Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

17 - 1996, P. 913 - Subvention à l'Association des locataires de Montmartre aux artistes, 187-189, rue Ordener (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération référencé P. 913 accordant une subvention à l'Association des locataires de Montmartre aux artistes.
La parole est à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - Monsieur le Maire, l'Association des locataires de Montmartre aux artistes regroupe au 189, rue Ordener 184 ateliers qui regroupent à peu près toutes les pratiques de la créativité artistique. Pour mettre en valeur leurs travaux et pour s'insérer davantage dans le quartier, ils ont organisé des opérations portes ouvertes tous les deux ans ; et devant le succès de ces opérations, ils ont décidé dorénavant de les reconduire annuellement. Ils ont donc à cet effet adressé une demande à la Ville de Paris.
Ils regrettent que cette demande adressée en avril ne reçoive qu'aujourd'hui une conclusion dans la mesure où les portes ouvertes devaient être organisées début octobre et, de ce fait, n'ont pu l'être, ce qui va les amener à les reporter fin novembre ou début décembre au plus tard.
Le point sur lequel je souhaitais intervenir, c'est une curiosité de la délibération. Dans la délibération, il est précisé que le montant de la subvention demandée, nous est-il dit, est non précisé. Monsieur le Maire, malheureusement, c'est faux. Ils ont adressé une demande de subvention de 120.000 F dont je ne comprends pas pourquoi il est dit dans la délibération que le montant n'a pas été précisé.
Il est clair qu'ils n'ont en aucun cas demandé une subvention de 125.000 F, comme tendrait à le faire croire le budget prévisionnel qui a été établi à partir des documents fournis par les services de la Mairie, budget prévisionnel qui, si on le lit bien, nous explique qu'ils auront en tout et pour tout des recettes de 90.218 F, compte tenu de ces 25.000 F, alors que leurs dépenses vont s'élever à 208.000 F.
Cette association mériterait, compte tenu et de son rayonnement et de l'importance de cette animation pour le 18e arrondissement, de voir sa subvention qui, initialement, était de 60.000 F, puis a été ramenée à 50.000, ne pas poursuivre cette descente aux enfers et, quelles que soient les difficultés budgétaires que je comprends de votre adjointe à la culture, être majorée.
L'association souhaiterait par ailleurs rendre hommage aux chefs d'orchestre Pierre Monteux et Jean Martineau qui ont vécu dans cet immeuble en y apposant une plaque commémorative. Ils ont, en décembre 1995, adressé une demande en ce sens à la Ville de Paris et ils souhaiteraient également que celle-ci puisse être examinée par notre Conseil et recevoir un avis favorable.
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur WLOS, vous avez la parole.
M. Jean WLOS. - Monsieur le Maire, la subvention qui est proposée à l'Association des locataires de Montmartre aux artistes est donc réduite de moitié sur celle attribuée en 1995. Elle met cette association dans une situation insupportable, à quelques semaines de la manifestation culturelle qu'elle organise maintenant chaque année.
Je veux insister sur le caractère tout à fait exceptionnel de la Cité " Montmartre aux artistes " qui est un immeuble géré par la Ville de Paris depuis 1933. L'association a d'ailleurs organisé sa première initiative en 1993 pour le 60e anniversaire de l'immeuble. Elle l'a renouvelé en 1995, et devant le succès de son initiative, a décidé de l'organiser chaque année.
Or, c'est l'argument qui est donné par la Ville pour diminuer de moitié la subvention parce que cette association décide de mieux travailler. Je crois que c'est là, une pénalisation de la volonté d'initiative et d'animations de nos quartiers de Paris, d'autant plus regrettable que cette manifestation connaît un immense succès de visites d'habitants du 18e et de l'ensemble de Paris, avec une exposition très intéressante qu'elle présente dans son hall d'entrée, avec l'ouverture de ses ateliers pendant tout un week-end. Elle permet ainsi de pérenniser l'attrait artistique de Montmartre, universellement reconnu, contribuant fortement à faire connaître les oeuvres des artistes parisiens, des artistes de toutes disciplines.
L'investissement demandé à la Ville est donc, de mon point de vue, si je peux m'exprimer ainsi, " très productif ", et je pense qu'il faut rétablir cette subvention à son niveau antérieur.
J'ajoute, pour répondre de suite aux questions sur les recettes, que nous ne discutons pas ici des recettes, mais des dépenses du budget culturel. En ce qui concerne les recettes, nous aurons sans doute l'occasion d'y revenir, nous l'avons déjà fait avec des propositions maintes fois reprises dans les discussions budgétaires pour améliorer les recettes de la Ville.
Nous demandons donc le rétablissement de cette subvention.
Si vous ne la changez pas, nous voterons bien évidemment les 25.000 F, mais je vous demanderai alors d'examiner très rapidement la possibilité d'une subvention exceptionnelle d'équilibre pour cette manifestation.
(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et du Mouvement des citoyens).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Madame MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Nous avons exactement la démonstration de ce que je disais tout à l'heure à M. BLOCHE. En 1993, l'Association de locataires de Montmartre aux artistes, pour un anniversaire exceptionnel, les soixante ans de la Cité, monte une opération portes ouvertes. L'opération se déroule bien. On décide de la renouveler deux ans après. Très bien. La Ville accompagne encore une fois par une subvention. Et puis, tout d'un coup, on décide que ça va devenir annuel, et au lieu de demander 60.000 F, ce qui avait été demandé la première fois, on demande 120.000 F. 120.000 F, n'est-ce pas, allons-y gaiement, si je puis dire !
Ecoutez, ce n'est pas sérieux. Ils décident de faire une opération annuelle. Malheureusement, l'enveloppe de subvention étant constante, nous donnerons la moitié de la subvention chaque année. Au lieu de donner une subvention de 50.000 F pour les deux ans, ce sera une subvention de 25.000 F tous les ans. Moi, je ne peux pas faire mieux. Il fallait réfléchir avant de rendre cette manifestation annuelle.
Si cette manifestation a tellement de succès, encore une fois, elle peut trouver des recettes extérieures. La Ville ne peut pas, sous prétexte que les choses se développent, augmenter toujours ses subventions.
Je vous demande de voter les 25.000 F à l'Association des locataires de Montmartre aux artistes, qui fait un remarquable travail, personne n'en disconvient. Seulement, nous faisons avec les moyens que nous avons. Encore une fois, nous sommes tout prêts à aider les initiatives, mais nous ne pouvons pas éternellement accompagner des rêves de grandeur.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, nous avons pris un peu de retard. Je demande à chaque intervenant d'être le plus concis possible.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération P. 913.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1996, P. 913).