Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

94 - QOC 97-130 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Maire de Paris relative aux brochures thématiques éditées par la D.G.I.C.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Pierre REVEAU à M. le Maire de Paris est relative aux brochures thématiques éditées par la D.G.I.C.
En voici la teneur :
" La Direction générale de l'Information et de la Communication nous fait savoir qu'elle a désormais en charge l'impression des documents nécessaires à la mise en oeuvre de la politique de communication de la Ville de Paris (D.G.I.C. 96-4).
Ces brochures thématiques, que nous connaissons bien font l'objet d'une diffusion de 100.000 exemplaires auprès des mairies d'arrondissement. Il existe, en outre, des campagnes d'affichage telles que celles consacrées à la lutte contre le S.I.D.A. ou la pollution. Le coût estimatif de ces diffusions s'élève à 27 millions de francs et les dépenses seront imputées au budget de fonctionnement de la Mairie de Paris, sous-chapitre 940-20, article 662-9.
M. Jean-Pierre REVEAU met en doute l'efficacité de ces brochures de luxe et dénonce leur coût disproportionné au regard des résultats. Quant à lutter contre la pollution, l'expérience prouve que les exhortations au civisme sont totalement inopérantes.
Il demande à M. le Maire de Paris s'il est normal qu'un engagement financier d'une telle ampleur soit renouvelable deux fois par tacite reconduction jusqu'au 31 décembre 1999 quand des approbations de dépenses moins importantes nécessitent un vote annuel. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Camille CABANA, adjoint.
M. Jean-Pierre REVEAU, à la suite du vote par le Conseil de Paris, de la délibération D.G.I.C. 1996-04 du 20 janvier 1997 s'étonne du montant du marché prévu pour l'impression des brochures, affiches et tout document de communication mis à la disposition du public par la Ville de Paris.
Il faut rappeler qu'à la suite de la dissolution de la S.E.M.P.A.P., il était nécessaire d'avoir recours à un tel marché pour les travaux d'impression de la Direction générale de l'Information et de la Communication.
Par ailleurs, le marché sera passé pour un an, pour une dépense estimée à 9 millions de francs. Il prévoit la possibilité de tacite reconduction pour les deux exercices suivants. C'est pourquoi l'exposé des motifs précise que le coût estimatif pour les trois années considérées s'élève à 27 millions de francs.
Il faut souligner la modicité relative de cette somme de 9 millions de francs comparée à l'ensemble du budget de la Ville de Paris, alors même que les campagnes d'affichage, les brochures et guides édités par la Ville sont particulièrement appréciés et participent du rayonnement de la Capitale comme de l'aide à la vie quotidienne des Parisiens, et que leur efficacité pour faire connaître au public parisien les services mis à sa disposition par la Ville n'est plus à démontrer.
Enfin, compte tenu de la lourdeur des procédures à mettre en oeuvre pour un tel marché, il est apparu judicieux de prévoir sa tacite reconduction, sur deux ans, en cas de satisfaction.