Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

48 - II - Questions du groupe du Mouvement des citoyens.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



QOC 97-79 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative à la fermeture du service des urgences de l'hôpital Saint-Louis (10e).
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous abordons à présent l'examen des questions orales du groupe du Mouvement des citoyens.
La première d'entre elles est ainsi rédigée :
" Le projet de restructuration de ce service et son transfert à l'hôpital Lariboisière inquiète vivement les habitants des arrondissements proches de cet hôpital et le personnel du service des urgences. Si cette fermeture était confirmée, il s'agirait sans aucun doute d'un recul important de la mission de service public remplie par les hôpitaux de Paris, dans les arrondissements de l'Est de la Capitale.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent donc à M. le Maire de Paris, en sa qualité de Président du Conseil d'administration de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, de tout mettre en oeuvre pour préserver le service des urgences de l'hôpital Saint-Louis ".
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint.
En conformité avec les conclusions du rapport " STEG " visant à regrouper et optimiser l'accueil des urgences sur le territoire national, le schéma régional d'organisation sanitaire de la Région Ile-de-France a désigné les hôpitaux qui seront dotés d'un service d'accueil des urgences (S.A.U.). L'hôpital Saint-Louis n'en fait pas partie. En effet, les services d'accueil des urgences seront implantés dans les hôpitaux disposant de l'ensemble des disciplines permettant de dispenser dans les meilleures conditions de qualité, les soins nécessaires aux malades arrivés en urgence et d'assurer, le cas échéant, leur hospitalisation.
Ce sont donc les hôpitaux dotés notamment de services d'orthopédie et cardiologie qui assureront cette mission : dans la zone nord, il s'agit pour l'A.P. - H.P. des hôpitaux Bichat-Beaujon et Lariboisière.
La Direction de la Politique médicale de l'A.P. - H.P. s'attache, avec le Directeur de l'hôpital Saint-Louis, à mettre en oeuvre cette orientation dans les meilleures conditions d'efficacité et de commodité pour la population du 10e arrondissement et des arrondissements voisins. C'est dans ce souci qu'il a été demandé à la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris qui assure la plus grande partie des transports de malades relevant des urgences, d'acheminer ceux-ci prioritairement vers les hôpitaux dotés d'un S.A.U. - et notamment Lariboisière et Bichat-Beaujon, ou Saint-Antoine et Tenon - et non plus vers l'hôpital Saint-Louis, à compter du 24 janvier dernier.
Mais, l'hôpital Saint-Louis doit continuer d'assurer sa mission d'hôpital de proximité. Il devra donc s'organiser pour répondre à l'accueil des patients se présentant par leurs propres moyens.
C'est en ce sens que l'hôpital Saint-Louis va proposer des modes d'organisation innovants comprenant notamment la mise en place d'une consultation ouverte sur la Ville en concertation notamment avec les médecins libéraux. Cette organisation devra notamment permettre d'assurer, en liaison avec la consultation " Verlaine ", la prise en charge des plus démunis. C'est là notre responsabilité de service public.
Par ailleurs, jouant pleinement son rôle d'hôpital de spécialité, l'hôpital Saint-Louis assurera l'accueil de jour comme de nuit des patients immunodéprimés suivis par les équipes médicales spécialisées implantées dans l'hôpital.