Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Voeu en faveur de la libération d'Ali Lmrabet.

Déliberation/ Conseil municipal/ Octobre 2003 [2003 V. 168]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 27 octobre 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 27 octobre 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal
Ali Lmrabet, directeur de publication franco-marocain de deux hebdomadaires satiriques Demain Magazine, et Douman, sa version en arabe, a été condamné en appel en juin dernier à 3 ans de prison ferme pour délit d'opinion, à l'interdiction de ses deux publications et à une amende de 2.000 euros. Il avait été incarcéré le 21 mai 2003 et condamné le même jour par le tribunal de Rabat à 4 ans de prison pour "outrage à la personne du roi", "atteinte à l'intégrité territoriale" et "atteinte au régime monarchique", suite à la parution d'articles et dessins jugés "irrévérencieux".
En mai 2003, Ali Lmrabet a suivi une grève de la faim pour protester contre ce jugement totalement arbitraire, qui le condamne pour avoir exercé librement son métier de journaliste, dans un pays supposé démocratique. Sa peine n'a été réduite que d'un an de prison, en dépit des appels et de la mobilisation de certains pouvoirs politiques et des organisations des droits de l'Homme.
Aujourd'hui, alors que le Président de la République française s'est rendu au Maroc. les appels en faveur de la libération du journaliste se multiplient. Le Maire du 2e arrondissement a récemment organisé une conférence de presse en compagnie de plusieurs associations de défense des droits de l'Homme (Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme, Reporters sans frontières ...) pour demander sa libération, ainsi qu'une exposition de dessins d'Ali Lmbaret et de caricaturistes qui le soutiennent. Les parlementaires français Verts ont appelé le Président français à "utiliser tous les moyens qu'(il jugera) utiles pour obtenir la clémence du roi Mohamed VI et le convaincre qu'un geste de sa part honorerait son pays et les valeurs qu'il prétend défendre".
En tant que capitale influente d'un pays défenseur de la démocratie et des droits de l'homme, Paris doit également intervenir en faveur de la libération de ce journaliste, dont la condamnation va à l'encontre du droit à la liberté d'expression.
Aussi, le Conseil de Paris sur proposition de MM. Jacques BOUTAULT, Sylvain GAREL et des élu-es du groupe Les Verts;

Emet le voeu :

Que M. le Maire de Paris use de toute son influence pour favoriser la libération d'Ali Lmrabet.