Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - QOC 96-375 Question de M. Jean-Marie LE GUEN et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet de l'intégration des personnes âgées asiatiques dans les structures d'accueil de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. LE GUEN à M. le Maire de Paris concerne l'intégration des personnes âgées asiatiques dans les structures d'accueil de la Ville de Paris.
Elle est ainsi rédigée :
"Les personnes âgées de la communauté asiatique éprouvent souvent des réticences pour intégrer les structures d'accueil permanentes destinées aux personnes de leur âge. Leur culture fait qu'elles ont peur de se retrouver isolées dans ces lieux. La conséquence de cet état de fait est que des personnes restent dans leur logement alors que leur état de santé relève d'une structure spécialisée.
Une réflexion est-elle engagée sur ce dossier et, dans l'affirmative, quel est son état d'avancement ?"
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Pierre GÉNY.
Je tiens tout d'abord à rappeler qu'il ne peut y avoir de traitement différencié qui tiendrait compte des origines ou de la nationalité.
Ce principe d'action résulte explicitement de l'application d'un des grands principes constitutionnels qui régissent en France le fonctionnement des administrations, à savoir le principe de l'égalité des citoyens devant le service public.
Aussi, toute initiative qui tendrait à mettre en ?uvre une action fondée sur la prise en considération de l'origine ou de la nationalité des demandeurs pourrait être considérée comme contraire à la loi.
Néanmoins, dans le respect de la loi, il convient d'examiner ce qui peut être fait afin de favoriser le sort des personnes âgées d'origine asiatique de la première génération, en vue de concourir au bien-être et à la meilleure insertion de toute cette communauté dans le tissu national.
C'est pourquoi, dans le cadre des réunions de la Commission extra-municipale chargée des questions relatives à l'intégration, une réflexion s'est engagée sur les problèmes qui ont pu être observés. En liaison avec les associations intéressées, des suggestions utiles seront formulées spécialement auprès du Centre d'action sociale de la Ville de Paris.