Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

27 - 1996, D. 1032- Opération d'aménagement du secteur "Montgallet-Stinville" (12e).- Avis favorable à l'opération.- Autorisation à M. le Maire de Paris de procéder, d'une part, à l'acquisition et à la libération des biens nécessaires à sa réalisation et, d'autre part, à la mise en oeuvre de la procédure préalable à la Déclaration d'utilité publique de l'opération.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 1996




M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Nous passons maintenant au projet de délibération D. 1032 concernant l'opération d'aménagement du secteur "Montgallet-Stinville" dans le 12e arrondissement.
La parole est à Mme SCHNEITER.

M. Bertrand BRET.- Le résultat des élections des adjoints !

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Tout à l'heure !

M. Bertrand BRET.- Pourquoi pas maintenant ?

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Parce que nous sommes passés au dossier D. 1032.
Monsieur BRET, je suis encore maître de l'ordre du jour.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Paris-Libertés" et "Rassemblement pour Paris").
Nous examinons l'opération d'aménagement du secteur "Montgallet-Stinville". Je donne la parole à l'orateur inscrit, Mme SCHNEITER.

Mme Laure SCHNEITER.- Monsieur le Maire, voilà enfin un projet qui explique clairement la politique d'aménagement urbain que vous menez depuis vingt ans.
Je reprends vos termes...

M. Bertrand BRET.- Qu'est-ce que cela cache ?

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Monsieur BRET, vous empêchez Mme SCHNEITER de s'exprimer !

Mme Laure SCHNEITER.- Je suis assez d'accord avec M. BRET, j'aimerais bien avoir le résultat des votes également.

(Applaudissements et exclamations sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des citoyens et communiste).

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Alors, nous sommes toujours sur le projet de délibération D. 1032, vous avez la parole, Madame SCHNEITER, et vous seule !

M. Bertrand BRET.- Mais qu'est-ce qui vous gêne ?

M. Alain DESTREM, adjoint, président.- Vous l'aurez dans cinq minutes, attendez que Mme SCHNEITER s'exprime sur un mémoire important !

Mme Laure SCHNEITER.- Voilà enfin un projet qui explique clairement la politique d'aménagement urbain que vous menez depuis vingt ans.
Je reprends vos termes, "c'est à la hauteur de ce passage que le front bâti généralement élevé de la rue Montgallet est brusquement interrompu par des bâtiments à rez-de-chaussée ou d'un étage en saillie sur l'alignement et qui laissent à découvert les pignons vacants". Quelle horreur !
Comment avoir pu tolérer aussi longtemps un étage ou un rez-de-chaussée dans ce secteur ?
Heureusement, vous allez réparer cette erreur et vous nous proposez en échange des immeubles de 4 à 5 étages, 80 places de parking, un couloir de pelouse qualifié d'espace vert.
Voilà enfin un aménagement selon votre coeur, plus de mur pignon, plus de dents creuses !
Je suis désolée de vous dire, Monsieur le Maire, que cela ne me plaît pas, comme à bien des riverains et je voterai une fois de plus contre cet aménagement destructeur.

(M. Roger ROMANI, adjoint, remplace M. Alain DESTREM, adjoint, au fauteuil de la présidence).

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Madame COUDERC, vous avez la parole.

Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Je vous remercie, Monsieur le Maire.
En réponse à Mme SCHNEITER, je voudrais dire que le programme de l'opération d'aménagement "Montgallet-Stinville" prévoit d'abord la construction de 52 logements sociaux P.L.A. Leur aménagement intérieur est rendu particulièrement attrayant en raison de la configuration des parcelles : double, voire triple exposition. Il prévoit aussi l'extension de l'actuel square Saint-Eloi sur environ 850 mètres carrés, permettant notamment son ouverture sur la rue de Reuilly ; une extension de cette importance semble difficilement pouvoir être qualifiée de couloir de pelouse.
La création, par ailleurs, d'une placette piétonne d'environ 340 mètres carrés est prévue, sur laquelle seraient préservés, dans de bonnes conditions de développement, les trois acacias existants, placette qui donnera aux habitants du quartier un accès lisible et sécurisant au square depuis la rue Montgallet ; l'emprise de cette placette aujourd'hui occupée par des boxes privatifs de stationnement automobile serait ainsi rendue à un usage public.
Enfin, il est prévu la reconstruction et l'extension importante, de 190 à 460 mètres carrés, de la maison des jeunes du club Saint-Eloi, actuellement implanté au 25-27, passage Montgallet, locaux provisoires devenus très insuffisants au regard des besoins présents du quartier.
Je note aussi que cette opération ne nécessitera aucun départ, ni relogement d'occupants d'habitation ou commerçants.
De plus, les constructions qui seraient édifiées à l'angle de la rue Montgallet et du passage Stinville à usage principal de logements bénéficieront d'espaces libres et d'un jardin privatif en coeur d'îlot profitant à l'ensemble des habitants, grâce à des transparences visuelles mettant en relation la place et la rue.
Je ne peux donc pas, Madame SCHNEITER, vous laisser dire que nous pratiquons ainsi un urbanisme destructeur, si l'on compare notre projet à la situation existante constituée, reconnaissez-le, de quelques bâtiments de médiocre qualité, occupés notamment avec difficulté par le club Saint-Eloi que nous verrions avec satisfaction pouvoir se développer plus largement et plus confortablement.
Voilà, Monsieur le Maire, les éléments de réponse que je souhaitais donner à Mme SCHNEITER.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").

M. Roger ROMANI, adjoint, président.- Merci, Madame COUDERC.
Que ceux qui sont d'avis d'adopter ce projet de délibération veuillent bien lever la main ?
Avis contraires ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe du Mouvement des citoyens, Mmes SCHNEITER, BILLARD et M. BLET ayant voté contre, MM. DUMAIT, MESMIN et Mme TAFFIN s'étant abstenus. (1996, D. 1032).