Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

G - Voeu visant à favoriser la présence des animaux dans les résidences santé du CAS-VP.

Déliberation/ Conseil général/ Septembre 2004 [2004 V 10]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 26 octobre 2004.
Reçue par le représentant de l'Etat le 26 octobre 2004.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général,
Le lien affectif qui unit une personne âgée à son animal de compagnie est souvent très fort du fait de la relation privilégiée qui se crée au fil des années.
Respecter la personne âgée, c'est aussi respecter ce lien et tout faire pour le préserver le plus longtemps possible. C'est ainsi permettre à la personne âgée entrant en établissement de garder son animal de compagnie avec elle.
C'est aussi une question de logique thérapeutique. Plusieurs études ont démontré les effets bénéfiques des animaux sur la santé et le moral des personnes âgées : l'animal stimule. S'occuper d'un animal oblige à rester actif de la promenade, des soins à prodiguer, des repas à donner... Ces .activités aident également à se repérer dans le temps et à rester vigilant. L'animal a un rôle social. Il permet de créer des liens avec les autres, d'éviter le repli sur soi et la dépression...
A ce jour, les résidences-santé du CAS-VP continuent d'interdire les animaux de compagnie alors qu'ils sont acceptés sous certaines conditions dans les résidences-appartements et les résidences-services.
Pour toutes les raisons énoncées ci-dessus, cette interdiction est difficilement compréhensible. Les résidences-santé doivent être des lieux de vie à part entière. Les personnes âgées qui y rentrent doivent avoir le droit à la reconnaissance de l'attachement qu'elles peuvent avoir pour leur animal de compagnie. Les questions d'hygiène et d'organisation ne constituent pas un obstacle en soi dans la mesure où elles sont anticipées.
C'est pourquoi, sur proposition d'Olivier PAGÈS et des élus du groupe Les Verts, le Conseil de Paris,

Emet le voeu :

"que les animaux de compagnie soient admis dans les résidences-santé gérés par le CAS-VP".