Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

44 - 1996, D. 1304 - Attribution d'une dénomination à une place du 18e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération D. 1304 concernant l'attribution d'une dénomination à une place du 18e arrondissement.
Monsieur DELANOË, vous avez la parole.
M. Bertrand DELANOË. - Monsieur le Maire, je voudrais faire quelques brèves remarques sur ce projet que nous allons évidemment voter.
Il s'agit de l'attribution du nom de Dalida à une place de Montmartre.
Mes brèves remarques sont les suivantes : depuis de nombreuses années, les élus du 18e arrondissement, quelle que soit leur opinion politique, ont souhaité arriver à la décision d'aujourd'hui. Deuxièmement, en septembre 1995, sur ma proposition, le Conseil d'arrondissement, unanime, avait proposé ce lieu et ce nom. C'est pourquoi j'ai regretté, même si ce n'est pas très grave, que dans l'exposé des motifs, puisque c'est une initiative d'arrondissement, on n'ait pas fait référence à ce voeu unanime du Conseil du 18e arrondissement.
Enfin, autre remarque sur l'exposé des motifs, je comprends qu'en quinze lignes on ne puisse pas beaucoup parler de la carrière d'une artiste, mais il me semble tout de même qu'il y a une partie de sa carrière, qui n'est pas la plus connue, mais qui n'était pas, pour elle, la moins importante, qui ne figure pas du tout dans l'exposé des motifs. Il s'agit de sa carrière de comédienne, et en particulier du film qu'elle a tourné sous la direction du réalisateur internationalement connu Youssef Chahine qui s'appelle "Le sixième jour". Il montre que Dalida était à la fois une grande artiste populaire, mais aussi une grande comédienne sur un rôle et un film extrêmement difficiles. Quand on honore un ou une artiste, je crois qu'il faut voir l'ensemble des facettes de son talent.
Enfin, je terminerai mon propos en remerciant les fonctionnaires de la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris, qui prêtent leur concours à la famille et aux amis de Dalida, au nombre desquels je compte, pour l'édification d'un buste de Dalida sur cette place qui sera financé par sa famille et ses amis, et à propos duquel nous avons tenu un certain nombre de réunions. Je voudrais les remercier de leur diligence, de leur efficacité et de leur disponibilité.
Je crois qu'il serait bien que, le 3 mai 1997, à l'occasion du 10e anniversaire de la mort de Dalida, nous puissions, M. le Maire de Paris, M. le Maire du 18e arrondissement, les élus et la population de Montmartre, inaugurer à la fois cette place et ce buste car, si Dalida était internationalement connue pour son talent, c'était aussi une Montmartroise et les Montmartrois l'aiment beaucoup.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des citoyens et communiste).
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Mme COUDERC a la parole pour répondre à M. DELANOË.
Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Je crois qu'effectivement on peut se féliciter de l'unanimité qui nous rassemble pour reconnaître le talent de notre grande chanteuse et comédienne Dalida.
Je voudrais simplement dire à M. DELANOË que dans la délibération, nous n'avons pas fait référence, en effet, à ce voeu de l'arrondissement. Je pense qu'il n'est pas coutume de le faire, d'autant que souvent, il y a des demandes parallèles, et dans le cas présent, par exemple, nous pourrions signaler que Line Renaud s'était beaucoup manifestée pour soutenir cette démarche.
Donc n'y voyez là aucun signe particulier. Nous n'avons pas l'habitude de faire référence aux demandes des uns et des autres, mais en l'espèce il est vrai qu'il y avait un mouvement très unanime de la part de nombreuses personnes qui se sont mobilisées pour que nous rendions un juste hommage à Dalida.
Je prends acte de votre demande de voir la date du 10e anniversaire de la mort de Dalida honorée par une manifestation. Je transmettrai votre voeu au Maire de Paris.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Merci, Madame COUDERC.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, MM. LEBEL et REVEAU s'étant abstenus. (1996, D. 1304).