Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

23- 1996, D. 75 - Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer des permis de démolir visant des constructions situées 28 et 30, rue Gauthey (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1996




M. Gérard LEBAN, adjoint, président. -Madame SCHNEITER, vous avez la parole sur le projet de délibération D. 75 donnant autorisation à M. le Maire de Paris de déposer des permis de démolir visant des constructions situées 28 et 30, rue Gauthey dans le 17e arrondissement.

Mme Laure SCHNEITER. -Monsieur le Maire, il s'agit d'un immeuble avec un atelier d'artiste en bon état, avec un petit jardin derrière, entouré par des immeubles de 6 étages. Il n'a qu'un défaut ce malheureux immeuble, c'est d'être trop bas, il faut donc le démolir, et comme la modification de l'article 15 du P.O.S. permet de faire la chasse aux dents creuses, on pourra sans doute le remplacer par un immeuble de 6 étages comme ses voisins.
Les dents creuses avaient l'avantage d'apporter en plus de l'espace et de la lumière dans le paysage des rues, une diversité qui tend à disparaître ; les rues s'uniformisent par les zonages et on arrivera bientôt à avoir des immeubles tous à la même hauteur, ou plutôt tous alignés au maximum de la hauteur autorisée pour chaque zonage.
C'est dommage, et vous mésestimez peut-être ce problème de lumière. J'ai visité bien souvent des immeubles dans des rues où l'on a construit de façon abusive, on avance un immeuble d'un mètre, on monte la façade de l'immeuble de 3, 10, 15 mètres, après démolition, et simplement ce qui est quand même assez terrible, c'est que j'ai constaté à plusieurs reprises en montant chez des gens à deux heures de l'après-midi que ces gens-là sont plongés pratiquement dans la pénombre.
Il ne faut pas minimiser le problème des dents creuses et de la lumière.

M. Gérard LEBAN, adjoint président. -Merci, Madame.
Monsieur BULTÉ, vous avez la parole.

M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. -Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues, effectivement, il y un atelier d'artiste, mais il y a également des commerces à cet endroit-là, et la S.A.G.I. y envisage la construction de 17 logements sociaux en P.L.A. et d'un équipement municipal sur ces terrains appartenant à la Ville.
La réalisation de ce programme nécessite la démolition d'un bâtiment R + 1 à usage d'atelier effectivement et d'habitations vides et inoccupées au 21, rue Gauthey et d'un bâtiment de 3 étages à usage de commerces vides et inoccupés au 30, rue Gauthey. Une étude de faisabilité a été réalisée en août 1995 sur la base d'une construction R + 5 pour permettre la réalisation de 17 logements neufs de 3 à 5 pièces avec un petit jardin intérieur, planté, végétalisé, 26 places de stationnement sur deux niveaux. Au rez-de-chaussée a été étudiée la possibilité d'un local destiné à l'enseignement du dessin, et au premier sous-sol un local disponible comme salle de réunions annexe au local au rez-de-chaussée.
Nous avons à faire à un programme exemplaire où on va pouvoir réaliser dans ce secteur du 17e arrondissement 17 logements P.L.A.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président. -Merci, Monsieur BULTÉ.

M. Camille CABANA, adjoint. -C'est très bien cela.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président. -Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mme SCHNEITER ayant voté contre, MM. DUMAIT, MESMIN et Mme TAFFIN n'ayant pas pris part au vote. (1996, D. 75).