Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

1 - Allocution de M. le Maire de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur l'Ambassadeur d'Espagne, mes chers collègues.
Le 11 mars 2004, Madrid a été le théâtre d'un acte terroriste dont la violence est sans précédent en Europe. Cette date restera à jamais comme l'une des plus sombres de notre histoire, un événement dont la simple évocation renverra toujours à ces images insoutenables de corps désarticulés, de tôles enchevêtrées et à cette douleur intense qui transparaît dans le regard incrédule des survivants.
Ils partaient travailler, étudier ou découvrir la beauté de cette cité amie. Ils ignoraient alors qu'ils avaient rendez-vous avec l'horreur.
En détruisant tant de vies, c'est aussi la démocratie et ses fondements que les auteurs de ces attentats, aussi lâches que barbares, voulaient atteindre.
Oui, quand Madrid est ensanglantée, c'est une blessure profonde qu'on inflige à l'Europe tout entière, à ses valeurs, à ses idéaux. L'Europe, cette ambition née d'une volonté de paix, se révèle aujourd'hui plus nécessaire que jamais face à la guerre que lui déclarent les tenants de l'obscurantisme.
Aucune cause, aucune croyance, ne peut justifier le recours à des moyens qui sèment le chaos et brisent des destins par centaines.
C'est ensemble, solidaires, unis par ce qui forge notre identité au-delà des frontières que nous devons faire front face au terrorisme sous toutes ses formes.
Parce qu'ils partagent à la fois la souffrance et la révolte de leurs amis madrilènes, tous les élus du peuple de Paris ont voulu rendre hommage aux victimes de cette tragédie.
Dès vendredi, accompagné de ma première adjointe Anne HIDALGO, j'avais exprimé au Maire de Madrid, M. Alberto RUIZ GALLARDON, l'émotion profonde et la solidarité des Parisiennes et des Parisiens.
Au nom du Conseil de Paris, en mon nom personnel, je tiens en outre à adresser un salut fraternel à nos concitoyens espagnols dont la présence dans notre cité est source de richesse.
En cet instant si grave, nos pensées vont également vers ces femmes et ces hommes qui souffrent dans leur chair et mènent un combat douloureux pour survivre à l'attentat qui les a frappés. Nos v?ux les plus sincères de force, de courage, et de rétablissement les accompagnent dans cette épreuve. Chacun doit savoir que notre vigilance et notre foi en un avenir débarrassé du fléau terroriste demeurent intactes. C'est aussi le sens de ce rendez-vous qui nous réunit ce matin.
Représentants du suffrage universel et, à ce titre, détenteurs d'une légitimité démocratique qui nous rassemble autour de valeurs intangibles, nous allons, mes chers collègues, partager un moment de recueillement.
(L'Assemblée, debout, observe quelques minutes de silence).
(La séance est levée à neuf heures douze minutes).