Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif au devenir des cinémas UGC de la rue de la Convention.

Déliberation/ Conseil municipal/ Janvier 2003 [2003 Voeu 2]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 20 février 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 20 février 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
La place de la Convention constitue un pôle majeur en matière cinématographique dans le 15e arrondissement grâce à ses deux complexes, UGC et Gaumont. Ce pôle draine 700.000 spectateurs par an.
Néanmoins, UGC a décidé dans le courant de l'année 2000 de vendre les bâtiments qu'elle possède au 204 et au 206 rue de la Convention à des fins de valorisation immobilière.
Les permis de démolir et de construire initialement déposés par UGC qui visent à la réalisation d'un immeuble de logement de standing avec un commerce et une poste au rez-de-chaussée, ont été retirés au début de l'année 2002, avant d'être à nouveau redéposés à l'automne 2002 par une société civile immobilière dirigée par le PDG d'UGC, Guy VERRECHIA.
Or, dans l'Express daté du 5 décembre dernier, le Maire du 15e, René GALY-DEJEAN, indique qu'il s'apprête à rendre un avis favorable à ces permis de démolir et de construire.
UGC occupe un emplacement dévolu depuis très longtemps au cinéma dans le 15e arrondissement, comme le savent bien ses habitants les plus anciens. La disparition de cette salle porterait un coup sérieux à l'animation d'une place et d'un quartier aujourd'hui très vivants, et dotés de nombreux commerces qui vivent notamment de l'animation suscitée par les cinémas.
Venant après la fermeture du Kinopanorama, celle des salles UGC ferait encore rétrograder le 15e arrondissement dans un classement de l'activité culturelle que le même numéro de l'Express situe déjà à un bien piètre niveau.
Cette intention annoncée par René GALY-DEJEAN est d'autant plus étonnante qu'elle va à l'encontre de la volonté de la population de l'arrondissement : des pétitions lancées durant l'automne 2000 pour le maintien des cinémas de la place avaient recueilli près de 25.000 signatures.
Mais surtout, la Ville de Paris a préempté la vente des terrains UGC dès l'été 2001 dans le but d'y maintenir l'activité cinématographique. Or, l'arbitrage judiciaire sur le prix de cette préemption est imminent. Il est donc essentiel de ne pas contrarier cette préemption par une décision hâtive de délivrance de permis de démolir et construire.
Compte tenu de l'importance de cette question pour la qualité de vie des habitants du 15e,
Sur la proposition de M. Claude DARGENT et des membres du groupe socialiste et radical de gauche,

Emet le v?u :

Que le Maire de Paris fasse tout ce qui est en son pouvoir pour maintenir l'activité cinématographique des salles aujourd'hui exploitées par UGC rue de la Convention.