Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

63 - QOC 97-127 Question de Mme Martine DURLACH, MM. Michel TUROMAN, Henri MALBERG et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur le devenir des immeubles situés 109-111-115, avenue Jean-Jaurès (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante du groupe communiste est relative au devenir des immeubles situés 109-111-115, avenue Jean-Jaurès (19e).
En voici la teneur :
" Plusieurs logements sont actuellement murés dans les immeubles situés 109, 111 et 115, avenue Jean-Jaurès (19e).
Ces logements ont été acquis par la Ville de Paris dans le cadre de l'exercice du droit de préemption.
Aussi, Mme Martine DURLACH, MM. Michel TUROMAN, Henri MALBERG et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris de bien vouloir leur indiquer quel est le devenir de ces immeubles et quel est le projet d'aménagement les concernant. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint.
Les quatre parcelles 109-111-113-115, avenue Jean-Jaurès, d'une surface totale de 1.688 mètres carrés sont grevées partiellement par une réserve scolaire EO2. De ce fait, elles sont soumises au droit de préemption urbain renforcé.
La Ville de Paris est propriétaire des immeubles situés 111, avenue Jean-Jaurès (acquis en 1860) et 109, avenue Jean-Jaurès (acquis le 5 septembre 1988). Elle est copropriétaire au 113, avenue Jean-Jaurès (11 lots acquis soit 252/1.000e) et au 115 (26 lots acquis, soit 342/771e).
L'aménagement de ces parcelles était lié au devenir de la réserve scolaire contiguë. Or, il vient d'être décidé que la nouvelle école qu'il était envisagé de construire sur le site serait réalisée sur le lot 14 de la Z.A.C. " Bassin de la Villette " (sous réserve de l'accord du Conseil de Paris).
Une nouvelle étude tenant compte de cette décision a donc été engagée et sera soumise, à priori en avril prochain, à l'examen du groupe de travail constitué afin de procéder, à la demande du Maire et en application de la communication sur l'urbanisme, à un réexamen général des secteurs d'intervention hors Z.A.C.
Il apparaît d'ores et déjà que les immeubles communaux 109-111, avenue Jean-Jaurès vétustes, peu occupés, sans caractère architectural susceptible de justifier une réhabilitation pourraient être démolis en vue de la construction d'un programme d'une vingtaine de logements sociaux.
Les bâtiments arrières des 113-115, avenue Jean-Jaurès, vétustes et au surplus compris dans la réserve, pourraient être démolis et leur assiette intégrée dans l'emprise d'un équipement sportif dont la création a été annoncée par le Maire de Paris le 30 janvier 1997. Les bâtiments sur l'avenue, en assez bon état général, comprenant plusieurs locaux commerciaux pourraient - sous réserve de l'étude en cours - être maintenus. La Ville serait alors amenée à vendre les lots qu'elle possède dans ces bâtiments.