Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

G - Vœu relatif au manque de moyens de la psychiatrie parisienne.

Déliberation/ Conseil général/ Décembre 2008 [2008 V. 13]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 19 janvier 2009.

Reçue par le représentant de l?Etat le 19 janvier 2009.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général,

Depuis de nombreuses années, la situation des Secteurs de psychiatrie de Paris ne cesse de se dégrader : manque de personnels, de structures ambulatoires, de lits, réductions budgétaires,? Nous assistons à la remise en cause de toutes les avancées qu?a permis la mise en place du Secteur depuis un demi-siècle.

Cela se traduit par de nombreux dysfonctionnements subis par les usagers et leur entourage. Les délais d?attente sont de plus en plus longs pour obtenir un rendez-vous en Centre Médico-Psychologique. Les suivis sont de plus en plus distendus. Par manque de moyens humains, les soins se limitent de plus en plus au traitement chimiothérapique des symptômes au détriment de la prise en charge de la souffrance psychique des patients.

Au niveau hospitalier, la pénurie de lits oblige à différer des hospitalisations nécessaires, ce qui augmente l?intensité des crises faute de soins adaptés, et à écourter les hospitalisations avant que l?état du patient ne soit suffisamment stabilisé.

Un nombre sans cesse croissant de malades connaissent l?exclusion sociale du fait de leur pathologie et du manque de structures adaptées et se retrouvent à la rue.

Cette situation dramatique va encore s?aggraver par l?obligation qu?ont les Directeurs d?Hôpitaux de faire voter par leur Conseil d?administration des plans de retour à l?équilibre budgétaire. Nous dénonçons ces plans qui aggraveront encore la situation des dizaines de milliers de Parisiens qui ont recours chaque année à la psychiatrie de Secteur.

Récemment, les prises de position sécuritaires du Président de la République à destination de ce secteur laissent craindre une réduction de la psychiatrie à un objectif de sécurisation de la population contre des malades ?potentiellement dangereux?.

Pour ces motifs, sur proposition d?Aline ARROUZE et des élus du groupe communiste, le Conseil de Paris

Emet le voeu :

Que M. le Maire de Paris s?adresse à la Ministre de la Santé sur la nécessité d?augmenter significativement les moyens des secteurs psychiatriques afin de leur permettre d?assurer un suivi thérapeutique de qualité prenant en compte la psychodynamique de chaque patient, tant en ambulatoire qu?en hospitalisation lorsque celle-ci s?avère nécessaire.