Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif aux bambous implantés rue de Rivoli.

Déliberation/ Conseil municipal/ Octobre 2003 [2003 V. 182]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 6 novembre 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 6 novembre 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Le Maire de Paris avait décidé, au cours de l'été 2002, d'agrémenter le décor de la rue de Rivoli en y installant des bacs ornés de bambous. Cette initiative particulièrement originale, prise en méconnaissance complète des procédures légales de consultation des Architectes des bâtiments de France, s'était doublée, sur le plan financier, d'un véritable coup de bambou, puisque les bacs installés avaient entraîné une dépense d'environ 100.000 euros.
Depuis lors, le malheureux "Ibano Bambousa Tranquillens", promis à un sort cruel au milieu de la circulation et de la pollution de cette importante artère parisienne, terrassé par le stress, asséché par l'impossibilité d'irriguer des bacs situés au milieu des voies de circulation, accidenté par des chocs violents avec des véhicules, n'a cessé de dépérir et offre un spectacle poignant.
En réponse à une question posée par le Conseil du 1er arrondissement, le Maire de Paris a récemment déclaré que tirant les leçons de cette remarquable expérience de végétalisation, il ferait bientôt procéder au retrait des 17 bacs sur les 60 initialement installés et à la réimplantation des bambous survivants dans une bambouseraie municipale.
Cette mesure charitable ne doit pas en rester là. Tous les Parisiens émus par le destin tragique de ces bambous martyrs doivent pouvoir les accompagner dans la nouvelle existence qui s'ouvre à eux.
Pour toutes ces raisons, sur la proposition de M. Jean-François LEGARET et des élus du groupe U.M.P.,

Emet le v?u :

- que les Parisiens qui le souhaitent, puissent adopter un bambou rescapé de la rue de Rivoli et puissent suivre son parcours clairement identifié vers un lieu de villégiature plus propice à son épanouissement ;
- qu'un bilan annuel soit dressé sur l'état sanitaire des bambous et que ce document soit communiqué à tous les membres du Conseil de Paris.