Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

59 - QOC 97-123 Question de M. Alain LHOSTIS, Mme Martine DURLACH, M. Michel TUROMAN et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur l'aménagement des abords des canaux Saint-Martin et de l'Ourcq.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons à la question orale de M. Alain LHOSTIS, Mme Martine DURLACH et de M. Michel TUROMAN à M. le Maire de Paris à propos de l'aménagement des abords des canaux Saint-Martin et de l'Ourcq.
En voici le texte :
" L'aménagement des abords du canal Saint-Martin et du canal de l'Ourcq ont permis une valorisation de ces voies d'eau pour les loisirs et la promenade.
Toutefois, il reste plusieurs points noirs à régler :
1°) le manque de continuité dans le cheminement piéton le long du canal, interrompu à hauteur de la rue Eugène-Varlin (10e) et surtout dans le passage de la place de la Bataille-de-Stalingrad (19e) ;
2°) la présence d'un dépôt de matériaux de construction le long du bassin Louis-Blanc et la circulation et le stationnement automobile que cela entraîne ;
3°) le non-aménagement des berges du bassin Louis-Blanc et du canal de l'Ourcq rend difficile la promenade.
Pour le premier problème, une étude pourrait être faite pour essayer de trouver des solutions.
Le dépôt de matériaux de construction et les bureaux attenants occupent un immeuble communal qui pourrait être un lieu exceptionnel de loisirs pour les jeunes des 10e et 19e arrondissements, l'activité actuelle pouvant être transférée en face, quai de Jemmapes, dans la cité artisanale " Clémentel " qui se vide actuellement.
M. Alain LHOSTIS, Mme Martine DURLACH, M. Michel TUROMAN et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris ce qu'il pense de ces suggestions et s'il envisage de les prendre en compte. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Alain RIVRON, adjoint.
La largeur des berges du canal Saint-Martin est généralement assez réduite. Le canal Saint-Martin dans sa partie à ciel ouvert (environ 2,5 kilomètres) est ponctué de 4 échelles de deux écluses ; chaque ensemble représente une longueur d'environ 120 mètres.
Les écluses sont des sites dangereux (zones de remous). De ce fait, ces écluses sont, depuis le début du siècle, isolées afin que le public n'ait pas accès à ces zones à risques.
Au niveau de la place de la Bataille-de-Stalingrad, le canal traverse cet espace de voirie en souterrain. Celui-ci particulièrement étroit nécessite un alternat de navigation et ne comporte aucune banquette. A l'amont immédiat se trouvent les écluses de la Villette dont la zone technique tout aussi encombrée d'accessoires ne mesure que 2,75 mètres de large.
En conséquence, la continuité du cheminement piéton n'est pas possible en bordure du canal. Les piétons doivent en ces points singuliers, emprunter les trottoirs qui bordent les squares d'écluse et les cheminements protégés pour traverser la place de la Bataille-de-Stalingrad.
En rive droite côté quai de Valmy, il existe effectivement une construction industrielle datant des année 1930 et rénovée par le concessionnaire (point P. Cima distributeur de matériaux de construction). Cette concession accordée en 1989 arrivera à échéance le 1er juillet 1999. Ce type d'activité de distribution génère une circulation de véhicules sur la berge et des stationnements pour les usagers du port. La question du renouvellement de la concession se posera dès l'année prochaine.
En rive gauche, côté quai de Jemmapes, les locaux situés dans le mur de soutènement sont affectés pour une partie, à la section des canaux pour l'entretien du canal Saint-Martin et pour une partie plus importante, aux services techniques de la Direction de la Protection et de l'Environnement. Enfin, un autre bâtiment est occupé par la Section d'assainissement de Paris (S.A.P.) qui dispose de zones de dépôt et de stationnement.
La restitution progressive de l'ensemble des berges des canaux est un objectif constant de la Mairie ; il est cependant nécessaire de prendre en compte certains impératifs de sécurité ainsi que la gestion des contrats d'occupation qui pourraient être reconsidérés au fil des opportunités.
La réalisation d'une piste cyclable sur chaussée avec séparateur à la fin de 1996 sur les quais de Valmy et de Jemmapes contribue utilement à la valorisation de ces lieux.