Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

82 - QOC 97-109 Question de MM. Pierre SCHAPIRA, Alain LE GARREC et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur la fermeture de l'école maternelle de la rue Montmartre (2e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1997



M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La question suivante de MM. Pierre SCHAPIRA et Alain LE GARREC à M. le Maire de Paris concerne la fermeture de l'école maternelle de la rue Montmartre (2e).
Elle est ainsi libellée :
" La Ville de Paris a annoncé la fermeture de l'école maternelle de la rue Montmartre (2e) pour des raisons de sécurité, connues depuis 10 ans, et permettant l'agrandissement du collège. Cette solution entraînera le transfert de 3 classes maternelles vers l'école primaire Etienne-Marcel et de 2 classes maternelles vers l'école Vivienne.
MM. Pierre SCHAPIRA, Alain LE GARREC et les membres du groupe socialiste et apparentés pensent que cette solution n'est pas satisfaisante car, outre le fait qu'elle casse un groupe scolaire qui fonctionne bien, elle ne tient pas compte de l'arrivée de nouveaux habitants :
1°) dans le quartier " Vivienne ", 25 familles avec 50 enfants de moins de 16 ans seront scolarisés ;
2°) dans le quartier " Montorgueil ", la rénovation de l'immeuble " Montorgueil-Marie-Stuart " comportera 68 logements nouveaux, dont 50 % seront des appartements de 3 à 5 pièces, donc susceptibles d'accueillir des familles ;
3°) de la transformation, à ce jour, de plus de 10.000 mètres carrés de bureaux en logements.
MM. Pierre SCHAPIRA, Alain LE GARREC et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent que la Ville de Paris prenne des mesures transitoires pour pallier le manque de sécurité :
1°) en construisant 2 escaliers extérieurs au collège et à l'école maternelle ;
2°) en créant une annexe du collège César-Franck vers l'école primaire Etienne-Marcel par le transfert de 2 classes (Langues et Musique), ce qui rendrait autonome l'école maternelle ;
3°) en redéfinissant le périmètre scolaire pour occuper pleinement l'école de la rue Dussoubs.
Par ailleurs, ils demandent à M. le Maire de Paris de prendre des dispositions définitives en créant un groupe scolaire digne de ce nom, répondant aux besoins de l'arrondissement, rue Montmartre, dans les bâtiments laissés vacants par la Préfecture et appartenant à la Ville de Paris. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. GOASGUEN, adjoint.
La décision de transfert de l'école maternelle Montmartre, dans le 2e arrondissement, a été prise en accord avec la Direction de l'Académie de Paris et au terme d'une concertation approfondie avec les directeurs d'école et les parents d'élèves des écoles concernées.
Les écoles du 2e arrondissement ont la capacité d'accueillir de nouveaux arrivants : 562 élèves de niveau maternel sont scolarisés cette année, répartis dans 23 classes, soit un effectif moyen par classe de 24,4 élèves, inférieur à la moyenne parisienne des écoles situées en Zone d'éducation prioritaire qui est de 25 élèves. Elles ont enregistré une baisse de 11,3 % de leurs effectifs depuis 1993. Par ailleurs, 31 élèves de moins de trois ans sont scolarisés, soit 16,8 % des effectifs de petite section, la moyenne parisienne étant de 7,1 %.
En ce qui concerne la construction de deux escaliers extérieurs au collège et à la maternelle, il convient de préciser que la Commission de sécurité n'a jamais demandé la réalisation de tels escaliers. En outre, la construction d'escaliers de secours ne résoudrait pas le problème de fond, à savoir les importantes insuffisances fonctionnelles de cet établissement, en raison de l'exiguïté actuelle de ses locaux.
Le transfert de deux classes du collège vers l'école primaire Etienne-Marcel n'apporterait aucune amélioration à cette question. Au contraire, l'utilisation de locaux sur un site différent aggraverait les difficultés de l'établissement, en raison des problèmes de surveillance et de déplacements. Une telle hypothèse ne saurait, en aucun cas, être admise par la communauté scolaire et les services académiques.
La redéfinition des périmètres scolaires a fait l'objet d'une analyse fine en concertation avec les mairies des 1er et 2e arrondissements et l'inspecteur de l'Education nationale. Elle s'est attachée à maintenir un équilibre entre les écoles du 2e arrondissement et à répartir les enfants selon des critères géographiques qui tiennent compte des trajets à effectuer par les élèves. De plus, une zone commune est créée entre la maternelle Dussoubs et l'élémentaire Etienne-Marcel, afin de laisser une souplesse aux familles.
La parole est à M. SCHAPIRA.
M. Pierre SCHAPIRA. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Cette réponse ne nous satisfait pas. C'est une réponse que l'on entend depuis un moment. Simplement, si l'on comprend bien les problèmes de sécurité qui sont posés au collège César-Franck, nous pensions que votre position serait une position provisoire.
Le 2e arrondissement est un arrondissement en mutation. A ce jour, 10.000 mètres carrés sont en transformation pour en faire des logements. Les familles vont arriver.
Ce qui est regrettable c'est que, dans votre réponse, vous n'ayez aucune vision d'avenir de ce que sera l'arrondissement. Je regrette beaucoup qu'on n'ait pas étudié la dernière proposition que nous faisions, à savoir que nous aurions pu construire un nouveau groupe scolaire dans les immeubles laissés vacants par la Préfecture de police, (puisqu'elle n'en veut plus), en face de l'école de la rue Montmartre.