Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

24 - 1996, D. 1097 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec la R.I.V.P. une convention pour la réalisation d'un jardin maternel et d'une halte-garderie, 31, rue du Retrait (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1996



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération D. 1097 concernant la réalisation d'un jardin maternel et d'une halte-garderie dans le 20e arrondissement.
Monsieur BRET, vous avez la parole.
M. Bertrand BRET. - Monsieur le Maire, de quoi s'agit-il ? Il s'agit de voter une subvention pour la réalisation d'un équipement social d'accueil de la petite enfance. Bien évidemment, nous serons pour parce qu'il s'agit d'un nouvel équipement, qui a été arraché après une lutte assez forte de la part de la population et des associations locales, et qui n'était pas prévu à l'origine dans l'ensemble de cette réalisation.
C'est un équipement qui prévoit un jardin d'accueil maternel - cela, c'était prévu dans le projet -, mais également un équipement de type halte-garderie, ce qui est nouveau et important, et nous nous en félicitons. Nous serons donc éminemment favorables à la réalisation de cet équipement.
Reste que cela ne veut pas dire pour autant que nous sommes favorables à l'ensemble du projet immobilier dans lequel cet équipement va s'inscrire. Ce projet immobilier, je le rappelle, est un projet de la R.I.V.P. qui a suscité maintes et maintes oppositions tant de la part du conseil d'arrondissement que des associations locales.
C'est un projet qui vise à surdensifier un quartier qui souffre déjà d'un manque évident d'espace et d'oxygène. Nous ne pouvons que le regretter.
Cela étant, nous prenons acte de cette avancée importante que constitue la présence de cette nouvelle halte-garderie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et du Mouvement des citoyens).
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.
Monsieur BARIANI, vous avez la parole.
M. Didier BARIANI, adjoint, au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Monsieur le Maire, je ne veux pas faire de polémique inutile, mais rappeler simplement, après avoir entendu les propos de M. Bertrand BRET que, s'agissant de ce projet, le nombre des logements a fortement diminué depuis son origine puisqu'il est passé de 192 à 154, que le coefficient d'occupation des sols de l'opération est en dessous de ce qu'il pourrait être, c'est-à-dire de 2,2, alors qu'il est autorisé à 3, que l'immeuble le plus haut atteindra 20 mètres, alors que les hauteurs autorisés dans le secteur sont de l'ordre de 31 mètres, c'est-à-dire que le projet sera plutôt en hauteur moyenne en dessous de ce qui est fait dans l'environnement, et que surtout vous avez bien voulu, à ma demande, compléter le jardin maternel qui était prévu à l'origine, pour tenir compte des besoins qui se manifestent en matière de structure pour la petite enfance, par l'installation en vis-à-vis et dans le pavillon Maurice-Chevalier - ce qui préserve en même temps ce site - une halte-garderie de 20 places.
Je dois dire que, de surcroît, comme ces deux équipements disposeront d'un jardin commun de 160 mètres carrés, comme nous l'avons voté précédemment, c'est un beau projet.
Il ne densifie pas l'environnement, car il est à la fois plus réduit en hauteur que ce qui est bâti dans l'environnement, et moins dense que celui qui était prévu à l'origine. Il inclut désormais deux équipements de petite enfance qui seront à même de satisfaire aux besoins.
J'ajoute enfin que ces logements seront livrés, puisque vous avez bien voulu l'accepter, avec des loyers d'un montant inférieur à 53 F le mètre carré habitable ce qui est effectivement exemplaire. Vous avez voulu ce projet exemplaire, puisque c'est un projet qui bénéficiera d'un financement P.L.I. qui, pardonnez-le moi, porte votre nom, le " financement TIBÉRI ", c'est-à-dire des logements d'une grande qualité pour un loyer qui sera inférieur à ce qui est pratiqué pour le moment pour des logements de la même catégorie.
Je ne vois plus très bien ce qui permet de réfuter, en bon sens et en conscience, un ensemble qui est de bonne qualité, de faible densité et d'un bon accompagnement à la fois social et humain.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ").
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 1097.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe socialiste et apparentés s'étant abstenu. (1996, D. 1097).