Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, Voeu déposé par le groupe socialiste et radical de gauche relatif à un hommage à Gaston Bachelard et à sa fille Suzanne.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2007


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 14 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste et radical de gauche, relatif à un hommage à Gaston Bachelard et à sa fille Suzanne.

La parole est à Mme COHEN-SOLAL.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Est-il nécessaire de rappeler qui fut Gaston Bachelard ? Je le ferai extrêmement rapidement puisque tout le monde sait ici combien ce grand philosophe a marqué la pensée française et la pensée universelle et combien son oeuvre est considérable.

Je voulais simplement ici, Monsieur le Maire, marquer le fait que Gaston Bachelard et sa fille Suzanne Bachelard, qui poursuivit son ?uvre, ont habité en bas de la Montagne Sainte-Geneviève dans un appartement qu?ils avaient trouvé après la guerre. Et Suzanne Bachelard vient de mourir dans cet appartement.

Je pense qu?il serait important, et c?est pour cela que nous déposons ce v?u, qu?il soit indiqué sur le mur de cet immeuble qui est place Maubert, que c?est là que Gaston Bachelard y travailla, que sa fille Suzanne a poursuivi son ?uvre et qu?une grande partie de la philosophie française a trouvé là un très grand penseur. C?est pour cela que ce v?u a été déposé.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur CAFFET, pas d?observation ?

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste et radical de gauche.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2007, V. 338).