Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DASES 580 G - Signature d'un avenant n° 1 à la convention passée avec l'association "Emmaüs" (1er), relative au renforcement des maraudes dans le nord-est de Paris. - Signature d'une convention pluriannuelle avec l'association "Aurore" (15e), pour la mise en place de maraudes dans le sud-ouest. - Montant total : 343.060 euros.

Débat/ Conseil général/ Décembre 2008


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant au projet de délibération DASES 580 G. Il s'agit d'une part de la signature d'un avenant n° 1 à la convention passée avec l'association "Emmaüs" située dans le 1er arrondissement, relatif au renforcement des maraudes dans le Nord-est de Paris, d'autre part de la signature d'une convention pluriannuelle avec l'association "Aurore" dans le 15e arrondissement.

Le montant est de 343.060 euros.

Mme Pauline VERON interroge Mme TROSTIANSKY. Je lui donne la parole.

Mme Pauline VERON. - Merci, Monsieur le Président.

J'interviens à propos de ce projet de délibération tout en évoquant également le projet de délibération DASES 583 G.

Bien que la prise en charge des personnes sans domicile fixe relève de la compétence de l'Etat, le Département de Paris depuis 2001 intervient de façon significative en complément afin d?améliorer le dispositif d'urgence sociale parisien.

Par le projet de délibération DASES 580 G qui vise à renforcer les activités de maraude d?"Emmaüs" et de l'association "Aurore" mais aussi par le projet de délibération DASES 583 G qui a pour objet le financement de l'action en direction des personnes sans domicile fixe qui vivent dans le bois de Vincennes, le Département de Paris réaffirme son engagement mais aussi sa volonté de mettre en ?uvre une politique respectueuse de ces Parisiennes et Parisiens qui vivent dans la rue.

Respectueuse car il s?agit à travers les maraudes de les repérer et d'aller à leur rencontre, de permettre un travail dans la durée visant à garantir leur accès à une prise en charge sociale et sanitaire, à un mode d'habitat décent adapté à leurs besoins, tout à l'inverse de la solution proposée par le Chef de l'Etat de mise à l'abri d'autorité des personnes sans domicile.

Nous avons grand besoin de ces personnels qui, chaque nuit, vont à la rencontre de ces personnes, créent du lien et donc de la confiance qui peut ensuite éventuellement permettre de trouver une solution d'hébergement qui convient.

Grâce à la convention signée avec "Emmaüs" en 2007, des maraudes ont pu être mises en place dans plusieurs arrondissements et notamment dans le 9e arrondissement.

Je me réjouis que ce projet de délibération permette l?extension des maraudes à d'autres arrondissements quand je vois le travail qui a pu être fait, notamment dans le 9e arrondissement, depuis un an.

En effet, pour les raisons que je viens d'évoquer, ces maraudes sont indispensables ainsi que le dispositif de suivi social spécifique prévu pour les personnes campant dans le bois de Vincennes que la Ville met en ?uvre sans attendre d'ailleurs de savoir si l'Etat y participera.

Au moment où nous nous apprêtons à voter ce projet de délibération, je souhaitais intervenir car je ne peux pas m'empêcher de penser à une personne sans domicile fixe, Francis, qui nous a quittés récemment.

Francis a vécu dans le 9e arrondissement, dans la rue, pendant plusieurs années. Il était bien connu des associations, des habitants du 9e arrondissement, de la Mairie, mais il avait refusé plusieurs propositions de prise en charge qui ne pouvaient être satisfaisantes pour lui, car il ne s'agissait que d?hébergement d'urgence.

Il avait décidé d'aller vivre dans le bois de Vincennes.

Face à l?urgence sociale et à la souffrance humaine, nous n?avons pas le droit de nous contenter d?effets d?annonce et de fausses solutions.

La Ville, à travers les personnels de la D.A.S.E.S. et de la D.P.P. mais aussi par les conventions qu'elle signe avec les associations qui connaissent parfaitement le terrain, propose des solutions concrètes et le plus possible en adéquation avec les problèmes humains posés.

A l'occasion de ce projet de délibération, je voulais aussi rappeler qu'il était temps que l'Etat s'engage véritablement et cesse de déléguer la gestion d'urgence uniquement au milieu associatif.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame VERON.

Je donne la parole à Mme TROSTIANSKY.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Président, le financement des maraudes participe à l'énorme effort engagé par Paris envers les personnes les plus démunies.

La question des personnes sans domicile a été évoquée à plusieurs reprises durant ce Conseil et je note avec satisfaction que nos collègues de droite y sont très sensibles. Je pense donc qu'ils ne manqueront pas d'interpeller le Gouvernement à ce sujet, ce qui nous permettrait très certainement d'obtenir plus rapidement des financements sur l'ensemble des projets d?hébergement sur lesquels nous travaillons avec les associations.

Pour revenir aux maraudes, je tiens vraiment à souligner le rôle fondamental joué par les associations et les institutions qui, à pied ou en voiture, vont inlassablement au-devant des personnes à la rue en ne leur proposant pas simplement une boisson chaude ou une couverture, mais surtout un accompagnement, ce qui aboutit à une prise en charge sociale et sanitaire.

Nous sommes, Monsieur le Président, très souvent interpellés par des riverains ou des élus qui nous signalent des personnes isolées ou en groupes qui vivent dans la rue. Il est extrêmement rare qu'elles ne soient pas connues des maraudeurs.

J?ai fait des maraudes avec notamment la DPP et la BAPSA et je peux vous certifier que leur connaissance de chaque homme ou de chaque femme rencontrés est remarquable.

Ce projet de délibération a pour objet de renforcer les maraudes dans les arrondissements où nous avons constaté de nouveaux besoins dus à l'arrivée, par exemple, de nouvelles populations.

Comme l?a dit Mme VERON, nous avons décidé de financer une équipe supplémentaire d?"Emmaüs", de manière que les 9e, 10e, 18e et 19e arrondissements, où l?association intervient déjà, soient encore mieux couverts.

Dans le 9e arrondissement, "Emmaüs" effectue des maraudes plusieurs fois par semaine, en journée et en soirée, notamment autour de la gare Saint-Lazare et sur les boulevards. Mais aussi il y a d'autres équipes qui interviennent : la DPP, la BAPSA, le Recueil social, la Croix-Rouge, le Secours populaire et "Atoll 75".

Les équipes d?"Aurore", quant à elles, interviendront sur le Sud-ouest de Paris, avec une attention toute particulière portée au bois de Boulogne.

Mme VERON a également évoqué le bois de Vincennes. Nous avons dès cet été travaillé sur la mise en place d'une mission adaptée aux spécificités des personnes y vivant, en complément des maraudes déjà existantes. La MOUS, maîtrise d'?uvre urbaine et sociale, que nous avons confiée à "Emmaüs", s'est organisée très rapidement. Elle a pour mission un suivi très personnalisé des habitants de longue date du bois et a d'ores et déjà permis le départ de trois personnes vers des hébergements, leur assurant ainsi une bonne prise en charge. Chaque personne suivie fera l'objet d'un diagnostic précis et se verra proposer des solutions adaptées à sa situation.

Ce projet de délibération que nous allons voter, tout comme ceux portant sur la création de nouveaux établissements d'accueil ou encore sur le kiosque destiné aux exilés, prouve encore une fois de plus l?engagement sans faille de notre Municipalité dans la lutte contre l'exclusion.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame TROSTIANSKY.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 580 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DASES 580 G).