Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

44 - QOC 97-74 Question de Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE à M. le Préfet de police au sujet de la sécurité des cyclistes.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante, adressée à M. le Préfet de police, concerne la sécurité des cyclistes.
Elle est ainsi rédigée :
" La fréquentation des couloirs protégés réservés aux cyclistes et récemment réalisés dans la Capitale peut difficilement s'apprécier à cette période de l'année.
Il est toutefois permis de penser qu'avec l'arrivée des beaux jours ces pistes seront largement utilisées par les amateurs de bicyclette. Les couloirs installés dans le 16e arrondissement devraient notamment enregistrer une fréquentation importante en raison de la proximité du bois de Boulogne qui constitue un but attractif de promenade.
Or, les couloirs satisfaisants du point de vue de la sécurité, sur les portions de voies protégées par les signaux lumineux, laissent les cyclistes sans repère lors des franchissements de carrefours, et surtout, au niveau des grandes places circulaires à multiples intersections comme, par exemple, la place de Colombie.
Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE demandent à M. le Préfet de police les mesures qu'il compte prendre pour assurer, autant que possible, une continuité dans la sécurité de déplacements des cyclistes en particulier au stade de franchissement des grands carrefours ".
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Conformément aux principes adoptés par la Commission extra-municipale pour le vélo, à laquelle participent les services de la Ville de Paris et de la Préfecture de police ainsi que les associations représentant les cyclistes, la traversée des places et des grands carrefours nécessite une étude au cas par cas, menée par la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris, en concertation avec la Préfecture de police.
En ce qui concerne les carrefours complexes et les places équipées de signalisation tricolore, la mise en service d'un dispositif lumineux réservé aux cyclistes peut s'envisager à la condition de ne pas présenter un danger pour les usagers de deux-roues et de ne pas nuire à la fluidité de la circulation.
Pour les carrefours simples, un système de sas placé entre le passage piéton et la ligne d'arrêt des véhicules permet aux cyclistes de mieux se positionner pour effectuer leurs manoeuvres et pour redémarrer lorsque le feu passe au vert.
Enfin, je rappelle que la sécurité des cyclistes passe aussi par le respect scrupuleux des règles du Code de la route de la part de toutes les catégories d'usagers de la voie publique.
A cet égard, M. le Préfet a donné des instructions à ses services pour qu'ils intensifient leur action de surveillance des pistes cyclables et des carrefours, de manière à garantir un partage harmonieux de la chaussée, au profit notamment des usagers les plus vulnérables.