Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - QOC 96-387 Question de M. Pierre RÉMOND à M. le Préfet de police relative aux mesures à prendre pour rétablir la sécurité dans le 17e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. Pierre RÉMOND relative aux mesures à prendre pour rétablir la sécurité dans le 17e arrondissement.
Je vous en donne lecture :
"L'odieux assassinat dont a été victime, le 5 septembre dernier, l'un de nos concitoyens, poignardé avenue de Wagram (17e) par un jeune désoeuvré, est la déplorable preuve qu'en dépit des statistiques rassurantes publiées concernant l'évolution de la criminalité et de la délinquance à Paris, celles-ci restent très présentes dans le 17e arrondissement.
Cette situation préoccupante n'est pas pour surprendre ceux qui, par leur connaissance rapprochée de la vie locale et une pratique constante du terrain, mesurent quotidiennement les réalités de l'insécurité illustrée sur la voie publique par de fréquentes agressions, accompagnées d'une recrudescence de la prostitution et de trafics soutenus de stupéfiants.
Devant cette dégradation, que les efforts méritoires exercés par les services de police restent impuissants à endiguer, M. Pierre RÉMOND demande à M. le Préfet de police de bien vouloir lui faire connaître les dispositions qu'il compte prendre pour dégager les moyens supplémentaires en personnels et en matériel qu'exigent le rétablissement de la sécurité dans cet arrondissement et la tranquillité de ses habitants."
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Monsieur le Maire, il n'est pas besoin de souligner combien le Préfet de police comprend et partage l'émotion suscitée par l'homicide dont a été victime un habitant du boulevard Péreire dans la nuit du 5 au 6 septembre dernier. L'auteur a été immédiatement arrêté et déféré à la justice et des consignes de présence et de vigilance renforcées ont été aussitôt renouvelées à l'ensemble des fonctionnaires de police de l'arrondissement.
Ce drame, bien que très présent dans tous les esprits, ne doit toutefois pas faire oublier que cet arrondissement est au nombre de ceux qui ont enregistré une baisse constante de l'ensemble des crimes et délits depuis 1993.
Je citerai les vols avec violences et les cambriolages qui, de 1993 à 1995, y ont chuté pour les premiers de 29,37 % et pour les seconds de 13,12 %.
Dans ce domaine, les efforts des services de police ont donc conduit à des résultats significatifs.
Il faut en revanche admettre que l'action, pourtant constante menée en matière de prostitution présente un bilan plus nuancé ; mais, en ce domaine, les possibilités répressives demeurent particulièrement limitées.
Malgré cela, les opérations de contrôle de la prostitution ne se sont, à aucun moment, ralenties.
J'évoquerai les deux plus récentes, qui ont eu lieu dans la nuit du 19 au 20 septembre et celle du 3 au 4 octobre. La première a conduit à l'interpellation de 21 travestis, dont 12 boulevard Bessières, et la seconde à l'interpellation de 17 personnes, dont 9 travestis dans cette voie.
Soyez assuré, Monsieur le Maire, que cette action soutenue ne fléchira pas.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je remercie M. le Représentant du Préfet de police.
Monsieur RÉMOND, vous avez la parole.
M. Pierre RÉMOND, maire du 17e arrondissement. - Je remercie M. le Préfet. J'ai bien pris note et je communiquerai à mes collègues la réponse de M. le Préfet de police concernant ces différents problèmes dans cet arrondissement, comme dans d'autres, hélas.