Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

29 - III - Question d'actualité de Mme Martine BILLARD, élue de " Paris écologie, solidarité et citoyenneté ", à M. le Maire de Paris concernant la présence d'amiante à l'école maternelle rue des Tourelles (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à l'examen de la question d'actualité de Mme BILLARD concernant la présence d'amiante à l'école maternelle rue des Tourelles dans le 20e arrondissement.
Madame BILLARD, vous avez la parole.
Mme Martine BILLARD - Des prélèvements pratiqués courant janvier 1996 dans l'école maternelle rue des Tourelles dans le 20e, ont mis en évidence la présence d'amiante dans les locaux. Les résultats n'ont été connus des parents d'élèves que courant juin 1996. Pour confirmer l'importance du problème, des prélèvements complémentaires auraient dû être effectués courant septembre 1996. A ce jour, rien n'a été fait.
Or, au dernier Conseil de Paris, une exposition rassurante nous a été faite sur la politique de la Ville concernant la question d'amiante et de présence dans les locaux dépendant de la Ville de Paris.
Ma question est la suivante : à quelle date seront faits les prélèvements promis dans cette école et quelles seront les mesures prises pour protéger la santé des enfants et des personnes fréquentant cet établissement ?
Il est assez irresponsable de laisser traîner cette histoire quand on sait les dangers de l'amiante et comment cela met en cause la santé des personnes qui peuvent y être confrontées.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - M. GOASGUEN a la parole.
M. Claude GOASGUEN, adjoint, au lieu et place de M. Yves GALLAND, adjoint. - Monsieur le Maire, je vais répondre à la place de M. GALLAND qui est directement chargé de ces questions.
Je viens moi-même de répondre à une question concernant les Tourelles à Didier BARIANI qui m'avait sollicité à ce sujet. Je voudrais répondre à Mme BILLARD que la Ville de Paris, comme vous le savez, n'a pas attendu la publication des décrets de février 1996 pour engager des actions de recensement des bâtiments pouvant contenir de l'amiante et réaliser les travaux de protection.
Dès 1992, les services municipaux ont entrepris l'élaboration d'un inventaire des bâtiments contenant des flocages apparents portant sur des établissements de la Petite enfance, de la Jeunesse et des Sports, des établissements scolaires et des bâtiments administratifs : 2.000 bâtiments ont été visités ; 1 % seulement s'est avéré comporter des traces d'amiante, et les travaux ont d'ores et déjà été réalisés dans tous les lieux susceptibles de comporter un risque immédiat pour les utilisateurs.
Le Conseil de Paris, en outre, a récemment voté, au cours de sa séance du 25 septembre 1996, le principe d'un nouveau programme de dépistage et les dépenses exposées devraient atteindre 13 millions de francs, c'est-à-dire que la Ville se met en position de répondre de façon exhaustive et totalement transparente à toutes les interrogations du public sur ce sujet.
S'agissant de l'école maternelle de la rue des Tourelles, suite à la demande des parents d'élèves et de la directrice, des prélèvements ont été effectués en mai 1996 aux fins d'analyse par le Laboratoire d'étude des particules inhalées de la Direction de l'Action sociale de l'Enfance et de la Santé. Les résultats d'analyse du L.E.P.I. indiquent que, seul le flocage se situant au premier étage, comporte des fibres d'amiante.
En juin 1996, le bureau de contrôle " Qualiconsult " précise que le niveau d'amiante constaté n'impose, selon le règlement en vigueur, qu'une surveillance du niveau d'empoussièrement. Il a donc été demandé au L.E.P.I. de procéder à des prélèvements complémentaires aux fins d'analyse dont les résultats seront connus à la fin du mois de novembre.
En tout état de cause, les faux-plafonds qui permettent d'assurer le confinement des matériaux contenant des particules d'amiante et donc de protéger les utilisateurs des salles, ont été remis en état pour garantir un isolement étanche.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président - Je remercie M. GOASGUEN.