'à sa mort, devraient être vendues aux enchères en avril prochain. Il s'agit de plusieurs milliers de pièces, objets, tableaux, livres, ?uvres diverses, que le poète a réunies sa vie durant et qui sont un témoignage inestimable de l'histoire du surréalisme, notamment à Paris.
Depuis vingt ans sa famille puis de nombreux artistes, écrivains, intellectuels ont essayé de trouver des solutions auprès des pouvoirs publics pour préserver ce patrimoine, en même temps qu'un travail important était réalisé au fil des ans sur les archives. Aujourd'hui le Comité de vigilance qui s'est constitué intervient auprès du Ministre de la Culture pour sauver ces collections.
Certaines pièces sont déjà préservées, ayant fait l'objet de legs d'André Breton lui même, comme sa correspondance à la bibliothèque Jacques Doucet, de donations ou d'achat par des musées.
Mais l'essentiel des collections sera dispersé si les pouvoirs publics ne prennent pas leurs responsabilités vis à vis de ce patrimoine.
André Breton est une des grandes figures littéraires et intellectuelles de Paris, des ?uvres comme Les pas perdus et Nadja évoquent avec force notre ville, capitale du surréalisme.
La Ville de Paris, qui s'en est inquiétée dès qu'elle a eu connaissance du projet de vente, ne peut pas se substituer à l'État dans la sauvegarde de ce patrimoine national, mais elle se doit d'y contribuer.
Sur la proposition de Mmes Catherine GÉGOUT, Nicole BORVO et des membres du groupe communiste,

Emet le v?u :

- que le Maire de Paris s'adresse au Ministre de la Culture pour que ces collections restent dans le domaine public et ne soient pas dispersées. Il demande :
- que l'État prononce l'interdiction de sortie du territoire des pièces de la collection, et use de son pouvoir de faire reporter la vente ;
- qu'une table ronde soit réunie d'urgence à cet effet par l'État avec les différents acteurs concernés, pour la recherche d'une solution car il s'agit d'un patrimoine national à caractère universel.