Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DDEE 69 G - Adhésion du Département de Paris au Groupement d’intérêt public “Maison de l’Emploi de Paris”.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2005


M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons maintenant au projet de délibération DDEE 69 G concernant l?adhésion du Département de Paris au groupement d?intérêt public ?Maison de l?emploi à Paris?. Il y a deux oratrices inscrites : Mmes Colombe BROSSEL et Isabelle GUIROUS-MORIN.

Je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL. - Je suis confuse d?interrompre votre duo et dialogue avec Mme GUIROUS-MORIN. Je vous rassure, je serais très rapide.

M. Christian SAUTTER, président. - J?aime la polyphonie, il n?y a pas de difficulté.

Mme Colombe BROSSEL. - Quel plaisir ! Quelques mots pour saluer ce projet de délibération et surtout la naissance du projet qui la sous-tend d?une Maison de l?emploi à Paris qui va permettre au-delà de ces implications concrètes, puisque nous nous engageons avec l?ensemble des partenaires du G.I.P. à accompagner 3.000 demandeurs d?emploi vers le retour à l?emploi avec un objectif que nous nous donnons ambitieux mais important de 50 % de taux effectif de retour à l?emploi.

Cela va nous permettre également de stabiliser et renforcer les liens de partenariat qui existent à Paris en matière de retour à l?emploi, d?insertion, de formation entre l?ensemble des partenaires concernés par le retour à l?emploi, bien sûr le service public de l?emploi, bien sûr des acteurs comme les acteurs de la formation, bien sûr les acteurs de l?insertion, mais également la Chambre de commerce, mais également l?ensemble des acteurs économiques et je crois que tout ce qui peut renforcer ces liens et concourir au retour à l?emploi des demandeurs d?emploi est une bonne chose, notamment dans le contexte économique qui est le nôtre et le succès de l?opération ?Paris pour l?emploi? le montrait encore la semaine dernière. Voilà, un mot de félicitation pour ce projet qui a été long à monter, mais qui va permettre au Département et à la Ville de Paris d?être une fois de plus encore très mobilisés en matière de la création d?activité.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BROSSEL.

Madame GUIROUS-MORIN, vous avez la parole.

Mme Isabelle GUIROUS-MORIN. - Merci, Monsieur le Président.

Je me joins, bien entendu, aux propos tenus par ma collègue Mme Colombe BROSSEL, il y a un instant. En effet, il s?agit de soutenir et d?approfondir toute la réflexion et l?action autour des personnes concernées par le retour à l?emploi, particulièrement quand on voit les chiffres. Il est bien entendu qu?il s?agit d?agir efficacement et énergiquement et nous l?avons déjà prouvé une fois de plus la semaine dernière avec le dispositif ?Paris Emploi? qui permet d?accueillir 4.500 personnes, en tout cas pour 2005, ce qui est déjà un nombre de personnes important.

Mais il y avait quand même une question que je me posai, que je vous pose : j?ai vu qu?il y avait la même délibération au Conseil municipal, référencée DDEE 151et je n?ai pas bien saisi le rapprochement qui a été établi entre ces deux délibérations et le v?u que j?ai déposé demandant une dotation.

Je pose la question maintenant parce qu?il s?agit en effet, dans une des propositions qui sont faites sur l?utilisation de la dotation, d?un centre de ressources pour l?économie sociale et solidaire et je n?ai pas compris quel était le rapport direct avec une Maison de l?emploi. Voilà, je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président, au nom de la 2e Commission. - Merci, Mesdames.

Je vais répondre rapidement à vos deux interventions. Comme M. Jacques BRAVO a dit ce matin que nous devions entrer dans une nouvelle logique de débat budgétaire - il a parlé de ce qui se fait au niveau de l?Etat en matière de Loi d?orientation sur la loi de finances - cette nouvelle logique, en clair, s?articule autour de : définir des missions, d?y affecter des moyens et ensuite de mesurer les résultats. Cela a l?air d?être de bon sens, mais ce n?est pas forcément une démarche qui est traditionnelle dans le fonctionnement de l?Etat, ou même peut-être dans celui de notre Département ou de notre Ville.

Alors les missions sont tout à fait claires pour cette Maison de l?emploi. Les missions, et il y en a sept, c?est la lutte contre les discriminations et pour l?égalité des chances, c?est l?accès à l?emploi des cadres et des jeunes diplômés, c?est la création et la reprise d?entreprises et d?activités, c?est le domaine des services aux particuliers, c?est, Mme GUIROUS-MORIN l?a rappelé l?économie sociale et solidaire et le développement durable, c?est la découverte des métiers et la validation des acquis de l?expérience et c?est l?aide aux entreprises. Cela veut dire que cette Maison de l?emploi va servir en quelque sorte comme centre d?impulsion, comme centre de ressources pour progresser sur chacun de ces sept fronts.

Alors cette Maison de l?emploi rassemble toutes les forces qui existent sur le Département de Paris, qui vont constituer ensemble un groupement d?intérêt public. Il y a l?Etat, c?est clair, qui est à l?origine de ce processus ; il y a Paris, sous ses deux dimensions - c?est ce qui explique qu?il y ait deux délibérations, Madame GUIROUS-MORIN -, la Ville et le Département de Paris ; il y a l?Agence nationale pour l?Emploi et il y a l?A.S.S.E.D.I.C. de Paris, auxquelles il faut joindre évidemment la Chambre de commerce et d?industrie de Paris, la Chambre de métiers et de l?artisanat à Paris, l?Association pour la formation professionnelle des adultes et la Cité des Sciences et de l?Industrie de Paris.

Tout le monde va donc travailler en même temps pour essayer de coordonner et de pousser encore plus loin la politique d?accompagnement des personnes en difficulté, comme l?a très bien dit Mme BROSSEL, car le retour à l?emploi ne se fait pas, malheureusement, de façon spontanée pour des personnes qui sont soit en difficulté personnelle, soit dans des catégories que, à tort ou à raison, les entreprises ne recrutent pas volontiers. Je pense, par exemple, aux cadres de plus de 50 ans. Et l?objectif est bien d?accompagner 3.000 personnes supplémentaires dont des allocataires du R.M.I. et de faire en sorte que, sur ces 3.000 personnes accompagnées, eh bien, la moitié reviennent à l?emploi.

Voilà ce que je voulais répondre aux interventions.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 69 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DDEE 69 G).