Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - 1996, D. 1349 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, en cas d'appel d'offres infructueux, pour la fourniture de vitrines d'affichage dans les équipements sportifs municipaux.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous examinons le projet de délibération D. 1349 concernant la fourniture de vitrines d'affichage dans les équipements sportifs municipaux.
Monsieur BLOCHE, vous avez la parole.
M. Patrick BLOCHE. - Je serai très bref sur ce projet de délibération qui ne pose pas de problème en tant que tel puisqu'il s'agit effectivement de mettre en place dans les équipements sportifs municipaux et également dans les bains-douches, des vitrines d'affichage pour faire passer un certain nombre d'informations auprès du public concernant les activités proposées par la Mairie de Paris ou par les association sportives. On ne peut que se réjouir du fait que l'information progresse. Il reste que je souhaiterais avoir des précisions de la part de la Municipalité sur la façon dont les panneaux seront gérés.
Il est indiqué dans le projet de délibération qu'ils ne seront pas fermés à clé pour que leur accès soit facilité ; c'est une bonne chose. Néanmoins, les conditions de gestion de ces panneaux d'affichage mériteraient d'être précisées.
On parle d'information à l'intérieur des équipements sportifs, c'est très bien. Mais je me permets d'évoquer à travers l'examen de ce projet de délibération les difficultés qu'ont les associations sportives en matière d'information à l'extérieur des équipements sportifs, préoccupation qui est d'autant plus essentielle qu'elle vise justement à faire venir dans les équipements sportifs un nombre plus important de nos concitoyens.
Or, en matière d'information externe, je souhaite exprimer deux demandes qui me sont régulièrement soumis par les associations sportives que je rencontre.
Le premier souhait est que l'affichage public offert aux associations, et notamment des associations sportives, soit remis à plat. La procédure qui fait que l'on doit s'adresser à la société " Dauphin ", les délais qui sont souvent de trois ou quatre mois avant une manifestation, rendent les choses difficilement gérables.
Mon second souhait est une interrogation. Vous avez publié l'année dernière un guide du sport à Paris. Si vous prévoyez une prochaine édition, envisagez-vous d'y faire figurer les associations sportives de quartier qui, comme vous le savez, contribuent fortement, en raison de leur proximité, au développement du sport dans la Capitale ?
M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à M. CANE.
M. Dominique CANE, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, je ne répondrai pas à la deuxième question de M. BLOCHE car cela demande une certaine étude.
En ce qui concerne le projet de délibération, je lui précise que les associations devront demander la clé au gardien de l'établissement et l'agent de maîtrise vérifiera la validité de l'affichage, ce qui peut donner toutes les assurances à notre cher collègue quant à la manière dont l'affichage sera fait.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 1349.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (1996, D. 1349).