Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DASES 329 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer une convention fixant les conditions d’attribution d’une subvention de fonctionnement à l’association “Léa pour Samy” située 51, rue Léon-Frot (11e) pour son projet intitulé “FuturoSchool” situé 49, rue Léon-Frot (11e), au titre de l’année 2005. - Montant : 20.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2005


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons au projet de délibération DASES 329 G, qui va permettre à M. BLOCHE d?interroger Mme KOMITÈS. Il s?agit d?une convention qui fixe les conditions d?attribution d?une subvention de fonctionnement à l?association ?Léa pour Samy? qui est dans le 11e arrondissement concernant un projet qui est intitulé ?FuturoSchool?, situé lui aussi dans le 11e arrondissement, pour 20.000 euros.

Monsieur BLOCHE, vous avez la parole.

M. Patrick BLOCHE. - Merci, Monsieur le Président.

Il s?agit moins pour moi de soumettre Mme KOMITÈS à la question que d?accompagner l?effort que fait la collectivité parisienne en direction de cette association. J?aurais jugé regrettable que notre Assemblée départementale au moment où je parle se réunisse, débatte, vote, sans que ce projet de délibération ne bénéficie d?une attention de notre part, à un moment donné.

Je dis cela car je connais cette association ?Léa pour Samy? depuis sa création, puisque son président, M. SAJIDI, avait eu la gentillesse de m?associer à son initiative, dès le début. Je me réjouis de voir l?action de cette association se développer dans des conditions tout à fait passionnantes.

Je signale d?ailleurs à tous mes collègues que cette association vient d?organiser quinze jours d?action pour combattre l?autisme, durant cette première quinzaine d?octobre, une initiative intitulée ?Autis-Act? et qui a permis, par un certain nombre d?initiatives (congrès international sur l?autisme, marche de l?es-pérance, concert, etc.), de sensibiliser nos concitoyens à la question si difficile de l?autisme et, plus particulièrement, à ce qui concerne l?objet de cette association : L?aide que nous devons apporter aux enfants autistes, qu?il s?agisse de prévention, d?assistance ou d?accompagnement psychologique, pédagogique et juridique.

En l?occurrence, l?association nous a proposé une nouvelle action intitulée ?FuturoSchool? qui sera localisée rue Léon-Frot dans le 11e arrondissement et qui permettra dès maintenant à huit enfants âgés de 2 à 14 ans d?être accueillis dans un local et d?être pris en charge tous les jours de la semaine par des personnels spécialisés et notamment deux psychologues qui seront salariés pour cette mission.

Je voulais vous dire le grand plaisir que j?ai, avec le groupe socialiste et radical de gauche, de voter cette subvention de 20.000 euros, ô combien méritée. Je me réjouis que l?autisme soit au c?ur des actions développées par la délégation de Pénélope KOMITÈS.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup, Monsieur BLOCHE.

Je ne sais pas si Mme KOMITÈS veut ajouter quelque chose. J?imagine que oui, après ce concert de louanges.

Je vous donne la parole.

Mme Pénélope KOMITÈS, au nom de la 6e Commission. - Je voudrais remercier M. Patrick BLOCHE, puis signaler que nous sommes, sur l?autisme, sur des compétences qui ne dépendent ni de la Ville, ni du Département, mais de l?Etat. Le Département et la Ville de Paris se substituent maintenant, depuis 2001, à l?Etat sur la situation de l?autiste. Nous y consacrons en termes de subvention à des associations près de 200.000 euros par an, ainsi que près de 200.000 euros en termes de participation.

Je regrette également que sur Paris il n?existe aujourd?hui qu?une C.L.I.S. qui accueille des enfants autistes. Elle est d?ailleurs située dans le 11e arrondissement et elle a pu voir le jour grâce à l?aide de la Municipalité parisienne. Il n?existe par ailleurs qu?une U.P.I. pour accueillir des collégiens autistes, ce qui est tout à fait insuffisant. Les associations qui développent des écoles expérimentales comme celle-ci, nous devons les soutenir, mais il serait normal que l?Etat assume ses responsabilités en matière d?autisme et qu?il puisse financer ces associations qui, malheureusement, sans la Municipalité parisienne ne pourraient pas accueillir ces enfants aujourd?hui à Paris.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame KOMITÈS.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 329 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DASES 329 G).