Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DDEE 84 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer une convention avec la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (8e) prévoyant l’attribution d’une subvention de fonctionnement pour l’incubateur de l’établissement d’enseignement supérieur ADVANCIA. - Montant : 50.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Décembre 2006


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DDEE 84 G portant attribution d?une subvention pour l?incubateur d??ADVANCIA?.

Je donne la parole à Mme Isabelle GUIROUS-MORIN.

Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Oui, merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, il nous est ici proposé d?attribuer une subvention de 50.000 euros à la Chambre de commerce et d?industrie de Paris afin de financer l?incubateur de l?établissement d?enseignement supérieur ADVANCIA.

Pour mieux comprendre les enjeux, je tiens à préciser que cet incubateur, comme l?indique le projet de délibération, ?prépare les entrepreneurs à devenir des chefs d?entreprise. Il est créé sur le modèle d?un centre d?entraînement aidant à développer des réflexes et à concrétiser les projets d?entreprise?.

Cet incubateur serait localisé au sein d?ADVANCIA qui n?est autre qu?une ?business school?. Comme toute ?business school?, elle dispose, parmi ses partenaires, d?une société de capital-risque.

Vous comprendrez déjà, mes chers collègues, que cette école n?est pas sans moyens et que ce financement serait certainement plus utile à d?autres établissements supérieurs de la Capitale, peut-être moins attirants aux yeux du secteur privé.

Il est indiqué que 60 % des bénéficiaires de cet incubateur sont des demandeurs d?emploi.

Certes, mais des demandeurs d?emploi très ciblés, puisque 70 % des bénéficiaires sont issus des grandes écoles (Ecole Polytechnique, E.N.S.A.M., H.E.C., etc.) et 20 % des élèves d?ADVANCIA.

Ayant déjà bénéficié d?un environnement très favorable, réservé à l?élite républicaine en formation, ces néo-diplômés ne sont pas sans ressources et peuvent s?appuyer sur de forts réseaux personnels, sans oublier ceux mis à disposition par toutes les grandes écoles, au travers des associations d?anciens élèves.

Alors qu?il est toujours compliqué de trouver des financements pour augmenter notre effort envers les résidents d?hôtels meublés, les bénéficiaires de minima sociaux, les salariés à temps partiel, en C.D.D., nous nous apprêtons à donner 50.000 euros à une ?business school? pour aider des diplômés des grandes écoles à démarrer leur carrière de chefs d?entreprise !

Par conséquent, le groupe ?Les Verts? ne pourra que voter contre ce projet de délibération.

Merci.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je donne la parole à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Je remercie Mme GUIROUS-MORIN d?avoir attiré l?attention de notre Conseil sur ce projet de délibération.

Pour créer des entreprises, il faut des entrepreneurs et je dirais même à Mme GUIROUS-MORIN que pour créer des entreprises solidaires, il faut des entrepreneurs solidaires.

Si je suis son raisonnement jusqu?au bout, le fait que l?E.S.S.E.C. ait une formation d?entrepreneurs solidaires où se préparent des jeunes hommes et des jeunes femmes de qualité pour ouvrir des entreprises d?insertion, pour travailler dans l?économie sociale et solidaire, que Mme GUIROUS-MORIN soutient par ailleurs, ce que ferait l?E.S.S.E.C. serait donc condamnable !

ADVANCIA est soutenue par la Chambre de commerce et d?industrie de Paris, que je considère comme un partenaire tout à fait honorable. Nous appartenons tous les deux, d?ailleurs, au Conseil d?administration de ?Paris Développement? qui est soutenu deux tiers par Paris et un tiers par la Chambre de commerce, avec un impact positif sur l?emploi parisien. Le fait de travailler avec la Chambre de commerce ne me paraît pas choquant.

Cependant, pour ne pas donner le sentiment que Mme GUIROUS-MORIN semble avoir, comme quoi nous apportons de l?eau au moulin d?une ?business school? - ce qui, dans sa bouche, ne doit pas être une expression très flatteuse -, nous avons dit que l?argent du contribuable parisien permettrait à des jeunes issus de la diversité, comme l?on dit, c?est-à-dire des jeunes qui n?ont pas la chance d?avoir un nom, un prénom, une adresse comme beaucoup d?autres, quelles que soient les études qu?ils font? d?aider spécifiquement ces jeunes, qui souhaitent créer leur entreprise, à le faire.

Sans dire que les femmes sont victimes de discrimination, nous insistons aussi sur le fait qu?un tiers des créateurs d?entreprise sont des créatrices d?entreprise. Je ne vois aucune raison - ma voisine Mme Martine DURLACH non plus - pour laquelle iln?y aurait pas autant de femmes créatrices d?entreprise que d?hommes créateurs d?entreprise.

A l?évidence, nous considérons que ce projet de délibération est un moyen de lutter contre les discriminations, dans un domaine particulier qui est la création d?entreprises, mais comment avoir une économie s?il n?y avait pas d?entreprise ?

Madame GUIROUS-MORIN, j?espère vous avoir convaincu et que votre vote négatif va devenir une abstention.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - En tout cas, vous étiez très convaincant. Je vais procéder au vote, à moins que Mme GUIROUS-MORIN ne souhaite ajouter quelque chose.

Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Au vu des arguments que vous avez développés, je propose une abstention. Cela dit, nous sommes défavorables à ce que l?on soutienne des formations pour des jeunes qui sont déjà largement munis, alors que nous ne trouvons pas d?argent pour des jeunes qui sont vraiment démunis.

Nous nous abstiendrons.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Quand on connaît la structure du chômage parisien, on s?aperçoit que l?on a quand même un grand nombre de personnes diplômées, voire très diplômées dans certains cas. C?est aussi vrai pour une partie du public, des personnes bénéficiaires du R.M.I.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 84 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DDEE 84 G).

Je vous remercie.